Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Afrique

Le chef rebelle rwandais Sylvestre Mudacumura visé par un mandat d'arrêt de la CPI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2012

Sylvestre Mudacumura, le chef suprême des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), soupçonné de crimes de guerre commis dans les deux Kivus (RDC) entre janvier 2009 et septembre 2010, fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI.

AFP - La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé vendredi avoir délivré un mandat d'arrêt contre le chef des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) Sylvestre Mudacumura pour des crimes de guerre commis dans les Kivus, régions de l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

"Aujourd'hui, le 13 juillet 2012, la chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (CPI) a, à la demande du procureur de la Cour, délivré un mandat d'arrêt à l'encontre de Sylvestre Mudacumura", a indiqué la CPI dans un communiqué.

Le torchon brûle entre la RDC et le Rwanda



Sylvestre Mudacumura, né au Rwanda et âgé de 58 ans, est soupçonné de neuf chefs de crimes de guerre, commis entre le 20 janvier 2009 et la fin septembre 2010, à savoir attaques contre la population civile, meurtres, mutilations, traitements cruels, viols, torture, destructions de biens, pillages et atteintes à la dignité humaine, selon la même source.

"La chambre a considéré que l'arrestation de M. Mudacumura apparaît nécessaire pour garantir qu'il comparaisse devant les juges de la CPI", précise le communiqué de la Cour.

Les juges ont décidé d'accepter la seconde demande de mandat d'arrêt déposée en juin par le procureur après avoir rejeté une première demande le 31 mai.

 

Première publication : 13/07/2012

  • RD CONGO

    Nord-Kivu : Ban Ki-moon exhorte le Rwanda et la RD Congo à l'apaisement

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Des centaines de soldats congolais fuient en Ouganda après une attaque de mutins

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Des Rwandais auraient été recrutés pour combattre aux côtés des mutins au Nord-Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)