Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Afrique

La Cédéao formule une nouvelle demande d'intervention au Mali

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/07/2012

Dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), Alassane Ouattara a indiqué qu'une demande d'intervention au Mali allait être déposée auprès de l'ONU. Le président de la Cédéao souhaite envoyer des militaires pour stopper l'avancée des islamistes.

REUTERS - La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) déposera "prochainement" une nouvelle demande de résolution auprès du Conseil de sécurité de l'Onu pour une intervention militaire au Mali, annonce son président Alassane Ouattara dans un entretien au Journal du dimanche.

Une intervention militaire africaine est "inévitable" si la situation n'évolue pas favorablement, estime celui qui est aussi président de la Côte d'Ivoire.

Le Conseil de sécurité de l'Onu avait adopté le 5 juillet à l'unanimité une résolution qui soutenait les efforts de la Cédéao pour mettre fin à la crise dans le nord du Mali, contrôlé en grande partie par les islamistes, et laissait la porte ouverte à une intervention militaire.

"Une nouvelle demande de résolution auprès du Conseil de sécurité des Nations unies sera prochainement déposée au nom de la Cédéao que je préside actuellement", dit Alassane Ouattara dans le Journal du dimanche.



"Si la situation n'évolue pas favorablement, oui, il y aura une intervention militaire auMali. Cela me paraît inévitable", ajoute-t-il.

"Le fait que la France assure en août la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'Onu est une très bonne nouvelle puisque nous sommes totalement en phase avec les autorités françaises. "Je pense que nous pouvons parler en semaines et non en mois. Il y a urgence."

Les islamistes se sont emparés du nord du Mali avec l'aide des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) en profitant de la confusion qui a suivi un coup d'Etat militaire le 22 mars.

Ansar Dine, rejoint par d'autres groupes islamistes comme Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a ensuite évincé les insurgés touaregs et pris le contrôle de la moitié du territoire avec notamment Gao, Kidal et Tombouctou.

Les islamistes ont détruit de nombreux mausolées et tombeaux de saints musulmans à Tombouctou, suscitant de nombreuses protestations.

Appui logistique

Alassane Ouattara précise qu'en cas d'intervention, qui se traduirait par un déploiement de gendarmes et de policiers dans un premier temps, puis de militaires, les forces africaines demanderont un appui logistique notamment à la France et aux Etats-Unis.

"Je parle d'un appui logistique, matériel, je parle également de conseillers. Nous ne disposons pas non plus d'une aviation de combat et nous en aurons besoin. À l'inverse, je n'envisage pas la présence de troupes au sol qui ne soient pas africaines", dit-il.

La Cédéao envisage de constituer une force composée à 50% de soldats maliens, et pour l'autre moitié de soldats du Niger, du Nigeria, du Tchad et d'autres pays, précise le président ivoirien.

Dans l'espoir de faciliter une solution au Mali, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius est en Afrique depuis jeudi. Il doit se rendre dans quatre pays (Niger, Burkina Faso, Sénégal et Tchad).

Jeudi soir, François Hollande avait réaffirmé lors d'un point de presse commun avec Alassane Ouattara que la France soutiendrait une éventuelle intervention africaine au Mali. "Nous appuierons ce que les Africains auront eux-mêmes décidé",
a-t-il déclaré.

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, qui était soigné en France depuis deux mois après avoir été violemment battu par des manifestants qui avaient pris d'assaut le palais présidentiel, est finalement rentré vendredi dans son pays, où il devra former un nouveau gouvernement.

La Cédéao a donné jusqu'à la fin du mois aux responsables politiques maliens pour former un nouveau gouvernement, afin de remplacer le cabinet intérimaire qui n'est pas parvenu à stabiliser un pays auparavant considéré comme un modèle de démocratie dans la région.
 

Première publication : 29/07/2012

  • MALI

    Le président Dioncounda Traoré de retour à Bamako après deux mois d'absence

    En savoir plus

  • MALI

    L'Afrique de l'Ouest réclame un gouvernement d'union au Mali avant la fin de juillet

    En savoir plus

  • MALI

    Les islamistes contrôlent tout le nord du Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)