Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Mademoiselle K

En savoir plus

#ActuElles

Le sexisme passe à table : l’asservissement des femmes par la nourriture

En savoir plus

FRANCE

Cécile Duflot sifflée à l'Assemblée ou la chronique d'un sexisme ordinaire

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 19/07/2012

La ministre du Logement a été chahutée mardi à l'Assemblée en raison de sa robe à fleurs. Alors que Cécile Duflot s’apprêtait à prendre la parole, des exclamations se sont élevées des bancs du Palais-Bourbon.

Le machisme vit encore de belles heures, à en croire l’étonnante saynète qui s’est déroulée mardi 17 juillet en plein hémicycle de l"Assemblée. Alors que la ministre du Logement s’avance vers le micro afin de prendre la parole pour débattre d’un projet d’architecture du Grand Paris, Cécile Duflot est accueillie par les sifflets de certains députés de l’opposition. Visiblement consternée, la ministre n’en est pas moins décontenancée. Attrapant le micro d’une main, elle lance, en guise d’incipit : "Mesdames et messieurs les députés… Mais surtout messieurs visiblement".

L’épisode est d’autant plus regrettable que Cécile Duflot - déjà critiquée pour avoir porté un jean lors du premier Conseil des ministres du gouvernement Ayrault - n’échappait en rien aux règles de bienséance. La robe, passée à la loupe, ne laisse deviner aucun décolleté, tombe sous les genoux et ne dévoile même pas les épaules de la ministre. Malgré cette décence vestimentaire, le président de l’Assemblée, Claude Bartolone, a dû intervenir pour réclamer le retour au calme.

"Simples sifflets"

Se défendant de toute misogynie, le député-maire UMP de Levallois, Patrick Balkany, justifie son attitude par sa grande "admiration" pour la gente féminine. "Nous n'avons pas hué ni sifflé Cécile Duflot, nous avons admiré", explique-t-il au "Figaro", assurant que "tout le monde était étonné de la voir en robe". Et de poursuivre : "D'ailleurs, peut-être avait-elle mis cette robe pour ne pas qu’on écoute ce qu’elle avait à dire".

Une justification reprise par son confrère Jacques Myard, député UMP des Yvelines. "Enfin, on peut regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme", martèle l’élu, estimant dans "l’Express" qu’il ne s’agit que de "simples sifflets" en hommage "à la beauté de cette femme".

Dans les années 1970, Michèle Aliot-Marie déjà avait fait les frais des railleries de ses confrères, lorsqu’elle arriva jambes couvertes à l’Assemblée nationale. Il est vrai que le port du pantalon pour les femmes à l'Assemblée - même s’il est largement banalisé dans la société - n’est officiellement autorisé que depuis 1980. À l'époque, ne perdant pas son sang froid, la députée avait répliqué à l'huissier qui tentait de l'empêcher d'entrer dans l'Hémicycle : "Si mon pantalon vous dérange tant que ça, je me propose de l’enlever dans la seconde".

Première publication : 19/07/2012

  • FRANCE

    Cécile Duflot annonce un décret pour bloquer les loyers à la relocation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)