Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un militaire afghan condamné à mort pour le meurtre des cinq soldats français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2012

Le militaire afghan qui a tué en janvier cinq soldats français dans la région de la Kapisa a été condamné à mort. L'attaque avait déclenché la décision du retrait anticipé des troupes françaises d'Afghanistan.

AFP - Le militaire afghan qui avait tué cinq soldats français dans une base militaire au nord-est de Kaboul a été condamné à mort, a annoncé mardi le ministère afghan de la Défense, six mois après cet incident qui avait poussé Paris à anticiper son retrait d'Afghanistan.

Le 20 janvier dernier, Abdul Sabor, 21 ans au moment des faits, avait ouvert le feu sur un groupe de formateurs français qui faisaient un footing, sans arme ni protection, à Gwam, en Kapisa, une province très infiltrée par la rébellion des talibans et placée à l'époque sous la responsabilité de l'armée française.

Quatre soldats français avaient été tués sur le coup et 15 autres blessés. Un cinquième était mort de ses blessures dans les semaines suivantes.

Dernier 14 juillet pour les soldats français en Afghanistan

Le soldat afghan a été condamné à mort par un tribunal militaire de la prison de Pul-i-Charki, près de Kaboul, a annoncé mardi à l'AFP le général Mohammad Zahir Azimi, porte-parole du ministère de la Défense, sans plus de détails. Selon une source judiciaire à Paris, il a été condamné à la pendaison.

Les exécutions de peine capitale sont toutefois rares en Afghanistan, dont le gouvernement est porté à bout de bras par des donateurs occidentaux qui les ont pour beaucoup abolies chez eux. Les deux dernières datent de juin 2011.

L'incident de Gwam avait provoqué la colère du président français de l'époque, Nicolas Sarkozy, qui l'avait jugé "inacceptable".

Quelques jours plus tard, il avait annoncé que les forces françaises combattant en Afghanistan seraient retirées du pays à fin 2013, au lieu de fin 2014 comme prévu pour l'ensemble de la force internationale de l'Otan (Isaf), sous la bannière de laquelle sont déployés les soldats français.

Son successeur François Hollande a depuis avancé à la fin 2012 le retrait des forces combattantes françaises, soient 2.000 sur un total d'environ 3.500 actuellement. Le rapatriement total du reste du contingent et du matériel doit suivre courant 2013.

La responsabilité de la Kapisa, dont les soldats français avaient la responsabilité depuis 2008, a été transférée le 4 juillet aux forces de sécurité afghanes. Une partie du contingent français reste toutefois déployée sur place.

Le meurtre des cinq Français était l'une des premières de ces attaques contre les troupes de l'Otan commises par des militaires et policiers afghans, de l'année 2012. Depuis lors, une vingtaine de soldats étrangers ont péri dans des circonstances similaires.

Dans un premier temps, l'ancien ministre de la Défense français Gérard Longuet avait attribué l'assaut à un "taliban infiltré", ce qu'aucune source afghane n'avait confirmé à l'AFP. Le président afghan Hamid Karzaï avait lui qualifié l'acte d'"isolé et individuel", sans jamais impliquer les talibans.

Ces mêmes rebelles, généralement très prompts à revendiquer toute attaque contre l'Otan, s'étaient contentés de saluer le geste d'un "soldat afghan patriote" et "courageux" qui avait su garder "la foi en l'honneur afghan et islamique".

La multiplication récente des attaques venant d'éléments des forces de sécurité afghanes complique la tâche de l'Otan, qui depuis des années forme à marche forcée les soldats et policiers afghans avec l'objectif de les voir assurer eux-mêmes la sécurité du pays à partir de la fin 2014.

Diverses révélations sur la personnalité d'Abdul Sabor ont aussi mis en lumière la quasi-impossibilité pour un Etat fragile comme l'Afghanistan d'effectuer une recrutement sécurisé de ses propres militaires et policiers.

Faute de disposer d'une carte d'identité, le tueur avait ainsi corrompu une première fois un recruteur, à hauteur de huit euros, pour se faire enrôler en 2011.

Puis il avait déserté après huit mois de service pour aller dans le nord-ouest du Pakistan, un des repaires des talibans, avant de se faire réintégrer dans l'armée en payant 12 euros au même recruteur.

Sabor était également connu pour sa violence. Selon une source policière, sa famille avait notamment porté plainte contre lui "parce qu'il avait attaqué son oncle à la hache".

Un temps interné à Kaboul, Abdul Sabor "se frappait et frappait les autres, ne laissant personne l'approcher", avait raconté son père Mohammad Noor au site américain McClatchy. Ce qui ne l'avait pas empêché d'être engagé à deux reprises.

Première publication : 17/07/2012

  • AFGHANISTAN

    Dix-sept morts dans un attentat-suicide lors d'un mariage afghan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Hamid Karzaï invite le mollah Omar à se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les Taliban pakistanais menacent d'attaquer les convois de l'Otan qui se rendent en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)