Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

FRANCE

La France dans le commandement intégré de l’Otan : l'heure du bilan

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 20/07/2012

François Hollande a confié à l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine la tâche d’évaluer la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’Otan. Une mesure qui reste marquée du sceau de Nicolas Sarkozy.

"Amis, alliés, pas alignés." C’est en ces termes qu’Hubert Védrine avait jadis désigné les rapports entre la France et l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan). L’ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, un temps courtisé par Nicolas Sarkozy, vient de se voir confier la mission d’évaluer le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’Otan. Une tâche qui s’inscrit dans la volonté de François Hollande de renégocier cette réintégration, sans la rompre.

"La réintégration française s'est faite sans condition, sans avancée de l'Europe de la défense, sans gain d'influence significatif sur les grandes orientations de l'Alliance", avait indiqué l'équipe de François Hollande, au cours de la campagne présidentielle. S'il ne compte pas revenir sur le choix de son prédécesseur, le chef de l'État souhaite néanmoins en "reposer les conditions".

Sarkozy, l’atlantiste

Après 43 ans d’absence, la France a en effet repris sa place dans le commandement intégré de l’Alliance atlantique en 2009, sur décision de Nicolas Sarkozy, fervent défenseur d’un rapprochement avec les États-Unis. La politique extérieure de la France, basée sur un consensus "gaullo-mitterrandien" en matière d’intégration de l’Otan, avait ainsi connu un bouleversement. Depuis la décision du général de Gaulle de sortir la France du commandement intégré en 1966, un consensus s’était établi sur ce sujet. Dénonçant une politique d’alignement atlantiste, la gauche avait, en 2008, déposé une motion de censure contre le gouvernement de François Fillon, qui avait été rejetée.

Les détracteurs du projet de Nicolas Sarkozy se disaient notamment inquiets de voir l’indépendance de la France sacrifiée sur l’autel de l’alliance internationale. Un argument digne d’un contexte de Guerre froide, selon Olivier Kempf, maître de conférences à Sciences Po Paris et auteur de "L’Otan au XXIe siècle". "Ce discours d’indépendance n’avait pas de sens il y a cinq ans dans un monde multipolaire. Il n’en a pas plus aujourd’hui. Notre réintégration dans l’Otan était assez logique d’un point de vue politique et opérationnel, et notre autonomie politique dans un cadre européen a été conservée au cours de ces dernières années", précise l’expert, rappelant que, sans l’Otan, l’opération de la France en Libye n’aurait pas été possible.

Privilégier une dimension européenne

Alors que les avancées sur l’"européanisation" de l’Otan promise par Nicolas Sarkozy sont restées timides, Hubert Védrine devrait replacer la défense européenne au cœur des priorités. Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, a ainsi souligné qu'il fallait rééquilibrer l'action de la France "en faveur de l'Europe de la défense".

Spécialiste des questions de défense à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle, Guillaume de Rougé déplore la mise à l’écart de Berlin au cours de ces dernières années, alors qu’un traité de défense franco-britannique a été signé en novembre 2010. "Nicolas Sarkozy a été dans l’incapacité de tirer pleinement profit de cette réintégration et de réinsérer l’Allemagne et les autres alliés européens dans le jeu. Les Américains et les Britanniques ont été privilégiés. Or, la politique de la France dans l’Otan est incompréhensible si on ne prend pas en compte une dimension européenne, et notamment l’ambition d’une Europe de la défense", explique celui-ci.

Toutefois, ce bémol peut être attribué, selon ce dernier, à un contexte défavorable : "La politique européenne de ces dernières années n’a pas bénéficié d’un bon alignement des étoiles. Il y a eu bien évidemment la crise économique, mais aussi la crise en Libye qui a divisé les alliés", l’Allemagne ayant refusé de prendre part aux opérations.

Autre conclusion attendue, le financement de l’Alliance : un "bilan coût-bénéfice" a été sollicité par le chef de l’État. Prévue pour fin 2012, la remise du rapport devra ouvrir la voie à une loi de programmation militaire (2014-2019) qui sera soumise au Parlement en 2013.

Première publication : 20/07/2012

  • FRANCE

    Hubert Védrine chargé d'évaluer la place de la France dans l'Otan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Une vingtaine de camions de l'Otan détruits lors d'une attaque talibane

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Kaboul, François Hollande défend le retrait des troupes françaises d'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)