Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

William Lacy Swing : "La migration n’est pas un problème à résoudre, c’est une réalité humaine à gérer"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Bénin : mobilisation générale contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais de "jungle"

En savoir plus

Moyen-orient

Le parti centriste Kadima quitte le gouvernement de Netanyahou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2012

Le parti centriste Kadima a annoncé son départ du gouvernement de Benjamin Netanyahou en raison d'un désaccord sur le service militaire des juifs ultra-orthodoxes. Le Likoud et ses alliés gardent néanmoins la majorité à l'Assemblée israélienne.

REUTERS - Le parti centriste Kadima a décidé mardi de quitter la coalition gouvernementale israélienne, dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

"La décision a été prise à une majorité sans appel", a déclaré le député Yoel Hasson sur Radio-Israël à l'issue du vote. "Nous quittons ce gouvernement."

Ce retrait fait suite à un désaccord avec les conservateurs du Likoud, le parti de Netanyahu, sur la question du service militaire des juifs ultraorthodoxes, Kadima étant entré au sein de la coalition début mai dans le but annoncé de mettre fin aux exemptions religieuses à la conscription.

En dépit de la défection des 28 députés de Kadima, Benjamin Netanyahu dispose toujours de la majorité au sein de la Knesset. Avec le parti centriste, il pouvait compter sur le soutien de 94 des 120 parlementaires, soit l'une des coalitions les plus larges de l'histoire d'Israël.

Le service militaire est un sujet très sensible au sein de l'Etat hébreu, où la plupart des hommes et des femmes démarrent à l'âge de 18 ans un service de deux ou trois ans. Beaucoup sont ensuite appelés en réserve, jusqu'à la quarantaine.

Mais de nombreux juifs ultraorthodoxes sont exemptés de conscription afin de poursuivre leurs études religieuses, ce qui peut irriter la majorité, plus laïque.

Première publication : 17/07/2012

  • ISRAËL

    Israël rouvre le débat sur le service militaire pour tous

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou promet la construction de centaines de logements pour les colons

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)