Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

EUROPE

Moscou place sous contrôle les ONG estampillées "agents de l'étranger"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2012

La Douma a adopté vendredi une loi plaçant sous contrôle les ONG bénéficiaires d'un financement étranger et engagées dans une "activité politique" sur le territoire russe. Les opposants dénoncent une loi "scélérate".

AFP - Les députés russes ont définitivement adopté vendredi la loi qui qualifie d'"agents de l'étranger" et place sous contrôle les ONG ayant un financement étranger et une activité "politique", suscitant de vives critiques d'opposants au régime de Vladimir Poutine.

La proposition de loi déposée par le parti au pouvoir Russie unie, votée en première lecture il y a une semaine et mise d'urgence à l'ordre du jour de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, malgré les protestations des défenseurs des libertés et de l'opposition libérale, a été adoptée par 374 voix pour, trois contre et une abstention.

Russie unie dispose de la majorité absolue, avec 238 sièges sur 450, à la Douma, et le Parti communiste, opposé au Kremlin, mais également à toute "ingérence" occidentale -implicitement visée par cette loi-, ainsi que le Parti libéral-démocrate (populiste) avaient annoncé qu'ils voteraient pour.

Le texte prévoit un enregistrement séparé des ONG bénéficiaires d'un financement étranger et engagées dans une "activité politique" sur le territoire russe.

Ces ONG devront désormais s'afficher comme "agents de l'étranger" dans toute communication ou activité publique et seront soumises à un contrôle financier très strict. En cas de violations, elles s'exposent à une amende allant jusqu'à 300.000 roubles (7.500 euros) et à une peine de prison pouvant atteindre deux années.

Durcissement du Kremlin


La nouvelle loi s'ajoute à la multiplication des pressions, poursuites judiciaires, perquisitions et interrogatoires, dénoncés par les représentants de l'opposition depuis le retour au Kremlin en mai du président Vladimir Poutine, confronté à une contestation sans précédent depuis une décennie.

Il s'agit d'une "nouvelle initiative qui discrédite la société civile en vue de dresser les citoyens les uns contre les autres", a déclaré avant le vote le député Ilia Ponomarev (du parti Russie juste, centre gauche), l'un des rares parlementaires dénonçant la politique de Vladimir Poutine.

"Je suis moi-même certainement devenu un agent de l'étranger en collectant auprès de 1.000 personnes à l'étranger des dons pour Krymsk", district de la région de Krasnodar (sud-ouest) où 172 personnes ont péri le week-end dernier dans de fortes crues, a ajouté M. Ponomarev.

Aux yeux de l'ONG de défense des droits de l'homme Memorial, "cette loi n'a qu'un seul objectif : avoir une base légale pour désigner les opposants comme étant des personnes à la solde de l'étranger".

M. Poutine a accusé ces derniers mois les dirigeants de l'opposition et des ONG qui avaient dénoncé des fraudes électorales aux législatives de décembre d'oeuvrer dans l'intérêt de puissances étrangères, notamment des Etats-Unis.

Les députés ont aussi adopté une proposition de loi qui fait de la diffamation un délit passible d'amendes allant jusqu'à cinq millions de roubles (environ 125.000 euros), un vote accueilli par des protestations à l'intérieur comme à l'extérieur de la Douma.

"Les articles de la loi sur la diffamation permettent aux fonctionnaires d'interdire la profession de journaliste, qui essaie de dire ce qui va et ce qui ne pas va pas", a mis en garde Timour Olevskiï, l'un des journalistes qui ont manifesté devant la Douma pendant le vote.

"Nous savons pertinemment contre qui est dirigée cette loi, contre toute personne qui dit que les gens de Russie unie sont des escrocs et des voleurs", a renchéri M. Ponomarev, faisant allusion au slogan du blogueur Alexeï Navalny, l'un des principaux leaders de l'opposition.

L'ex-dissidente soviétique Lioudmila Alexeeva, qui défend les droits de l'homme, a dénoncé pour sa part "une loi scélérate qui protège les fonctionnaires de la critique des citoyens".

Toutes ces nouvelles lois - ONG, diffamation, le texte renforçant les amendes contre les manifestants, adopté début juin - montrent que le régime de Vladimir Poutine a décidé de "serrer les boulons", estime Mme Alexeeva.

 

Première publication : 13/07/2012

  • RUSSIE

    La Douma adopte une loi pour contrôler les ONG

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Forte mobilisation de l'opposition russe dans les rues de Moscou

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Perquisitions chez des leaders de l'opposition avant une marche anti-Poutine

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)