Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

Moyen-Orient

La Russie accuse l'Occident d'exercer un chantage à propos de la Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2012

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a accusé lundi les Occidentaux de faire pression sur Moscou pour accepter les sanctions contre la Syrie. L'ONU menace de mettre un terme au mandat de sa mission d'observateurs.

AFP -  La Russie a accusé lundi les Occidentaux d'exercer un "chantage" pour forcer Moscou à accepter des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre le régime de Damas.

"A notre grand regret, on voit des éléments de chantage", a déclaré le ministre des

"Assad ne partira pas" a affirmé Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe

Affaires étrangères Sergueï Lavrov, affirmant que les Occidentaux avaient sommé la Russie d'accepter les sanctions faute de quoi ils "refuseraient de prolonger le mandat de la mission d'observateurs".

"Nous estimons que c'est une approche absolument contreproductive et dangereuse, car il est inacceptable d'utiliser les observateurs comme une monnaie d'échange", a-t-il ajouté.

Les négociations la semaine dernière au Conseil de sécurité de l'ONU sur un projet de résolution sur la Syrie ont tourné au bras de fer entre les Occidentaux et la Russie.

Moscou refuse de sanctionner le gouvernement syrien s'il ne cesse pas ses attaques à l'arme lourde contre l'opposition, comme le prévoit un projet de résolution présenté par Européens et Américains et qui invoque le chapitre VII de la Charte de l'ONU. Ce chapitre permet d'imposer des sanctions économiques à un pays pour le contraindre à se plier à une décision du Conseil.

Les Etats-Unis menacent de leur côté de ne pas prolonger, comme l'a proposé Moscou, le mandat de la Mission des observateurs de l'ONU en Syrie (Misnus), qui expire le 20 juillet, si le Conseil n'utilise pas les sanctions comme moyen de pression sur le président Bachar al-Assad, selon des diplomates.

 

Première publication : 16/07/2012

  • SYRIE

    L'ONU estime que l'attaque à Treimsa visait des militants et des déserteurs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas réfute les accusations de l'ONU sur le massacre de Treimsa

    En savoir plus

  • SYRIE

    Combats d'une violence sans précédent à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)