Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

Sports

#Londres2012 : tweetez, vous êtes surveillés...

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 19/07/2012

Face à la montée en puissance des réseaux sociaux, le Comité international olympique (CIO) est décidé à garder un œil sur tout le contenu olympique en ligne pendant les Jeux de Londres. Tour d’horizon des restrictions mises en place.

Difficile de concilier l’usage des réseaux sociaux et le respect des droits des diffuseurs et sponsors pendant les Jeux olympiques de Londres. Pour ce faire, le Comité international olympique (CIO) a opté pour "la surveillance en permanence de tout le contenu olympique en ligne". Athlètes, spectateurs et personnes accréditées, tous seront soumis à des règles spécifiques pour bloguer, tweeter ou partager du son ou de la vidéo sur la Toile.

S’il n’est pas interdit de partager ses "expériences dans les articles de forum, des blogs ainsi que sur Twitter", le CIO impose cependant à tout athlète de ne tweeter, bloguer ou communiquer sur Facebook qu’à la première personne. Avec une interdiction formelle de partager sur les réseaux sociaux "de l’audio ou de la vidéo des événements et compétitions ou de toute autre activité qui se déroulent sur les sites olympiques".

Le CIO refuse d’y voir une quelconque forme de censure. Au contraire, il dit vouloir "soutenir et encourager activement" les participants aux Jeux de Londres à utiliser les réseaux sociaux, mais dans "le respect de la Charte olympique".

Une plateforme, The Olympic Athletes’Hub, a même été lancée, rassemblant les comptes Twitter et Facebook des athlètes qui participeront aux JO de Londres. Objectif affiché : rendre l’expérience olympique plus personnelle et plus interactive.

"Rassurer les partenaires"

Pour Eric Delcroix, spécialiste des médias sociaux, ces restrictions ne sont qu’"un grand principe de base" pour rassurer les partenaires, "une façon pour les organisateurs des Jeux olympiques de montrer aux diffuseurs et autres sponsors qu’ils maîtrisent la communication autour de l’événement sportif". Mais avec plus de 800 millions d’utilisateurs sur Facebook et près de 400 millions sur Twitter, le spécialiste soutient qu’il est aujourd’hui "techniquement impossible" pour le CIO de surveiller tout le contenu olympique en ligne.

Rappelant l’épisode Radio Londres sur Twitter lors de la présidentielle française, Eric Delcroix avance que "l’interdiction n’a jamais été la meilleure façon de manager les réseaux sociaux : certains athlètes et spectateurs ne manqueront donc pas de publier vidéos et sons, en contournant le dispositif d’alerte que le CIO pourrait mettre en place autour des mots comme Londres ou JO".

Les organisateurs en sont bien conscients et comptent sur les athlètes et les personnes accréditées pour signaler "la présence de données non autorisées". Un site, accessible par mot de passe, a même déjà été créé pour surveiller le contenu olympique. Et les contrevenants, athlètes ou pas, risquent des sanctions, allant jusqu’à l’exclusion des Jeux.

Sensibilisation

Les comités olympiques nationaux mettent en place des stratégies de sensibilisation pour éviter à leurs athlètes tout désagrément. En France, "Le Guide de l’athlète" a été publié et remis à chaque représentant français aux Jeux de Londres. "C’est un document qui reprend toutes les précautions à prendre pour être en conformité avec la Charte olympique et les autres dispositions spécifiques, notamment celles liées aux réseaux sociaux", explique Barbara Arhel, chargée de communication au Comité national olympique et sportif français (CNOSF), qui conclut : "Les athlètes français sont prévenus".

Première publication : 17/07/2012

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les athlètes musulmans à l'épreuve du ramadan

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les Britanniques, champions olympiques de la sécurité... et du LOL

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    À Londres, les Jeux de la parité sont presque faits

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)