Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré attendu ce vendredi à Bamako

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2012

Après avoir passé deux mois à Paris pour y être soigné suite à une agression par des manifestants à Bamako, le président malien a prévu de regagner son pays ce vendredi, alors que le Nord est toujours sous la coupe de groupes islamistes.

AFP - Le gouvernement malien a confirmé jeudi soir le retour vendredi à Bamako du président intérimaire Dioncounda Traoré qui était en convalescence à Paris depuis le 23 mai après une violente agression commise dans son bureau par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

"Le président intérimaire qui a séjourné en France pour des soins, regagne Bamako vendredi 27 juillet 2012. Son avion est attendu à 16H30 (locales et GMT) à l'aéroport de Bamako", indique un court communiqué officiel lu à la télévision nationale.



A Paris, des sources diplomatiques avaient indiqué jeudi matin que le président Traoré prévoyait de regagner Bamako vendredi. L'une d'elles avait assuré qu'il ne rentrait pas sous la pression internationale, mais qu'il entendait "assumer ses responsabilités".

L'avion qui doit ramener M. Traoré dans son pays a quitté Bamako pour Paris jeudi après-midi, a appris l'AFP de source aéroportuaire malienne.

Les pays voisins du Mali, dont le nord est occupé depuis fin mars par des groupes islamistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islmique (Aqmi), ont récemment sommé les autorités intérimaires maliennes de constituer un "gouvernement d'union nationale" d'ici le 31 juillet, sous peine de sanctions.

Ils ont aussi "exhorté" le président Traoré à demander "sans délai" à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'ONU l'envoi d'une force africaine au Mali.

Des chefs militaires de la Cédéao ont affirmé jeudi à Abidjan ne plus attendre qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour déployer au Mali quelque 3.000 hommes.

Le Conseil de sécurité s'est abstenu jusque-là de donner un mandat à une éventuelle force ouest-africaine au Mali, attendant plus de précisions sur ses contours et sa mission.

Le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, a déclaré jeudi à Paris espérer une résolution "dans les tout prochains jours" pour "une éventuelle intervention militaire".

La Cédéao attend aussi une demande formelle de Bamako et une aide extérieure, notamment logistique.

Les autorités de transition au Mali ont été été mises en place en avril, moins d'un mois après un coup d'Etat qui avait renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré et précipité l'occupation du nord du pays --plus de la moitié du territoire-- par des groupes islamistes qui ont commencé à y imposer la charia (loi islamique).

Les putschistes ont quitté le pouvoir après un accord signé le 6 avril avec la Cédéao, qui prévoyait la formation d'un gouvernement de large union. Dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo, les ex-putschistes restent influents à Bamako.

 

Première publication : 26/07/2012

  • MALI

    Le président malien à Paris pour des examens médicaux

    En savoir plus

  • MALI

    La sortie de crise mise en danger par l'agression du président Traoré

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Traoré a été agressé par des manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)