Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

Trois morts suite à une mutinerie dans une base militaire près d'Antananarivo

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2012

L'armée malgache a donné l'assaut dimanche sur la base aéronavale d'Ivato, proche de l'aéroport d'Antananarivo, la capitale malgache, où se trouvaient des soldats mutins. Les affrontements ont fait au moins trois morts et quatre blessés.

AFP - Madagascar, plongée dans une longue crise politique, a connu de nouveaux troubles dimanche sur une base militaire proche de l'aéroport de la capitale où des mutins aux revendications inconnues ont provoqué des affrontements, faisant au moins trois morts et quatre blessés.

L'armée a annoncé avoir lancé l'asssaut contre la base du 1er Régiment des forces d'intervention (RFI) à Ivato après l'échec d'une tentative de négociation dans la journée et les coups de feu avaient cessé vers 18H30 (15h30 GMT), a constaté une journaliste de l'AFP.

Vers 20h30 (17h30 GMT) le chef d'état-major, le général André Ndriarijaona, a déclaré à l'AFP que l'armée avait pris le controle de la situation.

"Les opérations de ratissage se poursuivent, une opération de nuit n'est pas exclue mais la situation est sous contrôle", a-t-il dit.

Les liaisons avec l'aéroport international d'Antananarivo, suspendues par sécurité en raison de la proximité de la base mutinée, ont été rétablies.

"L'aéroport d'Ivato reste ouvert", a souligné dimanche soir le ministère dans un communiqué, le premier diffusé depuis l'annulation de tous les vols dimanche.

Ces violences sont intervenues alors que les deux principaux protagonistes de la crise politique malgache, l'ancien président Marc Ravalomanana, 62 ans, renversé début 2009, et Andry Rajoelina, 38 ans, son opposant et président de fait du régime de Transition, doivent en principe négocier seul à seul mercredi aux Seychelles.

Aucun des deux rivaux n'a fait de déclaration dimanche.

Le mot de tentative de coup d'Etat n'a pas été prononcé de la journée, contrairement à novembre 2010 où une mutinerie avait eu lieu quasi au même endroit, mais sur la base aéronavale d'Ivato.

Le ministre des Forces Armées, André Lucien Rakotoarimasy, a déclaré qu'il s'agissait d'"une mutinerie fomentée par quelques éléments" et affirmé "ne rien savoir de ce qu'ils veulent".

Les mutins ont été identifiés comme de jeunes recrues, selon un ancien du régiment de commando installé sur la base mutinée. Leur leader est un certain caporal Koto Mainty, dit "caporal black", selon la même source.

Les premiers tirs en provenance de la base ont retenti à partir de 06h00 (03h00 GMT).

L'assaut a été donné par les gendarmes et l'armée avant que la nuit ne tombe, à 16h00 (13h00 GMT) et après la mort d'un officier envoyé négocier, selon l'armée malgache. Dans un communiqué, l'état-major a indiqué avoir déclenché l'attaque après l'échec des négociations.

Le chef de la communication des forces armées, le colonel Rarasoa Ralaialomady, a indiqué que le bilan était de trois morts et quatre blessés.

Une situation toujours volatile et tendue

Une source diplomatique, jointe par l'AFP, a évoqué une possible mise en scène destinée à impressionner la communauté internationale et à perturber la rencontre entre MM. Rajoelina et Ravalomanana.

Ces troubles confirment en tout cas la situation toujours volatile et tendue dans la Grande Ile.

Ils ajoutent au voile d'incertitude entourant le tête-à-tête que les médiateurs de l'Afrique australe (SADC) peinent à organiser entre MM. Rajoelina et Ravalomanana.

La date et le lieu de la rencontre aux Seychelles n'a d'ailleurs jamais été annoncée officiellement par la SADC, ni par aucune des parties mais confirmée par plusieurs sources concordantes.

Le retour et l'éventuelle participation de l'ex-président à la future élection présidentielle restent les principaux obstacles à la résolution de la crise.

Tandis que M. Ravalomanana vit en exil en Afrique du Sud depuis 2009, les grèves se multiplient et des manifestations contre le régime en place ont vu le jour.

Le gouvernement d'union nationale créé en novembre 2011 est perturbé par de nombreux blocages. Les ministres pro-Ravalomanana ont été suspendus la semaine dernière au motif qu'ils boycottaient le conseil des ministres depuis mai.

La pression sur les deux rivaux s'est accrue avec l'annonce par la commission électorale (Cenit) qu'elle annoncerait le 1er août le calendrier définitif des élections législatives et présidentielle.

La Cenit a précisé n'avoir pas d'objection à organiser ces scrutins en saison sèche 2013 (avril-septembre), comme le préconise l'ONU. Leur organisation dépend de financements extérieurs, notamment de l'Union européenne dont fait partie la France, ancienne puissance coloniale qui continue de suivre de près les affaires malgaches.

 

Première publication : 22/07/2012

  • MADAGASCAR

    L'avion de l'ex-président Ravalomanana empêché d'atterrir

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Rajoelina signe un accord de sortie de crise avec l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)