Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

FRANCE

Nathalie Kosciusko-Morizet brigue officiellement la présidence de l'UMP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2012

L'ex-ministre de l'Écologie et ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2012 entend offrir une "troisième voie" dans le probable duel entre François Fillon et Jean-François Copé pour la tête de l'UMP.

AFP - L'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé samedi à l'AFP qu'elle était candidate à la présidence de l'UMP en se posant "en alternative, en troisième voie", face au duel attendu Fillon-Copé.

"Je lance dès la semaine prochaine ma campagne en partant à la recherche des 8.000 parrainages" d'adhérents requis pour concourir à l'élection à la présidence de l'UMP, en novembre, a déclaré l'ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, au retour d'un déplacement en Corse où elle avait réservé aux militants UMP locaux la primeur de sa démarche.

NKM, 39 ans, qui a parcouru un certain nombre de fédérations UMP à travers la France depuis début juillet, voit dans sa candidature "une démarche apaisante", à l'instar de celle qu'avait voulu incarner Alain Juppé, pour éviter "un combat des chefs avant l'heure".

"Elle n'est pas du tout dirigée contre l'un ou contre l'autre", a-t-elle insisté, mais "la présidentielle de 2017, ce n'est pas d'actualité aujourd'hui", alors que M. Fillon, candidat déjà déclaré, et M. Copé, futur candidat, ont tous deux clairement l'Elysée comme objectif.

"Dans ma tournée des fédérations, j'ai senti un grand désarroi des militants face à ce qui se présente comme un combat de personnes, quelles que soient les préférences personnelles des militants", a ajouté Mme Kosciusko-Morizet, réélue de justesse députée de l'Essonne en juin dernier. "Leur seule urgence, ce sont les municipales de 2014".

Celle qui vient de lancer son mouvement "La France droite" veut que sa famille politique fasse preuve de "clarté dans ses valeurs". "Nos militants attendent qu'on dise clairement où on est", dit-elle en se fixant pour "ligne directrice": "pas de concession avec le PS et pas de compromission avec le FN".

Ses trois axes ? "La clarté, en nous revendiquant clairement de droite avec les valeurs du travail et de l'autorité"; "la filiation du sarkozysme", dans laquelle elle s'inscrit "clairement" car c'est l'affirmation des valeurs de droite, de l'esprit de réforme mais aussi le refus d'une "droite conservatrice"; la "décentralisation" vers les territoires de l'UMP, "un parti qui avait été construit pour l'élection présidentielle".

 

Première publication : 21/07/2012

  • FRANCE

    François Fillon officiellement candidat à la présidence de l'UMP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)