Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré attendu ce vendredi à Bamako

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2012

Après avoir passé deux mois à Paris pour y être soigné suite à une agression par des manifestants à Bamako, le président malien a prévu de regagner son pays ce vendredi, alors que le Nord est toujours sous la coupe de groupes islamistes.

AFP - Le gouvernement malien a confirmé jeudi soir le retour vendredi à Bamako du président intérimaire Dioncounda Traoré qui était en convalescence à Paris depuis le 23 mai après une violente agression commise dans son bureau par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

"Le président intérimaire qui a séjourné en France pour des soins, regagne Bamako vendredi 27 juillet 2012. Son avion est attendu à 16H30 (locales et GMT) à l'aéroport de Bamako", indique un court communiqué officiel lu à la télévision nationale.



A Paris, des sources diplomatiques avaient indiqué jeudi matin que le président Traoré prévoyait de regagner Bamako vendredi. L'une d'elles avait assuré qu'il ne rentrait pas sous la pression internationale, mais qu'il entendait "assumer ses responsabilités".

L'avion qui doit ramener M. Traoré dans son pays a quitté Bamako pour Paris jeudi après-midi, a appris l'AFP de source aéroportuaire malienne.

Les pays voisins du Mali, dont le nord est occupé depuis fin mars par des groupes islamistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islmique (Aqmi), ont récemment sommé les autorités intérimaires maliennes de constituer un "gouvernement d'union nationale" d'ici le 31 juillet, sous peine de sanctions.

Ils ont aussi "exhorté" le président Traoré à demander "sans délai" à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'ONU l'envoi d'une force africaine au Mali.

Des chefs militaires de la Cédéao ont affirmé jeudi à Abidjan ne plus attendre qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour déployer au Mali quelque 3.000 hommes.

Le Conseil de sécurité s'est abstenu jusque-là de donner un mandat à une éventuelle force ouest-africaine au Mali, attendant plus de précisions sur ses contours et sa mission.

Le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, a déclaré jeudi à Paris espérer une résolution "dans les tout prochains jours" pour "une éventuelle intervention militaire".

La Cédéao attend aussi une demande formelle de Bamako et une aide extérieure, notamment logistique.

Les autorités de transition au Mali ont été été mises en place en avril, moins d'un mois après un coup d'Etat qui avait renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré et précipité l'occupation du nord du pays --plus de la moitié du territoire-- par des groupes islamistes qui ont commencé à y imposer la charia (loi islamique).

Les putschistes ont quitté le pouvoir après un accord signé le 6 avril avec la Cédéao, qui prévoyait la formation d'un gouvernement de large union. Dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo, les ex-putschistes restent influents à Bamako.

 

Première publication : 26/07/2012

  • MALI

    Le président malien à Paris pour des examens médicaux

    En savoir plus

  • MALI

    La sortie de crise mise en danger par l'agression du président Traoré

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Traoré a été agressé par des manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)