Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Culture

Une série télévisée représentant un compagnon de Mahomet fait scandale en Égypte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/07/2012

La diffusion de la super-production "Omar", qui retrace la vie d'un célèbre compagnon de Mahomet et en propose des représentations figurées, provoque la controverse en Égypte. Une fatwa a été émise par les dignitaires d'Al-Azhar.

AFP - Une série télévisée diffusée par une télévision à capitaux saoudiens sur le deuxième calife de l'islam provoque les critiques d'instances religieuses et de spectateurs qui désapprouvent la représentation figurée du prophète Mahomet et de ses compagnons.

"Omar" est une super-production historique qui raconte la vie de Omar ibn al-Khattab, un des compagnons les plus illustres de Mahomet et deuxième calife sous lequel l'islam connaît une expansion rapide au VIIème siècle.

Mais la série, diffusée à l'occasion du ramadan, mois de jeûne pour les musulmans au cours duquel les télévisions connaissent des pics de record d'audience mais aussi une multiplication des spots publicitaires, est au centre d'une controverse opposant religieux conservateurs et réformistes.

Selon ses créateurs, la chaîne Middle East Broadcasting Centre (MBC), il s'agit de la plus grande production arabe, avec 30.000 acteurs et techniciens de 10 pays, ses 31 épisodes ayant été tournés en 300 jours.

Al-Azhar, principale institution religieuse de l'islam sunnite, basée au Caire, a émis un édit religieux (fatwa) affirmant que les représentations figuratives des prophètes et de leurs compagnons étaient interdites.

Une fatwa similaire a été émise par Dar al-Ifta en Arabie saoudite (le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas).

Si la représentation figurée n'est pas explicitement interdite dans le Coran, les théologiens sunnites s'accordent sur le fait que la représentation des figures religieuses est interdite car susceptible selon eux de conduire à l'idôlatrie, une pratique strictement interdite.

Des milliers de personnes se sont exprimées sur les réseaux sociaux pour dénoncer la série télévisée et appeler à ce qu'elle soit retirée du petit écran.

"Les symboles de la nation (de l'islam) sont une ligne rouge", estime ainsi un internaute sur Facebook sur une page intitulée "Non à la diffusion d'Omar".

Les acteurs "vont ternir l'image (des prophètes et des compagnons) en jouant d'autres rôles dans d'autres films, séries ou pièces de théâtre", a jugé un autre.

Sur une autre page, on voit les portraits des acteurs avec les inscriptions "Honte aux musulmans!" en gros caractères rouges.

Mais les producteurs de la série disent avoir reçu le soutien de plusieurs dignitaires religieux qui ont également examiné la véracité des faits historiques évoqués dans la série, notamment celui de l'influent théologien égyptien cheikh Youssef Al-Qaradaoui.

Pour le critique de cinéma égyptien Tarek al-Shennawi, la représentation de Omar par une société de production saoudienne est le signe d'une défaite des institutions islamiques officielles comme Al-Azhar et Dar al-Ifta en Arabie saoudite.

"Beaucoup de ces institutions campent sur leurs positions, alors que d'autres ont depuis longtemps approuvé la représentation figurée", a-t-il expliqué à l'AFP.

Sanaa Hashem, professeur à l'institut de cinéma du Caire, souligne qu'"en islam, il n'y a pas de sanctification. Représenter ces figures (à l'écran) est en accord avec cela (...) et favorise la discussion sur ces personnages, leurs rôles religieux et historique (...) ainsi que le développement intellectuel". 

Première publication : 23/07/2012

  • TUNISIE

    Deux Tunisiens condamnés à sept ans de prison pour des caricatures de Mahomet sur Facebook

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Caricature de Mahomet : "La censure du sacré est institutionnalisée"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le niqab comme revendication d'un féminisme islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)