Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Le village de Treimsa subit à son tour les foudres du régime syrien

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/07/2012

Selon l'opposition syrienne, au moins 200 personnes ont été tuées, jeudi, dans le village de Treimsa, par les forces de sécurité du régime. Il pourrait s'agir du plus grand massacre commis depuis le début de la révolte, en mars 2011.

Après la tuerie de Houla (centre) en mai - une centaine de morts, dont 49 enfants - après le massacre de Mazraat Al-Koubeir (centre) - 72 victimes en juin - c’est au tour de Treimsa, un village situé près de Hama (centre), de subir les foudres du régime syrien. Une opération, attribuée jeudi aux forces régulières syriennes par l’opposition et des ONG, y aurait fait entre150 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et 200 victimes, selon les opposants sur le terrain. Selon les deux bilans, des dizaines de rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) figurent parmi les victimes.

L’opération contre Treimsa se poursuit, selon l’ONU
 
Si ces informations sont impossibles à vérifier du fait des restrictions imposées à la presse internationale par Damas, le chef de la mission d'observation des Nations unies en Syrie, le général Robert Mood, s'est dit en mesure de confirmer que des combats avaient eu lieu jeudi dans le secteur de Treimsa, impliquant des "unités mécanisées, des tirs indirects ainsi que des hélicoptères". D’ailleurs, les observateurs de l’ONU affirment qu’une opération militaire se poursuit, ce vendredi, dans les environs du village de Treimsa et des zones habitées de Hama, et précisent que plus d’une centaine d’explosions ont été entendues.
 
D’après le conseil révolutionnaire de Hama, cité par Reuters, le village, qui compte un peu plus de 10 000 âmes, avait, dans un premier temps, été bombardé par des hélicoptères de combat et des chars de l’armée régulière avant que des chabiha - miliciens pro-régime - ne se rendent sur place pour y effectuer des exécutions sommaires. De son côté, Damas a rejeté la responsabilité de la tuerie, via l'agence de presse officielle Sana, qui a fait état d’affrontements entre l'armée et un "groupe terroriste" dans la localité. L’armée syrienne a affirmé dans un communiqué publié ce vendredi qu’un grand nombre de "terroristes" ont été tués à Treimsa, mais pas de civils.
Après le nouveau massacre, les blocages persistent à l'ONU
"Des unités de nos forces armées ont mené jeudi matin une opération de qualité (...) et ont réussi à vaincre les terroristes sans qu'aucune victime civile ne soit à déplorer", est-il précisé.
 
"Le plus grand massacre commis depuis le début de la révolution"
 
Joint par téléphone dans la région de Hama par l’antenne arabe de FRANCE 24, le militant de l’opposition Sakr al-Hamaoui dénonce un "crime effroyable" et appelle la communauté internationale à envoyer des observateurs pour voir "de quoi est capable" le régime de Bachar al-Assad. "Pas moins de 200 personnes ont été tuées, certaines à l’arme blanche, dans ce village qui n’abritait qu’une trentaine de soldats de l’ASL chargés de le défendre", précise-t-il. Selon lui, de nombreux civils sont sortis dans la rue pour échapper au bombardement de leurs habitations, mais alors qu’ils tentaient de fuir, ils ont été interceptés par des miliciens du régime, qui les ont massacrés. "La majorité des corps des victimes qui jonchaient les rues ont été transférés dans une mosquée de la bourgade", poursuit-il.
 
Hillary Clinton "scandalisée"

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton s'est dit "scandalisée" par le massacre de Tremsa. Elle apelle à "un cessez-le-feu immédiat dans la région de hama" pour permettre aux observateurs de l'Onu de se rendre dans le village.

Les informations diffusées par l'opposition syrienne, fournissent, selon elle, "la preuve indiscutable que le régime (syrien) a délibérément massacré des civils innocents".

 

Hadi Abdallah, membre de la Commission générale de la révolution syrienne, a déploré à son tour le "crime terrifiant" de Treimsa. "Hama et sa région n’ont jamais cessé d’être dans le collimateur des forces de sécurité du meurtrier de Damas [en faisant référence au président syrien], explique-t-il. Mais cette fois, ce massacre est le plus important qui ait été commis depuis le début de la révolte, en mars 2011", confie-t-il par téléphone à FRANCE 24, depuis Homs.
 
Un avis que partage le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Considérant la petite taille de la ville, c'est peut-être le plus grand massacre commis depuis le début de la révolution", a-t-il dit à l’AFP.
 
Annan "choqué et horrifié"
 
De son côté, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition syrienne, a évoqué le plus "infâme des génocides commis par le régime syrien" et pressé le Conseil de sécurité de l'ONU d'adopter une résolution contraignante "urgente". Les Frères musulmans de Syrie, membres influents du CNS, ont accusé l'émissaire international Kofi Annan, l'Iran et la Russie d'être "responsables", par leur inaction, de cette tuerie.
 
Réactions diplomatiques, le 13/07/2012
L’ancien secrétaire général de l’ONU s'est, quant à lui, déclaré "choqué et horrifié" par les informations en provenance de Treimsa, tout en dénonçant "une violation de l'engagement du gouvernement de cesser l'emploi d'armes lourdes dans les centres de populations". Évoquant "un cauchemar" sur son compte Twitter, l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Susan Rice, a estimé que ces violences illustraient "de façon dramatique la nécessité de mesures contraignantes en Syrie".
 
Enfin, la France a fustigé "une fuite en avant meurtrière du régime", appelant de nouveau le Conseil de sécurité de l'ONU à "prendre ses responsabilités". Même la Russie, principale alliée de Bachar al-Assad, a condamné vendredi le massacre et a réclamé une enquête sur cet événement sanglant.

 

 

Première publication : 13/07/2012

  • SYRIE

    Plus de 150 morts dans un nouveau massacre à Treimsa

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À l'ONU, la Russie menace d'opposer son veto à toute sanction contre Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ambassadeur de Syrie à Bagdad a rejoint les rangs de l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)