Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

FRANCE

"Il y a des limites à la critique", affirme Thierry Peugeot au Figaro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2012

La famille Peugeot continue de se défendre à la suite de l'annonce des 8 000 suppressions de postes chez PSA. Dans un entretien au quotidien Le Figaro, Thierry Peugeot estime qu'il y a "des limites" à la critique, évoquant celles du gouvernement.

AFP - Le président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën, Thierry Peugeot, a déclaré jeudi qu'il y avait "des limites" à la critique après les attaques du gouvernement et a assuré que la famille était "unie" derrière le patron, Philippe Varin, dans une interview au Figaro.fr.

"C'est tout le groupe qui vit mal ces attaques et qui se sent visé", dit-il. "Il y a des mots que je n'ai pas aimés et qui ont été répétés: +mensonge+ et +dissimulation+. Nous sommes prêts à accepter la critique mais il y a des limites", ajoute-t-il, alors que le groupe a annoncé la suppression de 8.000 postes en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay.

Le groupe et la famille, qui détient 25% du capital, ont été vigoureusement attaqués, d'abord par le président de la République, François Hollande, lors de son intervention du 14 juillet, puis par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

François Hollande, déclarant que le plan de restructuration était "en l'état inacceptable" et devait être "renégocié", s'est montré particulièrement virulent à l'égard de la direction du groupe, accusée de "mensonge" et d'avoir reporté l'annonce du plan à l'après-présidentielle.

"Ce plan était déjà une rumeur il y a quelques mois, la direction de Peugeot a nié qu'elle était dans la réflexion de ce plan", a-t-il dit.

"Nous avons un vrai problème sur la stratégie de Peugeot, l'alliance avec General Motors, le comportement de l'actionnaire", a pour sa part déclaré M. Montebourg. Ce dernier doit recevoir Thierry Peugeot jeudi.

"Nous sommes bien conscients de la gravité du plan" de suppression de postes, a admis M. Peugeot. "Je comprends qu'elles (les suppressions NDLR) puissent choquer au sein de l'entreprise, du gouvernement et dans l'ensemble du pays", dit-il.


"Nous avons des valeurs d'humanisme et de respect (qui seront) appliquées dans la mise en oeuvre du plan", assure-t-il

Toutefois, face au recul du marché européen de l'automobile, "nous sommes dans l'obligation de nous adapter, nous ne pouvons pas rester sans rien faire", justifie-t-il.

A propos de la stratégie du groupe, le président du conseil de surveillance affirme que la famille "n'a jamais été contre une alliance" avec un autre constructeur.

"Il n'y a pas de dissension au sein de la famille. Il y a l'unanimité totale. Et le conseil de surveillance a clairement exprimé son soutien à Philippe Varin, début juin", a-t-il également affirmé.

Ce n'est que cette année que PSA s'est rapproché d'un concurrent, le groupe américain General Motors (GM), qui a pris 7% de son capital et avec qui il doit produire des modèles à partir de 2016. PSA avait renoncé deux ans auparavant à s'allier à son partenaire de longue date, le japonais Mitsubishi, pour préserver ses finances.

M. Peugeot justifie enfin la "montée en gamme" de PSA et sa stratégie pour devenir "un groupe mondial", tout en se disant "très attaché à son ancrage en France".

Interrogé sur la possibilité d'une OPA sur PSA, M. Peugeot répond que "tout est possible" en se disant "inquiet" de la chute du cours de Bourse. Ce dernier a chuté de 18% depuis l'annonce du plan mais rebondit depuis mercredi.

"Les attaques dont le groupe fait actuellement l'objet ont un effet immédiat sur leur perception du groupe. C'est une situation qui est dangereuse", ajoute-t-il.

Une éventuelle dilution de la participation familiale "n'est pas à l'ordre du jour", affirme M. Peugeot, qui voit dans cet actionnariat "un élément de stabilité".

"Nous sommes aussi des gens responsables", affirme M. Peugeot, dont le famille a été mise en cause sur le versement de dividendes alors que le groupe bat de l'aile depuis plusieurs années.

"A chaque fois que le groupe a été en difficulté, il a suspendu le versement de dividendes à ses actionnaires. Cela a été le cas en 2009 et en 2010, au titre des exercices précédents. En 2011, l'entreprise a versé des dividendes car les résultats de l'exercice 2010 étaient bénéficiaires", a-t-il justifié.

 

Première publication : 20/07/2012

  • REPORTAGE

    À l’usine d’Aulnay-sous-Bois, une "bombe sociale" vient d’exploser

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande préside son premier défilé du 14-Juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)