Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit une embellie en 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les stéréotypes garçon-fille en augmentation dans le monde du jouet

En savoir plus

Economie

Équilibre budgétaire : Hollande se rapproche de Sarkozy

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/07/2012

Dans un rapport analysant le programme économique du président François Hollande, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) affirme que la course aux économies risque d'alourdir l'addition sociale.

François Hollande a beau avoir répété, durant sa campagne et depuis son élection à la présidence française, qu'il ne ferait pas de l’équilibre budgétaire son cheval de bataille, c’est pourtant sur cet objectif que repose sa politique économique. Tel est le constat contenu dans le rapport que l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a présenté ce jeudi 26 juillet.

“Si les choix pour parvenir à réduire les déficits sont différents du gouvernement précédent, François Hollande affiche, dans les faits, la même volonté de rigueur que Nicolas Sarkozy”, confirme Xavier Timbeau, directeur du département analyse et prévision de l’OFCE. Un chiffre témoigne de cette tendance : entre la baisse des dépenses et la hausse des taxes, le gouvernement prévoit de réaliser 105 milliards d’euros d’économie en cinq ans. “C’est un effort d’austérité sans précédent en France”, souligne Xavier Plane, spécialiste de l’économie française à l’OFCE.
 

Hémorragie dans l'industrie

Pour ce cercle de réflexion français qui penche à gauche, le pire est que cette politique d'austérité ne pourrait suffire à atteindre l’objectif de retour à l’équilibre budgétaire. D’après le scénario de l’OFCE, la rigueur ralentira la croissance - qui sera alors inférieure au 1,5 % prévu par le gouvernement pour les cinq prochaines années - ce qui se traduira par une baisse des rentrées fiscales et, au final, un manque à gagner de 16 milliards d’euros en 2017.

En revanche, toujours selon le rapport, les mesures d’économie auront un effet néfaste évident sur l’emploi. Sur la période 2012-2017, la France pourrait ainsi perdre plus de 200 000 emplois, avec une hémorragie particulièrement importante dans l’industrie où ce sont 377 000 postes qui pourraient disparaître. Le taux de chômage, qui frôle aujourd'hui les 10 %, devrait grimper à 11 % pour s'y maintenir.

Ces mauvais chiffres auraient pu être pires. Les mesures en cours d'élaboration comme les contrats de génération (exonération de charges pour l’embauche d’un jeune et le maintien en poste d’un salarié âgé de 55 ans au moins) et les contrats aidés devraient contribuer à la création de près de 200 000 emplois. Ces projets de loi à vocation sociale constitue la principale différence avec le précédent gouvernement”, insiste Éric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision et spécialiste du marché du travail.

Toute l'Europe au diapason

Le scénario pessimiste de l'OFCE part du principe que la France et les autres pays de la zone euro tiennent absolument à revenir à un déficit inférieur à 3 % du PIB pour respecter les critères de Maastricht. “Paris et les autres gouvernements tiennent tant à la réduction budgétaire parce qu’ils réfléchissent comme si la zone euro n’était pas en crise”, regrette Xavier Timbeau.

“L’augmentation du chômage est le prix à payer de cette illusion d’une zone euro pas encore en crise qui fonde les politiques budgétaires actuellement mises en œuvre”, tranche Philippe Weil, directeur de l’OFCE. Pour l’observatoire, il est indispensable de remettre en cause la course effrénée à la réduction des déficits. Le plus tôt sera le mieux car cette austérité généralisée en Europe "augmente le risque de désagrégation de la zone euro", estime Xavier Timbeau qui appelle le gouvernement français à lâcher du lest sur l'austérité et convaincre les autres pays à faire de même.

Première publication : 26/07/2012

  • FRANCE - FISCALITÉ

    CSG, TVA, même combat ?

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Pour la première fois, la France emprunte à des taux négatifs

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En France, la croissance sera plus faible que prévu en 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)