Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis une faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

Moyen-orient

"Assad ne pourrait pas rester au pouvoir sans contrôler Damas"

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 17/07/2012

Après 16 mois de révolte en Syrie, la capitale syrienne est à son tour le théâtre d'affrontements entre rebelles et soldats du régime. Khattar Abou Diab, chercheur en géopolitique, livre à FRANCE 24 son analyse sur la "bataille de Damas".

Pour la première fois depuis le début du conflit syrien en mars 2011, Damas s’enflamme. Les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) affirment avoir pris le contrôle de deux quartiers de la banlieue proche de la capitale syrienne et de violents combats sont engagés un peu partout aux abords de la ville.

Analyse de Khattar Abou Diab, chercheur en géopolitique et professeur à l’Université de Paris-Sud.

France 24 : Si les rebelles réussissent à prendre le contrôle de Damas, comment va réagir Bachar al-Assad ?

Khattar Abou Diab : Assad ne pourrait pas rester au pouvoir sans contrôler Damas. Ce n’est pas possible. Le scénario que je redoute, c’est qu’il se replie vers le littoral du nord de la Syrie, vers Jabal al-Alaoui, "la montagne alaouite" en arabe, une région majoritairement alaouite [religion du président syrien, minoritaire dans le pays, ndlr], et qu’il déclare l’indépendance de la région. Ce n’est pas impossible : Assad a une conception très clanique du pouvoir. Ce scénario d’une scission engendrerait une guerre civile atroce.

F24 : Comment expliquez-vous le soulèvement tardif de la capitale ?

K. A. D. :
Le pouvoir syrien est dominé par un homme, plus largement par un noyau familial, de confession alaouite. Pour gouverner, Hafez al-Assad [ancien président syrien et père de Bachar] s’est appuyé sur la bourgeoisie sunnite. Une partie de cette bourgeoisie et de la communauté alaouite, principalement installée à Damas et Alep, a largement tiré profit de cette alliance. C’est ce qui explique le silence relatif de ces deux villes depuis le début de la révolte.

F24 : Qu’est-ce qui a changé la donne ?

K. A. D. :
Principalement l’arrivée de réfugiés et de rebelles fuyant la répression du régime à Douma [ville située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale]. Quand les combattants de Douma se sont repliés vers l’intérieur de Damas, ça a effrayé le gouvernement. Il a eu peur qu’ils préparent un front contre le pouvoir mais aussi de perdre le contrôle du camp palestinien, situé près du quartier al-Tadamone. C’est d’ailleurs le pouvoir, et non la rébellion, qui a commencé les hostilités dans la capitale.

F24 : Croyez-vous en une victoire des rebelles ?

K. A. D. :
Je pense qu’on n’est pas à la veille de la chute de Damas. Sans la défection de hauts officiers alaouites de l’armée syrienne, je ne crois pas qu’il y ait de victoire possible. Ce sont eux qui détiennent les clés d’une éventuelle victoire. Si ces officiers alaouites souhaitent que leur pays reste uni, ils doivent faire dissidence.

L’autre clé de la victoire, c’est le peuple. Dans toute guerre, même face à un déploiement considérable de force, c’est, à moyen terme, la volonté populaire qui finit par l’emporter. Le pouvoir pourrait tenir mais ne pourrait pas se maintenir. Et, aujourd’hui, on voit une partie de la population de Damas sortir pour soutenir la rébellion.

 

Première publication : 17/07/2012

  • SYRIE

    Les rebelles de l'ASL veulent "libérer" Damas, nouveau vote à l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas, nouvelle cible des bombardements de l'armée syrienne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Russie accuse l'Occident d'exercer un chantage à propos de la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)