Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Israël, le casse-tête des compagnies aériennes

En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : les drapeaux en berne en France, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Gaza : Washington et l’ONU exigent un cessez-le-feu "sans condition"

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

  • Syrie : l'EIIL prend une base de l'armée mais perd un champ gazier

    En savoir plus

  • Crash d'Air Algérie : tous les corps vont être ramenés en France

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

Moyen-orient

Avec la mort d'Assef Chaoukat, le régime Assad perd l'un de ses piliers

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2012

Tué mercredi à Damas, Assef Chaoukat, beau-frère de Bachar al-Assad, était l'une des pièces maîtresses de la cellule de crise mise en place par Damas pour mater la révolte. Sa mort est un coup dur porté au pouvoir syrien.

AFP - Beau-frère du président Bachar al-Assad et un des "faucons" de l'appareil sécuritaire en Syrie, Assef Chawkat, qui a trouvé la mort mercredi dans un attentat suicide à Damas, était l'une des personnalités les plus honnies par l'opposition.

Cheveux et moustache noirs, le regard dur, discret, cet ex-chef des renseignements militaires, âgé de 62 ans, faisait partie de la cellule de crise mise en place par Bachar al-Assad pour tenter de mater la révolte qui secoue le pays depuis 16 mois.

"Sa mort est un coup fatal pour le régime car il supervisait personnellement de nombreuses opérations de l'armée syrienne contre des villages et des villes, notamment à Homs (centre)", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ministre adjoint de la Défense depuis septembre 2011, cet alaouite --communauté minoritaire en Syrie issue du chiisme à laquelle appartient M. Assad--, est né dans une famille modeste à Madhalé, un village de la province de Tartous (ouest).

Après des études d'histoire, il embrasse la carrière militaire comme beaucoup de jeunes de sa communauté.

C'est son mariage avec Bouchra, soeur de Bachar et fille aînée du président défunt Hafez al-Assad qui va le propulser au sommet de la hiérarchie militaire. Mais cette idylle n'ira pas sans poser des problèmes.

De dix ans sa cadette, cette étudiante en pharmacie est très courtisée par de nombreux jeunes de la nomenklatura syrienne et sa famille pense lui trouver un beau parti.

Mais elle s'amourache de ce jeune officier aux origines modestes. Bassel al-Assad, son frère cadet, s'oppose à cette liaison et il va mettre cet officier présomptueux derrière les barreaux à quatre reprises pour l'empêcher de voir sa soeur.


La mort de Bassel dans un accident de voiture en janvier 1994, va permettre un an plus tard aux deux tourtereaux de convoler en justes noces.

Quand le président Hafez al-Assad meurt en 2000, Assef Chawkat est considéré comme un des hommes forts du pays. En 2001, il devient chef adjoint des services de renseignements militaires.

Après l'attentat d'al-Qaïda à New York le 11 septembre 2001, il est en relations avec ses homologues américains dans la lutte contre le terrorisme avant que les Etats-Unis ne l'inscrivent sur leur liste noire pour son "aide au terrorisme".

En 2005, avec Maher, l'autre frère du président, le nom d'Assef Chawkat, apparaît dans un rapport préliminaire sur l'assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri.

La même année, il devient chef du renseignement militaire, poste qu'il occupe jusqu'en 2009. Il est nommé général de corps d'armée et adjoint au chef d'état-major.

Il prend sa retraite en 2010, mais il est rappelé par Bachar al-Assad lors de la révolte contre le régime et devient ministre adjoint de la Défense en septembre 2011.

Il avait été donné pour mort en mai lors d'une tentative d'empoisonnement au mercure organisée par un employé d'une entreprise de livraison de nourriture à domicile, qui avait réussi à prendre la fuite.

Première publication : 18/07/2012

  • SYRIE

    Attentat à Damas : le récit de la journée du 18 juillet

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le ministre de la Défense tué dans un attentat-suicide à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    "La libération de Damas sera synonyme de chute de Bachar al-Assad"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)