Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le meurtre de deux inspecteurs de l'ONU, signe du chaos en RDC"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, M. Déloyal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

Afrique

L'ambassadeur de Syrie au Maroc prié de quitter Rabat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2012

L'ambassadeur de Syrie au Maroc a été déclaré "persona non grata" par le ministère marocain des Affaires étrangères qui lui a demandé de quitter le royaume, ce lundi. Rabat rejoint ainsi la position des monarchies arabes du Golfe.

REUTERS - Le ministère marocain des Affaires étrangères a annoncé lundi avoir demandé à l'ambassadeur de Syrie, désormais persona non grata au Maroc, de quitter immédiatement le pays.

L'ambassade de Syrie à Rabat n'a pas fait de commentaire. Plus tôt dans la journée, un responsable de la mission diplomatique syrienne avait démenti les rumeurs d'une défection de l'ambassadeur.

En réplique à la mesure décidée par Rabat, le gouvernement syrien a annoncé un peu plus tard, lundi, que l'ambassadeur du Maroc à Damas était désormais "persona non grata" en Syrie.

Le ministère marocain des Affaires étrangères n'a pas fourni d'explication à sa décision, se bornant à dire que la situation en Syrie ne pouvait "pas rester ce qu'elle est".

En mai, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, le Canada, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, l'Australie, la Bulgarie et la Suisse ont tous expulsé les diplomates syriens en poste dans leurs capitales, cela en réplique au massacre de 108 personnes le même mois dans la ville syrienne de Houla.

La Tunisie et la Libye, deux pays arabes dont les autocrates ont été renversés l'année dernière, avaient quant à elles expulsé les diplomates syriens dès le mois de février.

Première publication : 16/07/2012

  • SYRIE

    Damas réfute les accusations de l'ONU sur le massacre de Treimsa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)