Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

FRANCE

PSA : le gouvernement prône le dialogue, la famille Peugeot sort du silence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2012

Après avoir mis en cause la stratégie de PSA Peugeot Citroën, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a appelé à la poursuite du dialogue. De son côté, la famille Peugeot, principal actionnaire, se défend.

AFP - Le ministre Arnaud Montebourg a violemment mis en cause la stratégie du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, dont il a reçu le numéro un mercredi, et a averti que les mesures d'aides prévues pour la filière ne se feront pas sans contrepartie.

"Nous avons un vrai problème sur la stratégie de Peugeot, l'alliance avec General Motors, le comportement de l'actionnaire", a déclaré sur France Inter le ministre du Redressement productif, qui a reçu à 18H30 à Bercy Philippe Varin, le président du directoire de PSA.

"Des explications mutuelles ont été échangées. Le dialogue qui associe l'ensemble des parties prenantes est amené à se poursuivre", a fait savoir le ministère à l'issue de la rencontre mercredi soir.


M. Montebourg avait évoqué le matin le cas du principal actionnaire du groupe, la famille Peugeot. "Je veux savoir ce qu'il veut faire" dans ce groupe qui est un "symbole national".

Un de ses principaux représentants, Thierry Peugeot, rencontrera le ministre le 26 juillet.

La famille n'a pas attendu ce rendez-vous pour se défendre. "Elle a toujours donné la priorité au développement du groupe et à sa stratégie, n'hésitant pas à diluer sa participation quand la situation le requérait", selon un communiqué.

La famille "s'est toujours efforcée de suivre les opérations financières destinées à soutenir la stratégie" et "a systématiquement renoncé au versement de dividendes", ajoute-t-elle.

Le premier constructeur automobile français, contrairement à son concurrent national Renault, dont l'Etat est actionnaire, a maintenu ces dernières années une plus grande partie de sa production en France et plus largement en Europe.

Cette stratégie se retourne aujourd'hui contre lui, à l'heure où les immatriculations en Europe du Sud et en France chutent. Face à ces difficultés, le groupe, longtemps réticent à une alliance, a fini par s'adosser au géant américain avec qui il produira des véhicules à partir de 2016.

En attendant, PSA a annoncé la suppression de 8.000 postes en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, près de Paris, pour réduire ses capacités, position que le gouvernement socialiste juge "inacceptable en l'état".

"Où va PSA ?"

"Où va PSA ? Où veulent-ils nous emmener ? Je vous rappelle qu'il y a trois ans, en 2009, 1.700 salariés à Rennes ont déjà perdu leur emploi. Si c'est pour recommencer dans trois ans, nous dirons non", a déclaré M. Montebourg, qui n'a pas une "confiance extraordinaire" en la direction.

Le ministre a répété attendre les conclusions de l'expert gouvernemental, Emmanuel Sartorius, chargé de faire un point sur la santé de l'entreprise. M. Sartorius doit rendre ses conclusions provisoires le 31 juillet.

Pour M. Montebourg, il y a eu "des dissimulations" de la part de la direction de PSA sur la santé de l'entreprise. Il en veut pour preuve le fait que le groupe a versé l'an dernier 250 millions d'euros de dividendes au titre de l'exercice 2010, après deux ans d'interruption, alors que dans le même temps il projetait déjà de fermer le site d'Aulnay, à en croire la CGT. Aucun dividende n'a été versé cette année.

Les représentants des syndicats du premier constructeur automobile français, reçus mardi soir par M. Montebourg, espèrent aussi arriver à un diagnostic précis d'ici à la fin du mois grâce à cette expertise.

Ils devraient déjà en savoir plus le 25 juillet, date de la publication des résultats semestriels du groupe. PSA, qui a vu ses ventes s'effondrer de 13% au premier semestre, a averti qu'il essuierait une perte nette semestrielle et qu'il brûle 200 millions d'euros de liquidités par mois depuis un an.

Ce jour-là, "nous allons non seulement détailler les enjeux économiques du projet de restructuration, mais aussi expliquer comment nous allons réduire nos investissements et le prix de revient des véhicules", a déclaré le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon, le directeur financier du groupe dans un entretien aux Echos.

Un deuxième comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire se tiendra également à la même date.

Le gouvernement présentera le même jour son plan de soutien à la filière, dont M. Montebourg a présenté les grandes lignes mercredi.

"Nous écartons la prime à la casse et nous nous dirigeons vers des formes de soutien massif vers les véhicules innovants et propres, hybrides et électriques", a-t-il ainsi expliqué. "Nous sommes très tentés d'accentuer les mesures liées au bonus malus écologique", a-t-il ajouté.

"Nous avons là un avantage compétitif et comparatif très fort en France, chez nos constructeurs français", a explique M. Montebourg. Renault a fait de l'électrique un axe majeur de son développement, tandis que PSA Peugeot Citroën privilégie l'hybride.
 

Première publication : 19/07/2012

  • REPORTAGE

    À l’usine d’Aulnay-sous-Bois, une "bombe sociale" vient d’exploser

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande préside son premier défilé du 14-Juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)