Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle: le double 21 avril"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 17/07/2012

"Bons baisers de Londres"

Presse internationale, Mardi 17 juillet 2012. Au menu de la presse internationale ce matin, l’opération lancée par les rebelles de l’ASL sur Damas, et les grands et petits malheurs pré-JO de Londres.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la situation en Syrie, où les rebelles ont lancé une opération de grande envergure dans la capitale, Damas.
 
Les affrontements qui touchent désormais la capitale sont une étape de plus dans l’escalade de la violence, une étape peut-être décisive, un tournant, dans la guerre qui oppose les insurgés au régime, cette guerre civile qui se déroule sous le regard impuissant de la communauté internationale. «Le monde est désemparé» face à ce qui se passe en Syrie, constate le quotidien émirati Gulf News, en écrivant que Washington comme Moscou continuent à regarder de loin ce qui se passe en Syrie, les Américains parce qu’ils ne veulent en aucun cas se mêler d’une telle affaire en pleine année électorale, les Russes parce qu’ils savent que même un virage à 180 degrés vis-à-vis de Bachar El Assad ne suffirait pas à modifier l’ordre des choses en Syrie, du moins tant que celle-ci bénéficie du soutien iranien.
 
On passe maintenant en Grande-Bretagne, où l’on se prépare à l’ouverture des Jeux olympiques. A 10 jours du jour J, tout n’est pas encore tout-à-fait prêt. The Guardian se demande ce qui pourrait aller de travers dans la dernière ligne droite, en revenant notamment sur le retentissant fiasco de la société de sécurité G4S, qui a obligé l'armée à mobiliser en catastrophe 3.500 soldats supplémentaires pour remplacer les gardes privés qui manquaient à l’appel.
 
 
 
Et puis il y a fatalement les petits incidents qui ne s’avèrent pas trop graves, et qui ont au moins le mérite d’amuser les lecteurs de la presse, comme la mini-polémique Heathrow avec l'arrivée des premières délégations étrangères, sur laquelle revient The Guardian, qui raconte que l’aéroport de la capitale a connu la journée " la plus chargée qu'il ait jamais connue", avec 236 955 passagers, soit 3000 de plus que lors des pics des étés précédents - d’où forcément pas mal de mécontentement, et une petite pagaille, qui a valu notamment à l’équipe de voile australienne d’attendre la voile de son bateau pendant de longues heures à l’aéroport.
 
L’autre problème, dont fait état The Independent, c’est le réseau de transport londonien, un réseau congestionné et qui est considéré comme LE talon d'Achille de ces JO. La délégation américaine a mis 4 heures pour parcourir les quelque 26 kilomètres entre l’aéroport et le centre-ville, un drame qui a donné lieu à des messages déchirants envoyés par les athlètes sur les réseaux sociaux, comme ce tweet envoyé par le champion olympique de sauts d’obstacle Kerron Clement : «les athlètes ont sommeil, ils ont faim et ils ont envie de faire pipi… vraiment, tout ça ne donne pas du tout une première bonne impression de Londres». Mais que Kerron Clement se rassure: la capitale va rapidement disposer de 48 km de files censées éviter aux VIP de se retrouver coincés dans les embouteillages, et donc de voir leur précieuse vessie malmenée.
             
 Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/04/2017 Revue de presse française

"Présidentielle: le double 21 avril"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 24 avril, les résultats du premier tour de la présidentielle. Emmanuel Macron arrive en tête, suivi par Marine Le Pen. Les...

En savoir plus

21/04/2017 France

La présidentielle face aux attentats

La revue de presse de ce vendredi est largement consacrée à l'attentat contre des policiers jeudi soir à Paris, alors que la campagne pour le premier tour de la présidentielle...

En savoir plus

20/04/2017 Revue de presse française

"Les ouvriers, Le Pen, Mélenchon... et l'abstention"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 20 avril, la campagne pour la présidentielle et la question du vote des ouvriers, courtisés par Marine Le Pen et Jean-Luc...

En savoir plus

20/04/2017 Revue de presse internationale

"Au Venezuela, l'opposition "n'a pas peur" de Maduro"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 20 avril, les violences qui ont émaillé les manifestations d’hier, au Venezuela, les "vertus" de la propagande et celles du...

En savoir plus

19/04/2017 Revue de presse internationale

"Marine Le Pen élue le 7 mai prochain ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 19 avril, la décision de Theresa May de convoquer des élections anticipées au Royaume-Uni. La crainte de nouveaux heurts...

En savoir plus