Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

EUROPE

Microsoft dans le collimateur de l'Union européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2012

Bruxelles a ouvert une enquête concernant Microsoft : la Commission européenne reproche au géant informatique de ne pas avoir laissé le choix aux utilisateurs de Windows 7 SP1 en matière de navigateurs internet.

AFP - La Commission européenne a ouvert "une enquête pour un possible non-respect des engagements de Microsoft" en matière de choix entre navigateurs internet, a annoncé mardi le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia lors d'une conférence de presse.

Un non-respect des engagements d'une entreprise vis-à-vis de la Commission "ne s'est jamais produit auparavant", a souligné M. Almunia, indiquant que Microsoft s'exposait à de "sérieuses conséquences" sous forme de sanctions financières.

En décembre 2009, la Commission avait obligé légalement Microsoft à installer une fenêtre multichoix pour les utilisateurs européens de Windows jusqu'en 2014.

Mais "bien que Microsoft ait soumis un rapport à la Commission en décembre dernier, affirmant que cette fenêtre multichoix était toujours présente, nous avons reçu des indications par des tierces parties selon lesquelles Microsoft ne s'était pas plié à ses engagements depuis février 2011", a expliqué M. Almunia.

Ce choix n'aurait en effet pas été offert aux utilisateurs de Windows 7 SP1, lancé en février 2011, ce qui pourrait concerner "28 millions d'utilisateurs", a précisé le commissaire européen.

"Si, à la suite de notre enquête, cette infraction est confirmée, et Microsoft semble reconnaître les faits, alors il pourrait y avoir de sérieuses conséquences", a mis en garde M. Almunia, qui a précisé qu'en cas d'infraction, il y aurait des "sanctions" financières.

Microsoft s'était vu infliger en 2008 une amende de 899 millions d'euros, réduite par la suite à 860 millions, pour avoir abusé de sa position dominante en ne permettant pas à ses concurrents d'accéder aux informations relatives à l'interopérabilité à des conditions raisonnables sur la période 1998-2007.

Première publication : 17/07/2012

  • FINANCE

    Des soupçons de fraude fiscale pèsent sur Microsoft France

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Windows Phone 8 de Microsoft sortira avant la fin de l'année

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Microsoft chasse sur les terres d’Apple avec ses tablettes Surface

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)