Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

  • En direct : Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

FRANCE

Un prix de l'Unesco financé par le despote de Guinée équatoriale fait scandale

©

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/07/2012

L'institution des Nations unies pour la promotion de la culture remet ce mardi le prix scientifique "Unesco-Guinée équatoriale", entièrement financé par le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema. L’ONG Sherpa dénonce un "prix de la honte".

Financer un prix récompensant les initiatives en faveur des améliorations des conditions de vie lorsqu’on se nomme Teodoro Obiang Nguema, que l’on est suspecté de corruption à grande échelle et que l’on dirige d’une main de fer l’un des pays les plus pauvres de la planète… L’initiative paraît inconcevable. Pis, grotesque. Et pourtant, ce mardi 17 juillet, sous la supervision de la très respectable institution de l’Unesco, le prix "Unesco-Guinée équatoriale pour la recherche en sciences de la vie", d’un montant de quelque 3 millions d’euros entièrement financé par le président équato-guinéen, va être remis à trois scientifiques, un Égyptien, un Sud-Africain et une Mexicaine.

Une véritable "honte" pour l’ONG Sherpa, qui protège "les populations victimes de crimes économiques". Sur la forme déjà, Rachel Leenhardt, sa chargée de communication, manque de s’étouffer en se demandant comment "l’Unesco peut en toute conscience s’associer à un prix financé par un président corrompu dont le seul but est d’améliorer son image à l’étranger ?". La Guinée équatoriale reste en effet un pays pauvre où l’espérance de vie n’excède pas 60 ans et où environ 12 % des enfants meurent avant l’âge de 5 ans, selon l’Unicef.

Chronologie de l'affaire des biens mal acquis
2007 : Sherpa et deux autres associations portent plainte devant le parquet de Paris contre les familles dirigeantes de l’Angola, du Burkina Faso, du Congo-Brazzaville, de la Guinée équatoriale et du Gabon pour la possession de patrimoines immobiliers sur le sol français. L’affaire est classée sans suite en novembre.

2008 : En juillet, Transparency International et Sherpa déposent une seconde plainte, classée sans suite en septembre. Elles renouvellent leur plainte en décembre pour détournement de fonds, blanchiment, abus de biens sociaux, abus de confiance.

2009 : En avril, le parquet de Paris bloque la procédure judiciaire.

2010 : La Cour de cassation valide la plainte et une information judiciaire est ouverte. Les juges d’instruction Le Loire et Grouman sont désignés.

2011 : Saisie des voitures de collection de Teodorin Nguema Obiang.

2012 : Perquisition à l’hôtel particulier de la famille Obiang, avenue Foch, à Paris, en février.
 
2012 : Mandat d’arrêt contre Teodorin Nguema Obiang lancé le 13 juillet.

Un mélange des genres sur lequel l’Unesco semble avoir fermé les yeux, regrette la militante de Sherpa. "Cette alliance entre l'ONU et Obiang est définitivement contre-nature, contraire à la mission première de l’Unesco qui est de lutter contre la corruption et contre la violation des droits de l’Homme".

"Pas de distinction entre fonds publics et fonds privés"

L’ONG cherche en outre à prouver que les fonds utilisés pour le versement de cette coquette somme de 3 millions d’euros proviennent en réalité des caisses de l’État équato-guinéen, contrairement aux allégations du président Obiang qui affirme que l’argent provient de sa fondation privée, la Fondation Obiang.

Mais pour Rachel Leenhardt, "tout l’argent utilisé pour financer ce prix provient du Trésor public du pays, personne n’est dupe. Le président de Guinée-équatoriale ne fait pas vraiment de distinction claire entre fonds privés et fonds publics".

Sous la pression d'intellectuels et de nombreux pays occidentaux, la remise de ce prix - créé en 2008 - était suspendue depuis 2010. Loin de baisser les bras et refusant de perdre la face, le président Obiang avait décidé - pour tenter de noyer le poisson - de changer le nom de la récompense. Exit le "Prix Unesco-Obiang", bienvenue, en mars 2012, au "Prix Unesco-Guinée équatoriale". Une modification lexicale qui n'a pas empêché la France, les États-Unis, l’Espagne et le Royaume-Uni de boycotter cette remise de prix.

Même Irina Bokova, la directrice générale de l’institution, s'est opposée à la tenue de la cérémonie. Elle a cependant été tenue de l'organiser par un vote intervenu en mars au sein du Conseil exécutif de l'Unesco.

L’Unesco embarrassée par les "biens mal acquis"

"Le président a bénéficié du soutien du groupe des 14 pays africains représentés au Conseil exécutif de l’organisation [qui compte 58 membres]. Je pense qu’après le changement de nom du prix, de nombreux autres pays ont voté en faveur de son maintien, soit par lassitude soit parce qu’ils ont cru à la main tendue du président équato-guinéen", explique Rachel Leenhardt.

Cette polémique intervient au plus mauvais moment pour l'Unesco, à l'heure où le clan Obiango est éclaboussé de plein fouet dans l'affaire dite des "biens mal acquis". La justice française soupçonne en effet le chef de l'État équato-guinéen d'avoir acheté plusieurs propriétés grâce au détournement de l'argent public de son pays.  Depuis le 13 juillet, son fils, Teodorin Nguema Obiang, est lui aussi dans le viseur de la justice. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour détournement de fonds et blanchiment d'argent dans le même dossier.

Contactée par France 24.com, l’Unesco n’a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

 

Première publication : 17/07/2012

  • GUINÉE ÉQUATORIALE

    La justice française lance un mandat d'arrêt contre le fils du président équato-guinéen

    En savoir plus

  • BIENS MAL ACQUIS

    Perquisition à Paris chez le fils du président de Guinée équatoriale

    En savoir plus

  • FRANCE - AFRIQUE

    La justice française va pouvoir enquêter sur l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)