Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

Economie

Pétrole : comment les Émiratis entendent bien contourner l'Iran

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/07/2012

Les Émirats arabes unis ont inauguré, dimanche, un nouvel oléoduc qui doit leur permettre de s'affranchir du couperet de l'Iran sur le détroit d'Ormuz pour fournir du pétrole au reste du monde.

Il aurait dû monter, il a baissé. Le prix du baril de brut a cédé 0,05 dollar sur le marché asiatique, ce lundi matin 16 juillet, pour s’établir à 102 dollars. Une suprise au lendemain des déclarations du chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Hassan Firouzabadi, selon qui Téhéran avait “un plan” pour fermer rapidement le détroit d’Ormuz. Cette menace aurait dû faire s’envoler les prix de l’or noir tant ce passage, par lequel transite quotidiennement quelque 20 % de la production mondiale de pétrole, est vital pour les pays occidentaux.

De fait, les marchés se sont moins intéressés aux fanfaronnades du chef des armées iraniennes qu’au tanker qui a réceptionné, dimanche, au port de l’émirat de Fujaïrah, du pétrole en provenance d’Abou Dhabi. Cette cargaison a en effet marqué le coup d’envoi de l’utilisation par les Émirats arabes unis (EAU) d’un nouveau pipeline terrestre qui rend le passage par le détroit d’Ormuz un peu moins vital qu’auparavant. C’est la première ouverture d’un oléoduc dans la région en 30 ans.

“C’est un tournant important pour assurer un acheminement continu de pétrole en cas de tension sécuritaire dans le golfe Persique”, a expliqué, dimanche, Danny Sebright, président du Conseil économique américano-émirati de Washington, à la chaîne économique américaine Bloomberg. Important car jusqu’à présent les sept émirats dépendaient exclusivement du détroit d’Ormuz et de la bonne volonté iranienne pour acheminer les 2,5 millions de barils de pétrole produits quotidiennement vers le reste du monde.

L’Arabie saoudite aussi

Ce nouveau passage, appelé ADCOP (Abu Dhabi Crude Oil Pipeline), doit permettre de transporter “1,5 million de barils par jour (mbj) et bientôt 1,8 mbj”, a affirmé le ministre émirati de l'Énergie, Mohamed Ben Dhaen al-Hamili, en marge d'une conférence pétrolière à Abou Dhabi en juin dernier. De quoi s’affranchir, pour les EAU, d’une part importante de l'aléa iranien sur le détroit d’Ormuz qui tend à faire grimper les prix du pétrole en cette période de tensions entre les puissance occidentales, États-Unis en tête, et le régime des mollahs.

Cet enjeu stratégique a ainsi poussé les Émiratis à mettre 3,3 milliards de dollars sur la table pour financer la construction des 400 km de l'oléoduc. Le projet ADCOP remonte à 2006 et China Petroleum, nommé par Abou Dhabi maître-d’œuvre de ce giga-chantier, a commencé à construire le pipeline en 2008. Cette route, qui permettra de transporter la moitié des exportations de pétrole des EAU, a été finalisée avec plus d’un an de retard sur le calendrier initial. Pour les sept émirats, il a fallu arrondir les angles diplomatiques avec l’Iran, et, comme le rappelle Bloomberg, le chantier a connu accroc sur accroc. Au total, 270 défauts de fabrication ont été relevés tout au long de ce chantier, selon la chaîne américaine.

Les Émirats arabes unis ne sont pas les seuls à chercher, dans la région, à contourner le détroit d’Ormuz. L’Arabie saoudite aurait, selon le Financial Times, trouvé un moyen de réduire son “Ormuz-dépendance”. Le premier producteur mondial d’or noir aurait réactivé, en mars, deux oléoducs créés pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), que le royaume avait converti dans les années 1990 en gazoducs. Face à la tension grandissante dans la région, l’Arabie saoudite a donc, toujours selon le quotidien économique britannique, fait machine arrière et peut désormais transporter 5 mbj via Petroline.

Première publication : 16/07/2012

  • IRAN

    Téhéran minimise l'embargo pétrolier ‎de l'Union européenne

    En savoir plus

  • PÉTROLE

    Le Venezuela plus riche en or noir que l'Arabie saoudite

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran menace de stopper ses ventes de pétrole à d'autres pays européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)