Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

Sports

Sept ans après, Paris relativise la perte des JO de 2012

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 20/07/2012

En 2005, Londres a été préférée à Paris pour accueillir les Jeux olympiques de 2012. D'abord déçue, la France réalise aujourd'hui qu’organiser les JO aurait été une charge trop lourde compte tenu de la crise.

"À toute chose malheur est bon." Le dicton trouve tout son sens lorsque la France observe aujourd’hui les dépenses engagées en pleine crise économique par le Royaume-Uni pour l’organisation des Jeux olympiques de Londres.

En 2005 pourtant, lorsque le Comité international olympique a décidé, par 54 voix contre 50, d’attribuer la tenue des Olympiades d’été de 2012 à Londres, les Français, sportifs et aficionados, ont eu beaucoup de mal à digérer le verdict.

Des milliers de supporters réunis devant des écrans géants pour suivre en direct la cérémonie de désignation de la ville organisatrice des Jeux avaient alors poussé une immense clameur de dépit. On se souvient encore de Jacques Chirac, alors président de la République, se déclarant "naturellement, comme toutes les Françaises et tous les Français, déçu par ce jugement du Comité international olympique (CIO)".

La crise a changé la donne

En 2005, faut-il le rappeler, le contexte était tout autre. L’économie mondiale se portait bien. "Les pays développés ont connu une période d’énorme croissance entre 2003 et 2007", rappelle à FRANCE 24 l’économiste Alessandro Giraudo. "Organiser les Jeux passait alors comme une question de prestige, même dans l’opinion publique", ajoute-t-il.

Aujourd’hui, la donne a changé. Dans le contexte de crise économique européen, les dépenses engagées par le Royaume-Uni pour l'organisation des JO suscitent la polémique : 9,3 milliards de livres (11,8 milliards d’euros) de fonds publics ont déjà été dépensés pour la transformation d’une partie de Londres en un parc olympique d'une part, pour le maintien de la sécurité de l'autre.

"Aujourd'hui, vous ne trouverez plus beaucoup de Français malheureux d'avoir perdu les Jeux olympiques", explique à FRANCE 24 Christophe Anglard, consultant en sécurité résidant à Paris. "Et au Royaume-Uni, vous trouverez un tas de gens préoccupés par la somme dépensée pour les JO." La Grèce qui s'est en effet fortement endettée à l'occasion des JO de 2004, fait figure de repoussoir pour les Britanniques.

Les JO, "une charge lourde"

Philippe Moreau Defarges, spécialiste de géopolitique à l’Institut français des relations internationales (Ifri), pense lui aussi que Paris peut se sentir aujourd’hui "soulagée". "La France se trouve aujourd'hui endettée jusqu’au cou, organiser les JO aurait été une charge lourde", explique le chercheur.

Du 27 juillet au 12 août, Londres sera certes la capitale mondiale du sport : les caméras du monde entier seront braquées sur les Jeux et des millions de spectateurs vont affluer. Mais le prix à payer pour ces trois semaines de gloire paraît très élevé. "En période de crise, les Jeux olympiques constituent une entreprise économique douteuse", conclut Philippe Moreau Defarges.

Première publication : 19/07/2012

  • JEUX OLYMPIQUES

    #Londres2012 : tweetez, vous êtes surveillés...

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les athlètes musulmans à l'épreuve du ramadan

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les Britanniques, champions olympiques de la sécurité... et du LOL

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)