Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Les Algériens de France : un vote courtisé

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré attendu ce vendredi à Bamako

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2012

Après avoir passé deux mois à Paris pour y être soigné suite à une agression par des manifestants à Bamako, le président malien a prévu de regagner son pays ce vendredi, alors que le Nord est toujours sous la coupe de groupes islamistes.

AFP - Le gouvernement malien a confirmé jeudi soir le retour vendredi à Bamako du président intérimaire Dioncounda Traoré qui était en convalescence à Paris depuis le 23 mai après une violente agression commise dans son bureau par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

"Le président intérimaire qui a séjourné en France pour des soins, regagne Bamako vendredi 27 juillet 2012. Son avion est attendu à 16H30 (locales et GMT) à l'aéroport de Bamako", indique un court communiqué officiel lu à la télévision nationale.



A Paris, des sources diplomatiques avaient indiqué jeudi matin que le président Traoré prévoyait de regagner Bamako vendredi. L'une d'elles avait assuré qu'il ne rentrait pas sous la pression internationale, mais qu'il entendait "assumer ses responsabilités".

L'avion qui doit ramener M. Traoré dans son pays a quitté Bamako pour Paris jeudi après-midi, a appris l'AFP de source aéroportuaire malienne.

Les pays voisins du Mali, dont le nord est occupé depuis fin mars par des groupes islamistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islmique (Aqmi), ont récemment sommé les autorités intérimaires maliennes de constituer un "gouvernement d'union nationale" d'ici le 31 juillet, sous peine de sanctions.

Ils ont aussi "exhorté" le président Traoré à demander "sans délai" à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'ONU l'envoi d'une force africaine au Mali.

Des chefs militaires de la Cédéao ont affirmé jeudi à Abidjan ne plus attendre qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU pour déployer au Mali quelque 3.000 hommes.

Le Conseil de sécurité s'est abstenu jusque-là de donner un mandat à une éventuelle force ouest-africaine au Mali, attendant plus de précisions sur ses contours et sa mission.

Le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, a déclaré jeudi à Paris espérer une résolution "dans les tout prochains jours" pour "une éventuelle intervention militaire".

La Cédéao attend aussi une demande formelle de Bamako et une aide extérieure, notamment logistique.

Les autorités de transition au Mali ont été été mises en place en avril, moins d'un mois après un coup d'Etat qui avait renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré et précipité l'occupation du nord du pays --plus de la moitié du territoire-- par des groupes islamistes qui ont commencé à y imposer la charia (loi islamique).

Les putschistes ont quitté le pouvoir après un accord signé le 6 avril avec la Cédéao, qui prévoyait la formation d'un gouvernement de large union. Dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo, les ex-putschistes restent influents à Bamako.

 

Première publication : 26/07/2012

  • MALI

    Le président malien à Paris pour des examens médicaux

    En savoir plus

  • MALI

    La sortie de crise mise en danger par l'agression du président Traoré

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Traoré a été agressé par des manifestants

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)