Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

Comment un informaticien français a aidé malgré lui le régime syrien

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/07/2012

Jean-Pierre Lesueur, un développeur informatique français de 22 ans, a arrêté de distribuer son logiciel, DarkComet, connu pour avoir été utilisé par le régime syrien pour espionner les opposants à Bachar al-Assad.

DarkComet était populaire. Si populaire que même le régime syrien s’est servi de ce programme informatique "made in France" pour espionner les opposants au pouvoir en place. Mais, pour son créateur, l’informaticien Jean-Pierre Lesueur, l’apparition de DarkComet dans le contexte de la répression sanglante en Syrie a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Si bien qu'il a décidé, mardi 10 juillet, d’annoncer qu’il arrêtait de développer et de distribuer son programme.

“Si j’avais pu imaginer qu’un gouvernement allait utiliser mon outil pour espionner sa population, jamais je ne l’aurais développé”, a affirmé Jean-Pierre Lesueur, mardi, au site du magazine américain spécialisé dans les tendances numériques Wired. C’est donc à son insu que ce Français s’est retrouvé lié à la traque des opposants au régime de Damas, contrairement à la société française Amesys, qui avait été accusée, elle, d’avoir vendu du matériel d’espionnage informatique au régime libyen de feu Mouammar Kadhafi.

DarkComet n’est, cependant, pas un programme informatique anodin. Il s'agit d'un RAT (Remote Administration Tool) qui permet de prendre le contrôle d’un ordinateur à distance. Une fonction très prisée par les pirates... mais également par les experts en informatique. Grâce à des logiciels similaires, ces professionnels peuvent, sans se déplacer, prendre le contrôle des ordinateurs de clients pour leur apporter un support informatique ou règler à distance des problèmes sur leur poste.

Peur d’être arrêté

C’est dans cette optique que Jean-Pierre Lesueur, un développeur de 22 ans qui travaillle en région parisienne, a mis au point DarkComet en 2008. Il a aussi voulu, comme il l’explique à Wired, prouver à la communauté des experts en sécurité informatique qu’il savait y faire. Son logiciel, distribué gratuitement, s’est, en effet, révélé être sur bien des points presque aussi puissant que des solutions commerciales payantes.

Puissant et gratuit ? L'attelage pouvait difficilement échapper à l’intérêt de bidouilleurs informatiques mal intentionnés. En février dernier, l’Electronic Frontier Foundation (EFF) révèle que DarkComet est utilisé dans un virus mis au point par des pirates informatiques pro-Bachar pour espionner l’opposition syrienne. Le logiciel français se serait même retrouvé au centre d'une vaste campagne de cybersurveillance, lancée en décembre 2011, qui aurait permis d’arrêter plusieurs opposants au régime de Damas, croit savoir la chaîne d’information américaine CNN.

Des révélations qui, dans un premier temps, poussent Jean-Pierre Lesueur à mettre en ligne un outil permettant de faire facilement disparaître DarkComet de son ordinateur, même lorsqu’il s’agit d’une version modifiée au sein d’un virus, comme dans le cas de la Syrie.

Mais, en fait, le volet syrien n’est que la partie immergée du cyber-iceberg qui va mener le Français a arrêter complètement son projet DarkComet. Le rapport d’une entreprise de sécurité informartique américaine, Arbor, révèle, en effet, que ce logiciel se trouve au cœur d’attaques informatiques ayant visé des bases aériennes américaines, des sites gouvernementaux américains ou encore des jeux en ligne.

“Je ne cautionne pas les groupes de pirates informatiques qui utilisent illégalement mon programme”, écrit-il dans un message posté en ligne le 10 juillet. D'autant plus que “je peux être tenu légalement responsable des actes perpétrés par d’autres”, indique-t-il aussi, craignant d’être arrêté pour avoir offert DarkComet au monde.

Damas, de son côté, est déjà passé à un autre logiciel d’espionnage. L’EFF a, ainsi, relevé, le 12 juillet, qu’un nouveau virus se propage par Skype. Il installait un logiciel baptisé Blackshades, qui fonctionne comme DarkComet.

Crédit photo : elhombredenegro/Flickr

Première publication : 13/07/2012

  • INTERNET

    Quand le FBI prive d’Internet des centaines de milliers d’utilisateurs

    En savoir plus

  • INTERNET

    Flame rallume la mèche de la cyberguerre

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les boîtes mails de près de 80 proches de Bachar al-Assad piratées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)