Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : les drapeaux en berne en France, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • Gaza : les combats ont repris, le Hamas propose une nouvelle trêve

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Nigeria : état d’alerte après le premier cas mortel d’Ebola

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • Syrie : l'EIIL prend une base de l'armée mais perd un champ gazier

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

  • Tour de France : l'Allemand Tony Martin remporte la 20e étape

    En savoir plus

  • Crash d'Air Algérie : tous les corps vont être ramenés en France

    En savoir plus

  • Les États-Unis évacuent leur ambassade en Libye

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

FRANCE

PSA : le gouvernement prône le dialogue, la famille Peugeot sort du silence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2012

Après avoir mis en cause la stratégie de PSA Peugeot Citroën, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a appelé à la poursuite du dialogue. De son côté, la famille Peugeot, principal actionnaire, se défend.

AFP - Le ministre Arnaud Montebourg a violemment mis en cause la stratégie du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, dont il a reçu le numéro un mercredi, et a averti que les mesures d'aides prévues pour la filière ne se feront pas sans contrepartie.

"Nous avons un vrai problème sur la stratégie de Peugeot, l'alliance avec General Motors, le comportement de l'actionnaire", a déclaré sur France Inter le ministre du Redressement productif, qui a reçu à 18H30 à Bercy Philippe Varin, le président du directoire de PSA.

"Des explications mutuelles ont été échangées. Le dialogue qui associe l'ensemble des parties prenantes est amené à se poursuivre", a fait savoir le ministère à l'issue de la rencontre mercredi soir.


M. Montebourg avait évoqué le matin le cas du principal actionnaire du groupe, la famille Peugeot. "Je veux savoir ce qu'il veut faire" dans ce groupe qui est un "symbole national".

Un de ses principaux représentants, Thierry Peugeot, rencontrera le ministre le 26 juillet.

La famille n'a pas attendu ce rendez-vous pour se défendre. "Elle a toujours donné la priorité au développement du groupe et à sa stratégie, n'hésitant pas à diluer sa participation quand la situation le requérait", selon un communiqué.

La famille "s'est toujours efforcée de suivre les opérations financières destinées à soutenir la stratégie" et "a systématiquement renoncé au versement de dividendes", ajoute-t-elle.

Le premier constructeur automobile français, contrairement à son concurrent national Renault, dont l'Etat est actionnaire, a maintenu ces dernières années une plus grande partie de sa production en France et plus largement en Europe.

Cette stratégie se retourne aujourd'hui contre lui, à l'heure où les immatriculations en Europe du Sud et en France chutent. Face à ces difficultés, le groupe, longtemps réticent à une alliance, a fini par s'adosser au géant américain avec qui il produira des véhicules à partir de 2016.

En attendant, PSA a annoncé la suppression de 8.000 postes en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, près de Paris, pour réduire ses capacités, position que le gouvernement socialiste juge "inacceptable en l'état".

"Où va PSA ?"

"Où va PSA ? Où veulent-ils nous emmener ? Je vous rappelle qu'il y a trois ans, en 2009, 1.700 salariés à Rennes ont déjà perdu leur emploi. Si c'est pour recommencer dans trois ans, nous dirons non", a déclaré M. Montebourg, qui n'a pas une "confiance extraordinaire" en la direction.

Le ministre a répété attendre les conclusions de l'expert gouvernemental, Emmanuel Sartorius, chargé de faire un point sur la santé de l'entreprise. M. Sartorius doit rendre ses conclusions provisoires le 31 juillet.

Pour M. Montebourg, il y a eu "des dissimulations" de la part de la direction de PSA sur la santé de l'entreprise. Il en veut pour preuve le fait que le groupe a versé l'an dernier 250 millions d'euros de dividendes au titre de l'exercice 2010, après deux ans d'interruption, alors que dans le même temps il projetait déjà de fermer le site d'Aulnay, à en croire la CGT. Aucun dividende n'a été versé cette année.

Les représentants des syndicats du premier constructeur automobile français, reçus mardi soir par M. Montebourg, espèrent aussi arriver à un diagnostic précis d'ici à la fin du mois grâce à cette expertise.

Ils devraient déjà en savoir plus le 25 juillet, date de la publication des résultats semestriels du groupe. PSA, qui a vu ses ventes s'effondrer de 13% au premier semestre, a averti qu'il essuierait une perte nette semestrielle et qu'il brûle 200 millions d'euros de liquidités par mois depuis un an.

Ce jour-là, "nous allons non seulement détailler les enjeux économiques du projet de restructuration, mais aussi expliquer comment nous allons réduire nos investissements et le prix de revient des véhicules", a déclaré le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon, le directeur financier du groupe dans un entretien aux Echos.

Un deuxième comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire se tiendra également à la même date.

Le gouvernement présentera le même jour son plan de soutien à la filière, dont M. Montebourg a présenté les grandes lignes mercredi.

"Nous écartons la prime à la casse et nous nous dirigeons vers des formes de soutien massif vers les véhicules innovants et propres, hybrides et électriques", a-t-il ainsi expliqué. "Nous sommes très tentés d'accentuer les mesures liées au bonus malus écologique", a-t-il ajouté.

"Nous avons là un avantage compétitif et comparatif très fort en France, chez nos constructeurs français", a explique M. Montebourg. Renault a fait de l'électrique un axe majeur de son développement, tandis que PSA Peugeot Citroën privilégie l'hybride.
 

Première publication : 19/07/2012

  • REPORTAGE

    À l’usine d’Aulnay-sous-Bois, une "bombe sociale" vient d’exploser

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande préside son premier défilé du 14-Juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)