Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

#ActuElles

Le combat du Laos contre la mortalité maternelle

En savoir plus

SPORT

Luis-Leon Sanchez remporte la 14e étape

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2012

L'Espagnol Luis-Leon Sanchez (Rabobank) a remporté en solitaire, dimanche, à Foix, la 14e étape du Tour de France troublée, dans le final, par un jet de clous devant le peloton. Bradley Wiggins conserve le maillot jaune.

REUTERS - Déjà vainqueur de trois étapes par le passé, l’Espagnol Luis-Leon Sanchez s’est imposé en solitaire à Foix dans la quatorzième étape du Tour de France marquée dans le final par d’innombrables crevaisons provoquées par de petits clous.

Cette étape ariégeoise, proposant les escalades du Port de Lers et de l’inédit Mur de Péguère avait été assez décevante, aucune attaque n’ayant été portée contre le maillot jaune, Bradley Wiggins, quand Cadel Evans a mis pied à terre, victime d’une crevaison.
 
Sans que son équipier Tejay Van Garderen ne s’arrête, ce qui a semblé beaucoup énerver le champion australien.
 
A suivi une scène incroyable.
 
Evans retire sa roue arrière dans l’attente d’un dépannage, sous le regard de Jacques Michaud, responsable des invités de BMC qui s’était posté là pour tendre des vêtements chauds sans avoir une roue sous la main.
 
Puis Marcus Burghardt arrive et saute de vélo, mais sa roue arrière n’est pas la même et ne peut donc servir à son leader.
 
Enfin vient Amaël Moinard pour un changement de roue et Evans repart, furieux. Il doit s’arrêter quelques hectomètres plus loin, victime d’une nouvelle crevaison.
 
Le manager de la BMC, Jim Ochowicz, saute de voiture pour l’aider mais tombe deux fois dans le fossé.
 
A l’avant, beaucoup de coureurs sont victimes de crevaisons, notamment Vincenzo Nibali. Bradley Wiggins, en patron, demande à tout le peloton de se relever.
 
Pierre Rolland n’a pas entendu et attaque la descente pleine bourre. Il finira pas se relever sous peine d’en entendre parler longtemps.
 
Sur la route, des coureurs témoignent. Des clous ont été jetés sur la route, replongeant le Tour dans le fléau qui avait accablé les organisateurs au début du vingtième siècle et, plus récemment, en 1996, dans une étape dans le Vercors.
 
Sanchez sauve Rabobank
 
« Des spectateurs ont lancé des clous de tapissier quand le peloton est passé », a dit Jean-François Pescheux le directeur de course.
 
« Il y avait 50 coureurs, une trentaine ont été victimes de crevaisons. Bradley Wiggins s’est mis devant le groupe et demandé que tout le monde ralentisse. C’était difficile pour moi de neutraliser la course, on ne savait pas ce qui se passait. »
 
Au bas de la descente, le peloton s’est finalement regroupé et Cadel Evans, assisté de cinq équipiers, y a repris place.  Tout le monde se souviendra longtemps de ce premier passage dans le Mur de Péguère.
 
Un quart d’heure devant le peloton, cinq des onze échappés du départ se sont regroupés au bas de la descente. Etaient présents le Français Sandy Casar, les Espagnols Luis-Leon Sanchez et Gorka Izaguirre, le Belge Philippe Gilbert et surtout le maillot vert Peter Sagan qui a sans doute assuré sa victoire au classement par points au cours de cette journée.
 
Comme toujours dans cette circonstance, Luis-Leon Sanchez, vainqueur à Aurillac (2008), Saint-Girons (2009) et Saint-Flour (2011), a très bien manoeuvré.
 
Il a été le premier à attaquer, à 12 kilomètres de l’arrivée, devinant que les autres allaient se retourner vers Sagan pour faire le travail.
 
Ce que le Slovaque, proche de la fringale pour avoir oublié de s’alimenter, n’a pas été en mesure de faire.
 
Sur la ligne d’arrivée, conscient d’avoir sauvé le Tour de son équipe Rabobank qui ne compte plus que quatre coureurs sur neuf, Luis-Leon Sanchez a laissé éclater sa joie.
 
Un quart d’heure plus tard, la colère dominait chez de nombreux coureurs, agacés d’avoir vu leur course faussée par des clous. Cette journée rappelle combien le Tour, qui se joue sur la voie publique, reste fragile.

 

Première publication : 15/07/2012

  • TOUR DE FRANCE

    Le Britannique David Millar remporte la plus longue étape du Tour

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    Le Français Pierre Rolland s'impose en solitaire à La Toussuire

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    Le Français Voeckler remporte la 10e étape et endosse le maillot à pois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)