Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

Economie

Moody's abaisse la note de l'Italie de deux crans

Vidéo par Sonia LOGRE-GREZZI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2012

L'agence de notation Moody's a abaissé la note de l'Italie de deux crans, de A3 à Baa2, et n’exclut pas de procéder à une nouvelle révision à la baisse sous trois mois. En cause : les "risques de contagion" émanant de l'Espagne et de la Grèce.

AFP - L'agence d'évaluation financière Moody's a dégradé jeudi la note de l'Italie de deux crans, de A3 à Baa2, et maintenu la perspective négative en raison de la situation en zone euro et des "risques de contagion" émanant de l'Espagne et de la Grèce.

"L'Italie a plus de risque de connaître une hausse brutale de ses coûts de financement ou de ne plus avoir accès aux marchés financiers (...) en raison de la confiance de plus en plus fragile des marchés et du risque de contagion émanant de la Grèce et de l'Espagne", écrit l'agence dans un communiqué.

"Le risque d'une sortie de la Grèce de l'euro a augmenté et le système bancaire espagnol va endurer davantage de pertes qu'attendu", ajoute encore l'agence, qui ajoute par ailleurs que les perspectives économique à court terme de l'Italie se sont "détériorées".

Selon Moody's, l'Italie pourrait connaître une croissance "faible" et un "chômage plus élevé", l'empêchant de remplir ses objectifs de réduction des déficits et faisant naître le risque que le pays "ne puisse plus se financer auprès des marchés financiers".

L'Italie, entrée officiellement en récession fin 2011, s'y est enfoncée au premier trimestre 2012 avec une nouvelle contraction de son PIB de 0,8%, sous le poids des plans d'austérité adoptés à la chaîne depuis 2010 pour rassurer les marchés.

Mardi, le Premier ministre italien Mario Monti a pour la première fois envisagé que Rome ait recours à un moment donné aux fonds de secours de la zone euro pour faire face à la flambée de ses taux d'emprunt, qui peuvent grimper jusqu'à 6%.

Selon Moody's, un recours au Fonds européen de stabilité (FESF) ou au Mécanisme européen de stabilité (MESF) n'aurait toutefois qu'une utilité limitée.

"Etant donné la taille de l'économie italienne et l'ampleur de la charge de la dette, la protection que ces mécanismes peuvent offrir serait limitée", écrit l'agence, qui s'était déjà penchée sur la situation de l'Italie il y a cinq mois.

Moody's rend certes grâce au gouvernement italien d'avoir lancé des réformes qui peuvent "potentiellement" améliorer la croissance à long terme du pays et les perspectives fiscales.

Mais elle estime toutefois que des risques "substantiels" pèsent sur la mise en oeuvre de ces réformes, expliquant le maintien d'une perspective négative.

"Une application réussie des réformes économiques (...) pourrait mener à placer le pays sous perspective stable", écrit encore Moody's.

Dans son évaluation annuelle publiée mardi, le Fonds monétaire international (FMI) a jugé que l'activité économique devrait reprendre en Italie "début 2013" mais que le pays resterait "en retard par rapport au reste de la région" et vulnérable à une contagion de la crise en zone euro.

Première publication : 13/07/2012

  • AGENCES DE NOTATION

    Standard & Poor's voit des raisons d'espérer pour la zone euro

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'agence Moody's abaisse la note de 28 banques espagnoles

    En savoir plus

  • BANQUES

    Moody's dégrade BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)