Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Economie

Équilibre budgétaire : Hollande se rapproche de Sarkozy

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/07/2012

Dans un rapport analysant le programme économique du président François Hollande, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) affirme que la course aux économies risque d'alourdir l'addition sociale.

François Hollande a beau avoir répété, durant sa campagne et depuis son élection à la présidence française, qu'il ne ferait pas de l’équilibre budgétaire son cheval de bataille, c’est pourtant sur cet objectif que repose sa politique économique. Tel est le constat contenu dans le rapport que l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a présenté ce jeudi 26 juillet.

“Si les choix pour parvenir à réduire les déficits sont différents du gouvernement précédent, François Hollande affiche, dans les faits, la même volonté de rigueur que Nicolas Sarkozy”, confirme Xavier Timbeau, directeur du département analyse et prévision de l’OFCE. Un chiffre témoigne de cette tendance : entre la baisse des dépenses et la hausse des taxes, le gouvernement prévoit de réaliser 105 milliards d’euros d’économie en cinq ans. “C’est un effort d’austérité sans précédent en France”, souligne Xavier Plane, spécialiste de l’économie française à l’OFCE.
 

Hémorragie dans l'industrie

Pour ce cercle de réflexion français qui penche à gauche, le pire est que cette politique d'austérité ne pourrait suffire à atteindre l’objectif de retour à l’équilibre budgétaire. D’après le scénario de l’OFCE, la rigueur ralentira la croissance - qui sera alors inférieure au 1,5 % prévu par le gouvernement pour les cinq prochaines années - ce qui se traduira par une baisse des rentrées fiscales et, au final, un manque à gagner de 16 milliards d’euros en 2017.

En revanche, toujours selon le rapport, les mesures d’économie auront un effet néfaste évident sur l’emploi. Sur la période 2012-2017, la France pourrait ainsi perdre plus de 200 000 emplois, avec une hémorragie particulièrement importante dans l’industrie où ce sont 377 000 postes qui pourraient disparaître. Le taux de chômage, qui frôle aujourd'hui les 10 %, devrait grimper à 11 % pour s'y maintenir.

Ces mauvais chiffres auraient pu être pires. Les mesures en cours d'élaboration comme les contrats de génération (exonération de charges pour l’embauche d’un jeune et le maintien en poste d’un salarié âgé de 55 ans au moins) et les contrats aidés devraient contribuer à la création de près de 200 000 emplois. Ces projets de loi à vocation sociale constitue la principale différence avec le précédent gouvernement”, insiste Éric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision et spécialiste du marché du travail.

Toute l'Europe au diapason

Le scénario pessimiste de l'OFCE part du principe que la France et les autres pays de la zone euro tiennent absolument à revenir à un déficit inférieur à 3 % du PIB pour respecter les critères de Maastricht. “Paris et les autres gouvernements tiennent tant à la réduction budgétaire parce qu’ils réfléchissent comme si la zone euro n’était pas en crise”, regrette Xavier Timbeau.

“L’augmentation du chômage est le prix à payer de cette illusion d’une zone euro pas encore en crise qui fonde les politiques budgétaires actuellement mises en œuvre”, tranche Philippe Weil, directeur de l’OFCE. Pour l’observatoire, il est indispensable de remettre en cause la course effrénée à la réduction des déficits. Le plus tôt sera le mieux car cette austérité généralisée en Europe "augmente le risque de désagrégation de la zone euro", estime Xavier Timbeau qui appelle le gouvernement français à lâcher du lest sur l'austérité et convaincre les autres pays à faire de même.

Première publication : 26/07/2012

  • FRANCE - FISCALITÉ

    CSG, TVA, même combat ?

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Pour la première fois, la France emprunte à des taux négatifs

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En France, la croissance sera plus faible que prévu en 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)