Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

EUROPE

Vatileaks : le majordome de Benoît XVI libéré de prison et assigné à domicile

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2012

Le majordome de Benoît XVI, accusé d'être la taupe responsable du scandale du "Vatileaks", qui résulte de la fuite de documents confidentiels, a été libéré de prison et assigné à résidence, a annoncé le Vatican.

AFP - Le majordome du pape, accusé d'être à l'origine de fuites de documents ultra-confidentiels, a été libéré de prison et assigné à domicile, a annoncé samedi à la presse le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Arrêté le 23 mai dernier en possession de documents confidentiels provenant de la correspondance privée du pape, Paolo Gabriele "résidera avec sa famille" au Vatican et ses contacts avec l'extérieur seront étroitement réglementés, a précisé le père Lombardi. Mais après un nouvel interrogatoire samedi, qui a duré sept heures, "sa détention n'est plus nécessaire", a-t-il dit.

"Il peut recevoir une aide médicale, spirituelle, des visites. Il peut aller à la messe accompagné", a-t-il poursuivi.

D'ici début août au plus tard, la justice vaticane décidera si un procès doit être ouvert contre le majordome, a ajouté le porte-parole.

Paolo Gabriele est accusé de "vol aggravé" pour avoir pris sur le bureau de son supérieur hiérarchique, Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier du pape, de nombreux messages, lettres et mails ultra-secrets, dont certains adressés à Joseph Ratzinger lui-même, et les avoir photocopiés en secret pour les transmettre à l'extérieur du Vatican.

Depuis l'arrestation de Paolo Gabriele, les investigations se poursuivent à deux niveaux: la commission de trois cardinaux, qui est investie de larges pouvoirs et rend compte directement au pape, et l'instruction judiciaire qui doit décider s'il convient de juger M. Gabriele.

En cas de procès, le majordome risque entre 1 et 6 ans de prison. Le pape peut aussi décider de le gracier.

Au cours du même point de presse dans les locaux de Radio Vatican, l'un des avocats du majordome, Carlo Fusco a affirmé s'attendre à un renvoi en justice. "Paolo a pleinement coopéré depuis le début et ceci a permis de faire toute la lumière sur les actes dans lesquels il est impliqué", a-t-il expliqué.

"Les motivations qui l'ont porté à accomplir certains actes sont toutes de caractère personnel. Rien n'est lié à des motifs extérieurs", a-t-il assuré.

"il n'y a pas de réseaux, il n'y pas de complots internes ou externes", a-t-il insisté, alors que nombre d'observateurs estiment que le majordome a pu être manipulé dans le cadre d'un règlement de comptes au sein des autorités vaticanes.

"Paolo nous a répété, à nous et au juge qu'il a toujours été mû par un désir de faire quelque chose qui soit une aide, un acte d'amour à l'égard du Saint-Père", a ajouté l'avocat.

Son objectif était que l'Eglise soit "plus vivante", a-t-il plaidé, assurant que son client n'avait pas agi "pour de l'argent" mais était "sous pression".

L'arrestation du majordome était intervenue en pleine tourmente alors que des fuites se multipliaient dans la presse sur des tensions au sein du Vatican, notamment sur la question de la transparence financière.

Le majordome est le seul à être détenu dans le cadre de cette affaire.

 

Première publication : 21/07/2012

  • VATICAN

    Benoît XVI apporte son soutien à son bras droit dans le scandale du "Vatileaks"

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le Saint-Siège plongé dans la tourmente du "Vatileaks"

    En savoir plus

  • RELIGION

    "Benoît XVI souhaite à tout prix la réconciliation avec les intégristes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)