Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Le candidat républicain Mitt Romney teste ses qualités de diplomate en Israël

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/07/2012

Arrivé samedi soir à Tel-Aviv dans le cadre d'une tournée internationale, le candidat républicain à la présidence américaine Mitt Romney rencontre, ce dimanche à Jérusalem, plusieurs dirigeants israéliens ainsi que le Premier ministre palestinien.

AFP - Le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney doit rencontrer dimanche plusieurs dirigeants israéliens et palestinien à Jérusalem, dans le cadre d'une tournée visant à asseoir sa stature sur le plan international.

M. Romney, arrivé samedi soir en Israël, doit s'entretenir avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la matinée.


Au cours de la journée, il doit également rencontrer le président israélien Shimon Peres, des dirigeants de l'opposition israélienne, de même que le Premier ministre palestinien Salam Fayyad. Il doit aussi faire une déclaration de politique étrangère.

M. Romney, qui n'a cessé de critiquer la politique "faible et malavisée" du président démocrate sortant sur le Moyen-Orient, avait déclaré en juin que s'il était élu à la tête des Etats-Unis, il ferait "le contraire" du président sortant Barack Obama dans la région.

En janvier, il avait affirmé que M. Obama "avait jeté Israël sous un bus", en posant les frontières de 1967 comme point de départ des négociations entre Israël et les Palestiniens.

Il a aussi dénoncé la politique de son adversaire vis-à-vis de l'Iran, ennemi juré d'Israël, promettant des sanctions plus sévères s'il était élu.

La population juive américaine avait largement voté en faveur de M. Obama en 2008, trois personnes sur une le préférant à son adversaire de l'époque, John McCain.

Mais un sondage Gallup paru en juin a montré que ce soutien est légèrement redescendu, à 64%, restant toutefois plus de deux fois supérieur aux 29% d'électeurs juifs qui disent vouloir donner leur voix à M. Romney.

Vendredi, M. Obama s'est livré à une démonstration de soutien à Israël. Dans le cadre solennel du Bureau ovale, entouré de représentants du lobby pro-israélien AIPAC et d'élus américains, il a promulgué une loi renforçant la coopération en matière de sécurité et de défense avec l'Etat hébreu et a réaffirmé le soutien "inaltérable" de Washington à ce pays.
 

Première publication : 29/07/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En tournée internationale, Mitt Romney se cherche une stature présidentielle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Mitt Romney hué pendant un discours devant une organisation noire

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama lance sa machine de guerre publicitaire contre Romney

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)