Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bal des vampires" : Roman Polanski sort les crocs !

En savoir plus

FOCUS

Le Caire surveille de près les islamistes radicaux tentés par l'EI

En savoir plus

Moyen-orient

La Syrie plonge dans la crise humanitaire

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 23/07/2012

Alors que les violences se poursuivent en Syrie, les organisations humanitaires s'inquiètent du sort des réfugiés dans les pays limitrophes et surtout des déplacés internes, qui seraient plus d'un million.

Comme un nombre croissant de Syriens, Fatima Khatib a pris la route du Liban en fin de semaine dernière pour fuir Damas et les combats qui y font rage. Après trois heures de route, elle est parvenue à passer la frontière syro-libanaise pour trouver refuge à Beyrouth. "Pendant les bombardements, on n’osait même pas aller aux fenêtres pour voir ce qu’il se passait. J’ai eu tellement peur, je n’en ai pas dormi pendant trois jours", se désole-t-elle. Selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), au moins 120 000 Syriens, principalement des familles avec femmes et enfants, ont trouvé refuge dans les pays limitrophes que sont l'Irak, la Jordanie et la Turquie mais plus d’un quart sont partis au Liban.

Si certains réfugiés ont trouvé asile dans leur famille ou chez des amis, beaucoup sont aujourd’hui hébergés dans des hôtels ou des abris de fortune. "La priorité est de trouver des abris, estime Sybella Wilkes, porte-parole du HCR contactée par FRANCE 24. Mais également des soins, de la nourriture, des couvertures. Le Liban a des capacités limitées pour l’accueil des malades. S’il existe une forte solidarité, le sort des réfugiés dépend pour beaucoup des ONG qui ont donc besoin d’argent."

D’autant que les chiffres avancés par le HCR sont probablement sous-estimés, puisqu’il ne s’agit que du nombre d’inscrits sur les listes de l’agence de l’ONU. L’ordre, le 23 juillet, du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki de laisser passer les réfugiés syriens qui se présentent aux postes-frontières irakiens pourrait encore augmenter le nombre de candidats syriens au départ dans les prochains jours.

Les déplacés internes sous le feu des violences

Pour les ONG, la question des déplacés internes reste aujourd’hui une préoccupation majeure. Entre 1 et 1,5 million de Syriens ont été forcés de migrer à l'intérieur des frontières de leur propre pays, selon des chiffres du Croissant-Rouge syrien. Etant donné l’évolution rapide de la situation sur le terrain, il semble néanmoins difficile de donner des chiffres précis.

"Depuis une semaine, la priorité va aux déplacés syriens car les violences se poursuivent à Damas, Alep et Homs ", estime de son côté Hicham Hassan, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les besoins humanitaires augmentent à mesure que l’insécurité va croissante."

Selon les dernières informations du CICR, au moins 11 800 personnes fuyant les violences ont trouvé refuge dans des établissements publics, notamment des écoles, à Damas. De nombreux parcs ont également été investis. "Mais se pose aujourd’hui la question du transport d’eau, de nourriture, de couvertures et de médicaments ", poursuit Sybella Wilkes, tandis que Hicham Hassan met l’accent sur le difficile accès aux soins des blessés et la nécessaire sécurisation des soins et du personnel humanitaire qui fait lui aussi les frais des violences. Cinq agents du Croissant-Rouge syrien ont été tués depuis le début du soulèvement en mars 2011.

La communauté internationale met la main à la poche

Face aux alertes répétées des agences internationales, des fonds ont été débloqués. Les ministres de la Ligue arabe, qui se sont réunis ce week-end, ont décidé d'allouer une aide de 100 millions de dollars aux réfugiés syriens, "une somme qui ne recouvre que les besoins basiques et immédiats des réfugiés : abris, nourriture, soin médicaux", précise Sybella Wilkes.
 
De son côté, la Commission européenne a annoncé le 23 juillet avoir doublé son aide d'urgence aux réfugiés syriens, portant à 63 millions d'euros son assistance à la population en Syrie ou réfugiée dans les pays voisins. "L'augmentation de l'aide de l'Union européenne est l'expression la plus concrète de notre solidarité avec le peuple syrien", a jugé la commissaire européenne à l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva.    
         
Difficile néanmoins de savoir comment cet argent sera géré : "L’aide doit être redistribuée entre les ONG, les agences internationales et les gouvernements d’accueil. Les gouvernements ont fait des efforts mais ils ont besoin d’aide. Nous ne savons pour l’instant rien des modalités de redistribution des fonds", avoue Sybella Wilkes.
 
En ce qui concerne l’aide de la Commission européenne, elle doit être distribuée entre les agences internationales et les ONG présentes sur le terrain, comme le HCR, le Croissant-Rouge syrien et le CICR qui sont déjà venus en aide à plus de 600 000 personnes sur le territoire syrien. "Nous ne travaillons jamais avec les gouvernements ou quelque instance politique que ce soit. Notre aide est distribuée entre les organisations professionnelles qui sont aux prises avec les personnes dans le besoin", assure à FRANCE 24 Irina Novakova, responsable de presse à la Commission européenne.
 
Sept agences internationales et 36 ONG sont partenaires pour apporter de l’aide aux réfugiés syriens. Elles estiment pour l’instant avoir perçu 38 millions de dollars sur les 180 nécessaires pour subvenir aux besoins des déplacés internes. 

Première publication : 23/07/2012

  • SYRIE

    Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée poursuit son offensive, la Ligue arabe presse Assad de partir

    En savoir plus

  • SYRIE

    La rébellion contrôle plusieurs postes-frontières, violents combats à Alep

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)