Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

EUROPE

Premier League : John Terry reconnu non coupable d'insultes racistes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2012

À l'issue d'un procès de cinq jours, l'ex-capitaine de l'équipe d'Angleterre John Terry, qui évolue à Chelsea, a été reconnu non coupable d'insultes racistes contre le joueur des Queens Park Rangers Anton Ferdinand.

AFP - Le défenseur de l'équipe d'Angleterre et de Chelsea John Terry, a été acquitté vendredi dans une affaire d'insultes racistes envers le joueur Anton Ferdinand, à l'issue d'un procès de cinq jours à Londres.

Le joueur de 31 ans était accusé d'avoir proféré des insultes à caractère raciste à l'encontre du joueur noir des Queens Park Rangers, frère de Rio Ferdinand, lors d'un match du championnat d'Angleterre le 23 octobre 2011.

L'affaire lui avait coûté son brassard de capitaine de l'équipe d'Angleterre et avait entraîné par ricochet la démission du sélectionneur Fabio Capello, en désaccord avec la destitution de John Terry.

Après son acquittement, John Terry, en costume-cravate, a quitté le tribunal de Westminster sans adresser un mot aux médias ni aux fans qui attendaient à l'extérieur.

John Terry plaidait non coupable de ces accusations d'insultes racistes. Il reconnaissait avoir dit "fucking black cunt" ("putain de connard de Noir") à Anton Ferdinand. Mais il expliquait n'avoir fait que répéter sur un ton sarcastique des termes que le joueur des Queens Park Rangers l'accusait d'avoir proférés.

"Il est impossible de savoir exactement ce qui lui a été dit par M. Ferdinand", a estimé le juge Howard Riddle en annonçant son verdict.

John Terry "dit avoir employé ces mots après ce qu'il a perçu comme une fausse accusation faite à son encontre par M. Ferdinand", a indiqué le juge.

"Dans ces circonstances, étant donné l'existence d'un doute, le seul verdict que le tribunal peut rendre est +non coupable+", a-t-il déclaré.

Le juge a également indiqué qu'il y avait suffisamment d'éléments pour dire que John Terry, dont la réputation a été "en jeu" pendant le procès, n'était pas quelqu'un de raciste.

Terry avait promis de "se battre bec et ongles pour prouver son innocence", jurant "avoir toujours lutté contre le racisme" et "compter parmi ses proches amis des gens de toutes races et de toutes croyances".

Le procès du joueur anglais avait été reporté après l'Euro-2012 auquel il a participé, plusieurs autres joueurs de Chelsea n'étant pas en mesure de comparaître comme témoins avant la fin de la saison.

Il encourait une amende de 2.500 livres (3.150 euros).

La polémique autour de John Terry était survenue peu après l'affaire des insultes racistes proférées par l'attaquant uruguayen de Liverpool Luis Suarez à l'encontre de l'international français de Manchester United Patrice Evra.

Le cas Suarez avait été réglé dans le cadre des instances sportives: la Fédération anglaise lui avait infligé une suspension de huit matches et une amende de 40.000 livres.

 

Première publication : 13/07/2012

  • FOOTBALL

    Début du procès de John Terry, poursuivi pour injures racistes

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    John Terry poursuivi pour racisme par la justice britannique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)