Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Moyen-orient

L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 06/12/2012

En début de semaine, le régime syrien a menacé de faire usage de son arsenal d’armes chimiques en cas d’agression extérieure. Quelle est la réalité de cette menace ? Décryptage.

Pour la première fois, le régime syrien a laissé entendre, en début de semaine, qu'il possédait un arsenal d’armes chimiques. Ces armes non conventionnelles, "stockées et sécurisées sous la supervision des forces armées (...), ne seront utilisées qu'en cas d'agression étrangère", a prévenu le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdessi. Elle ne "seront jamais, jamais, utilisées contre nos citoyens, quelle que soit l'évolution de la crise", a-t-il par ailleurs assuré.

Considéré comme l’un des plus importants du Moyen-Orient, l’arsenal chimique que la Syrie s’est constituée depuis les années 1970 ne peut toutefois faire l’objet que d’hypothèses, vu la rareté des données accessibles en la matière.

La Syrie compte, en effet, au nombre des pays qui n'ont pas signé la Convention sur l’interdiction des armes chimiques et n’est donc pas membre de l'organisation chargée de contrôler son application, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). On sait cependant que les services de renseignements, notamment américains et israéliens, surveillent de près ces stocks d’armes.

Substances "extrêmement toxiques"

Malgré le manque de détails quantitatifs, Olivier Lepick, spécialiste de l'armement chimique à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), estime que l’arsenal chimique syrien est "conséquent et robuste, tant en termes d’agents que de vecteurs".

Il explique que s’il existe des gaz anciens comme le sulfure d’éhtyle dichloré, communément appelé gaz moutarde, utilisé notamment pendant la Première Guerre mondiale, "les Syriens ont surtout en leur possession la dernière génération d’armements chimiques obtenue par la synthèse des organophosphorés, comme le gaz Sarin ou le VX". Selon Olivier Lepick, l’armée syrienne a les moyens de les disséminer par le bais d’obus et de missiles, notamment des Scud B et C.

Ces substances, des neurotoxiques organophosphorés, sont les plus dangereuses et "extrêmement toxiques". "Bien entendu, si des populations civiles non protégées étaient visées, le danger et les dégâts seraient véritablement incommensurables", assure le spécialiste. En revanche, si de telles armes étaient tournées contres des militaires bénéficiant d’un équipement, "les dégâts seraient plus relatifs", précise-t-il encore.

Mauvaises mains

Pour lui, il est "très peu probable que le régime de Bachar al-Assad utilise ces armes, même en cas d’évolution du conflit". "L’armée syrienne n’a aucun intérêt, tactiquement parlant, à les utiliser, compte tenu de la nature du conflit actuel qui est essentiellement urbain", estime-t-il. Celui-ci rappelle en outre que le régime sait qu’il risquerait de perdre le soutien essentiel de la Chine et de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU.

C’est un autre scénario, autrement plus plausible, qui inquiète en fait la communauté internationale. "Le véritable risque aujourd’hui, c’est l’éventualité que cet arsenal tombe dans de mauvaises mains en cas de chute du régime."

Si les stocks de substances chimiques sont, pour l’heure, placés sous la haute surveillance des autorités syriennes, cela risque effectivement de ne plus être le cas dans l’éventualité d'une chute du régime.

"Dans ce cas, on peut craindre que le Hezbollah libanais s’en empare. On imagine alors les inquiétudes d’Israël", poursuit-il. "On sait aussi parfaitement qu’il y a, parmi les combattants en Syrie, des groupes islamistes fondamentalistes proches d’al-Qaïda qui pourraient mettre la main dessus en cas d’effondrement du régime", conclut-il.

Première publication : 26/07/2012

  • SYRIE - TURQUIE

    La bataille des frontières, un enjeu majeur de la crise syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie plonge dans la crise humanitaire

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)