Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

A la une

Fin de la gratuité des lycées français à l'étranger

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 20/07/2012

FRANCE 24 lance un appel à témoignages sur la fin de la gratuité des lycées français à l'étranger. Partagez votre avis sur notre page dédiée.

 

Vous vivez à l’étranger, vous avez des enfants scolarisés et vous êtes concernés par la fin annoncée de cette prise en charge ?

Faites-nous part de vos inquiétudes pour la rentrée 2012.

Le dispositif de prise en charge des frais de scolarité sans condition de ressources pour les lycéens français scolarisés dans des établissements français à l’étranger va disparaître. L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de jeudi à vendredi sa suppression, dans le cadre du budget rectificatif 2012.

La fin de cette mesure mise en place en 2007 avait été annoncée par François Hollande durant la campagne présidentielle. Cette gratuité était loin de faire l’unanimité chez les parents d’élèves à l’étranger, qui dénonçaient un “mini bouclier fiscal” pour les plus riches et les exilés fiscaux.

Sa suppression devrait rapporter 31,9 millions d’euros à l’État. Pour faire passer la pilule, le gouvernement a toutefois indiqué que cette prise en charge “sera remplacée à la rentrée de septembre 2012 par un dispositif d’aides à la scolarité plus juste”.

 

Première publication : 20/07/2012

COMMENTAIRE(S)