Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

Afrique

Khaled Mechaal rencontre brièvement un militant israélien de la paix

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 19/07/2012

Ce fut à peine un frôlement entre Khaled Mechaal et Ofer Bronchtein, Président israélien du Forum international pour la paix, lui aussi invité au Congrès du PJD à Rabat. Un geste minuscule annonçant peut-être un avenir immense.

Poignée de main fugace à l’aéroport, "Salaam alekoum". Politesse devant un buffet, "tfadaal", une tape dans le dos de l'Israélien.

"Vous devriez faire de la politique au Maroc, le public vous aime !", lance Bronchtein entre pastilla et tajine. Il faut bien rompre la glace. Dissiper la gêne perceptible de part et d'autre.

"Merci, je vais y penser", répond Mechaal.

Bronchtein a déjà effectué la traversée vers l'autre rive à maintes reprises. Ancien collaborateur de feu l'ancien Premier ministre Itzhak Rabin, il a des contacts réguliers avec l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, qui lui a symboliquement octroyé un passeport palestinien. Avec le français, c'est son troisième :"Je collectionne les passeports en attendant qu'il n'y ait plus de frontières", plaisante cet incorrigible idéaliste.

"D'une certaine façon, Mechaal a voulu me tuer", reconnaît Bronchtein, qui se souvient avoir décidé de quitter Tel Aviv pour Paris un soir de 2001, en pleine intifada du Hamas, lorsque son épouse et lui ont cru que leur fils était au nombre des 21 jeunes victimes de l'attentat du Dolphinarium, célèbre boîte de nuit (l'attentat fut revendiqué par le Djihad islamique qui s'est ensuite rétracté). "Mais je suis convaincu qu'un jour ou l'autre nous devrons discuter avec le Hamas."

Y aura-t-il une suite ? Pourquoi pas ici, au Maroc, pays qui redécouvre l'apport de "ses" juifs ? Les islamistes modérés du PJD peuvent-ils être les nouveaux norvégiens? Les conditions politiques ne sont sans doute pas encore réunies, mais le jalon est posé.

Première publication : 15/07/2012

  • MAROC

    Le congrès du PJD déroule le tapis rouge au Hamas palestinien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Khaled Mechaal fait son retour officiel en Jordanie

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Fatah-Hamas, le fragile rapprochement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)