Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Moyen-orient

"La libération de Damas sera synonyme de chute de Bachar al-Assad"

Vidéo par Clémence DIBOUT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2012

Les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) ont lancé, mardi, la "bataille pour la libération" de la capitale syrienne. Le chef de l’ASL, le colonel Riad al-Asaad, explique à FRANCE 24 les enjeux de cette "bataille de Damas".

 

Relativement épargnée par les affrontements entre l’Armée syrienne libre (ASL) et les forces du président Bachar al-Assad, Damas est depuis dimanche le théâtre de combats sans précédent depuis le début du soulèvement en mars 2011
Ces affrontements entre l’armée régulière et l’ASL sont perçus par les analystes comme un tournant de la crise à même de précipiter la chute, à long terme, du régime syrien s’il ne parvient pas à reprendre le contrôle de la capitale. Interrogé par l’antenne arabe de FRANCE 24, le chef de l’ASL, le colonel Riad al-Asaad, explique depuis la frontière syro-turque les enjeux de la "bataille de Damas".
 
 
FRANCE 24 : Quel est l’enjeu de la bataille qui se déroule actuellement à Damas ?
 
Riad al-Asaad : Damas est dans le cœur de tout les Syriens et de tous les révolutionnaires qui luttent pour la liberté. Nous estimons que la libération de Damas sera synonyme de chute de Bachar al-Assad. La propagande du pouvoir n’a cessé d’affirmer que Damas et ses habitants étaient opposés au soulèvement. Nous avons toujours pensé le contraire et les combats de ces derniers jours ont prouvé que la capitale fait partie intégrante de la révolution. En portant la bataille sur place, nous avons démontré qu’elle n’est pas un bastion imprenable fidèle au régime.
 
Justement, les rebelles sont-ils en mesure de prendre le contrôle de Damas ou de certains quartiers de la capitale ?
 
R. A. : Nous ne pouvons pas, pour le moment, prendre le contrôle de tout un quartier compte tenu de nos moyens limités par rapport à la force de frappe du régime. En revanche, nos combattants sont actifs sur plusieurs fronts dans la capitale et sa périphérie, et ce malgré la présence des gangs de "chabihas" (milices pro-régime, NDLR), de la garde républicaine et de la 4e division mécanisée. Notre but ultime est de renverser le régime des Assad. Nous avons opté, depuis le début de la crise, pour la solution militaire, car nous sommes convaincus que ce régime ne comprend que le langage de la force. Nous continuerons dans cette voie tant que nous ne serons pas parvenus à réaliser cet objectif. La voie politico-diplomatique, censée régler la crise, n’a porté aucun fruit jusqu’ici. Au contraire, elle a aggravé les souffrances du peuple syrien en offrant du temps au régime pour perpétrer ses massacres et provoquer de nombreuses pertes.
 
Certaines rumeurs font état de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne. Avez-vous des informations à ce sujet ?

R. A. : Mardi, après minuit, plusieurs témoins m’ont rapporté qu’à la suite d’un bombardement aérien sur Damas, ils avaient senti des odeurs nauséabondes, notamment dans le quartier de Midane. Il semble donc que le régime a commencé à utiliser certaines de ses armes chimiques, mais nous ignorons quel est le produit qui a été utilisé et quel est sa dangerosité.

 

Première publication : 18/07/2012

  • SYRIE

    Le ministre de la Défense tué dans un attentat-suicide à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Assad ne pourrait pas rester au pouvoir sans contrôler Damas"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Réfugié à Paris, le général Manaf Tlass appelle à une "transition" en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)