Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

FRANCE

Les présidents Hollande et Marzouki jettent les bases d'une nouvelle relation

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2012

A l'occasion de la première visite du président tunisien Moncef Marzouki à Paris, François Hollande a encouragé son homologue tunisien à assurer la transition démocratique de son pays.

AFP - La France et la Tunisie ont affiché mardi leur volonté de nouer une nouvelle relation à l'occasion de la première visite du président tunisien Moncef Marzouki à Paris, au cours de laquelle François Hollande l'a encouragé à assurer la "transition" démocratique dans son pays.

Le président Marzouki effectue jusqu'à jeudi une visite en France à haute portée symbolique destinée à lever une fois pour toutes le malentendu créé par le soutien de Paris à l'ancien régime du président Ben Ali jusqu'au lendemain de la révolution.

Alors que les dirigeants français successifs ont toujours eu des relations privilégiées avec le père de l'indépendance tunisienne Habib Bourguiba puis avec son successeur Zine El Abidine Ben Ali, la France alors dirigée Nicolas Sarkozy était dans un premier temps totalement passée à côté de la révolution en Tunisie en janvier 2011, tardant à condamner l'utilisation de la violence contre les manifestants.

La rencontre de M. Marzouki avec le président Hollande -- un entretien suivi d'une conférence de presse commune puis d'un dîner de travail -- a constitué le moment fort de cette visite de trois jours. Mercredi, il s'exprimera devant l'Assemblée nationale, un honneur que n'ont reçu que 16 dirigeants étrangers avant lui, le dernier en 2006, alors que "moi, je ne peux pas m'exprimer devant l'Assemblée", a relevé M. Hollande lors de la conférence de presse.

"La Tunisie est en train de s'émanciper (...) elle a des chances de vrai développement économique, mais par-delà tous ces acquis, la Tunisie a retrouvé sa fierté et sa dignité", a déclaré M. Marzouki, ajoutant: "Pendant toutes ces années, nous avons vécu sous une dictature abjecte".

De son côté, le président Hollande l'a encouragé, "après le temps de la révolution", à "assurer le temps de la transition. C'est ce que vous êtes en train de traverser et la France doit être à vos côtés", lui a-t-il assuré.

Se déclarant prêt à "rouvrir d'une autre manière que par le passé le dialogue entre Europe et Méditerranée", M. Hollande a affirmé que d'autres "formules" n'avaient "pas produit le résultat escompté".


Il faisait allusion à la création de l'Union pour la Méditerranée, voulue par M. Sarkozy, Bachar al-Assad ayant même été invité à Paris à cette occasion, dans l'espoir d'un adoucissement du régime syrien vers plus de démocratie.

Ce projet avait été mis entre parenthèses par les "printemps arabes" et surtout par la situation aujourd'hui de guerre cvile en Syrie.

"Faisons simple, pratique et essayons d'accélérer la marche. (...) Nous pensons que c'est la bonne manière de faire: commencer modestement mais commencer" avec "des projets concrets", a affirmé M. Hollande. Il a souligné qu'une réunion du groupe 5+5 aurait lieu "début octobre" à Malte.

A propos de la Syrie, les deux présidents sont tombés d'accord pour dire que Russes et Iraniens devaient accepter les sanctions contre le régime de Bachar al-Assad.

Les massacres quotidiens en Syrie sont "insupportables, intolérables", et "les Russes doivent comprendre qu'ils ne peuvent pas être regardés comme les seuls ou presque à empêcher la recherche d'une solution" dans ce pays", a affirmé M. Hollande

"On ne peut pas avoir de paix sans le départ d'Assad", a assuré M. Marzouki. "Russe et Iraniens doivent le comprendre (...) Les Russes, les Iraniens sont nos amis mais il faut qu'ils comprennent (...) que les opinions publiques (arabes) sont extrêmement remontées dans cette affaire", a-t-il dit, ajoutant "espérer que la sagesse prévaudra".

M. Hollande a également assuré son homologue tunisien que la France allait "aider" son pays à récupérer ses avoirs "captés" par le clan Ben Ali et qui ne se trouvent "pas en France".

Il s'est également dit favorable à ce que "tous les dictateurs" qui ont commis des actes "sanguinaires" soient jugés par la Cour pénale internationale, faisant allusion à l'ancien président tunisien, réfugié en Arabie saoudite depuis janvier 2011.

M. Marzouki a affirmé qu'il pouvait "garantir" à M. Ben Ali sa sécurité physique" et "un procès équitable".

Répliquant à ce dernier qui a proposé lundi de rendre "une partie" des avoirs tunisiens se trouvant en Suisse, M. Marzouki a lancé: "Nous ne voulons pas une partie" de ces avoirs, "nous voulons le tout".

Première publication : 17/07/2012

  • Sur RFI

    Moncef Marzouki sur RFI: «Les intérêts et l'honneur de la Tunisie»

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ennahda se réunit en congrès pour renouveler sa doctrine politique

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU NORD

    La Tunisie s'engage seule dans la relance de l’Union du Maghreb

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)