Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient à al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Moyen-orient

Violents affrontements près du siège du gouvernement à Damas

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2012

Des affrontements entre rebelles et armée régulière ont éclaté ce jeudi près du siège du gouvernement syrien à Damas. D'après des sources dans l'opposition, Bachar al-Assad se trouverait à Lattaquié d'où il coordonnerait la riposte.

REUTERS - Au lendemain de l'attentat qui a décapité une partie de l'appareil sécuritaire du régime syrien, des affrontements ont éclaté jeudi matin près du siège du gouvernement à Damas, rapportent des insurgés et des habitants.

Ces accrochages, dans le quartier d'Ikhlas, qui jouxte le vaste complexe où siège le

Que sait-on sur l'attentat de Damas ?

Conseil des ministres, ont été déclenchés par une attaque lancée par les combattants rebelles contre les forces régulières de Bachar al Assad, ajoute-t-on de même source.

Un premier bilan fait état d'au moins un mort.

La "bataille de Damas" lancée le week-end dernier par les insurgés a vécu un tournant mercredi avec l'attentat qui a visé des membres haut placés de l'appareil sécuritaire syrien.

L'explosion d'une bombe en pleine réunion de la cellule de crise mise en place par Bachar a Assad, a été fatale à Assef Chaoukat, beau-frère du président et pilier du clan Assad au pouvoir depuis 1970, au ministre de la Défense Daoud Radjha et au général Hassan Tourkmani.

Ces trois hommes faisaient partie du premier cercle du pouvoir chargé de la lutte contre le mouvement de contestation né en mars 2011 dans le sillage des révolutions en Tunisie et en Egypte et du soulèvement en Libye.

Mercredi soir, d'intenses combats étaient signalés dans des quartiers du centre de la capitale, Mezze et Kfar Sousseh, tandis qu'un commissariat du quartier de Hadjar al Assouad était en flammes. A la tombée de la nuit, l'armée déployée sur les hauteurs de Damas pilonnait sa propre capitale, également mitraillée par des hélicoptères de combat.

Aux premières heures de la journée de jeudi, des habitants de Damas déclaraient que les affrontements se poursuivaient sans répit entre les forces du régime et les insurgés.

Des explosions et des tirs ont été entendus dans la matinée par des habitants des quartiers de Midane et Kfar Sousseh, que survolaient des hélicoptères.



Le nombre de blindés de l'armée et de barrages établis dans les rues de la capitale s'est accru sauf dans la Vieille Ville, où les checkpoints semblent avoir été levés.

RIPOSTE COORDONNÉE PAR ASSAD DEPUIS LATTAQUIÉ ?

D'après des sources dans l'opposition syrienne, Bachar al Assad, qui n'a fait aucun commentaire ni apparition publique depuis l'attentat, se trouverait à Lattaquié, sur la côte méditerranéenne, d'où il coordonnerait la riposte.

Fahad Djassim al Freidj, nommé ministre de la Défense dans les heures ayant suivi la mort de son prédécesseur, a annoncé pour sa part que "ce lâche acte de terrorisme ne détournerait pas les hommes de nos forces armées de leur mission sacrée: traquer ce qui reste de ces bandes armées criminelles terroristes".

"Ils trancheront les mains de quiconque tente de nuire à la sécurité de la nation ou de ses citoyens", a-t-il promis sur l'antenne de la télévision publique syrienne.

Les insurgés qui sont entrés dans Damas sont passés à l'action dimanche. Ils sont pour l'essentiel équipés d'armes légères et de lance-grenade RPG.

Mais, joint à Istanbul, un opposant syrien de longue date, Faouaz Tello, estimait mercredi que le commandement de l'Armée syrienne libre (ASL) pourrait avoir du mal à maintenir les lignes d'approvisionnement de ses combattants. "Les rebelles pourraient devoir procéder à un retrait tactique, comme ils l'ont fait dans d'autres villes", ajoutait-il.

Première publication : 19/07/2012

  • SYRIE

    Les violences se poursuivent à Damas, le régime Al-Assad frappé en plein cœur

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attentat à Damas : le récit de la journée du 18 juillet

    En savoir plus

  • SYRIE

    "La libération de Damas sera synonyme de chute de Bachar al-Assad"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)