Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Mitt Romney, l’homme de "nulle part" en opération séduction en Israël

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 30/07/2012

Dimanche, Mitt Romney est en Israël pour la deuxième étape d'une tournée à l’étranger. Pour le candidat républicain, il s'agit de travailler sa stature internationale après une visite en terre britannique teintée de bourdes diplomatiques.

Après avoir ravagé les côtes britanniques, l’ouragan Romney fait escale en Israël. Une destination phare pour tout candidat à la présidentielle américaine, tant le sujet du conflit israélo-palestinien occupe une place centrale dans les relations internationales, et le rapport avec l’électorat juif une importance non négligeable. Reste à savoir si l’accalmie diplomatique sera au rendez-vous, alors que le passage du républicain en Grande-Bretagne a été entaché de plusieurs faux-pas.

Un champion olympique des gaffes

La mini-tournée internationale du concurrent de Barack Obama, censée parfaire sa stature présidentielle hors des frontières américaines, a en effet mal démarré. Fort de son expérience d’organisateur durant les Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002, Mitt Romney a livré ses inquiétudes sur le manque d’organisation des Jeux de Londres, alors qu’il se rendait dans la ville hôte. Dans le même temps, il avait questionné l’engouement des Britanniques pour l'événement. Des déclarations qui ont été reprises de volée par le Premier ministre David Cameron : "Nous organisons les Jeux olympiques dans l’une des villes les plus fréquentées, les plus actives et les plus animées du monde. Bien sûr, c’est plus facile si vous les organisez au milieu de nulle part," a-t-il raillé.

Une première gaffe rapidement suivie d'une seconde. Lors d’un point presse, le conservateur, semblant avoir oublié le nom du chef de l’opposition travailliste Ed Miliband - avec lequel il avait rendez-vous peu de temps après -, a fait référence à ce dernier en l’appelant "Mr Leader". Moins grave, au cours de la visite des quartiers du 10 Downing street, résidence du chef du gouvernement, Mitt Romney a, sans le faire exprès, commis une faute de goût en déclarant avoir apprécié le "derrière" du bâtiment (au lieu de l’arrière).

Qualifié d’"idiot" et de "désastre", l’ancien businessman s’est ainsi attiré les foudres des journalistes britanniques, mais aussi les moqueries de la presse outre-Atlantique. "S'il existait une compétition olympique en matière de diplomatie, Romney aurait déjà été éliminé," s’est ainsi amusé le New Yorker. Le Parti démocrate a également réagi. S’attachant à faire passer le maladroit diplomate pour un amateur, le responsable des relations presse de Barack Obama a assuré la Grande-Bretagne de sa totale confiance quant à leur capacité à organiser les Jeux dans les temps.

Israël, l’épreuve à ne pas rater

Pour la deuxième étape de sa tournée, qui doit s’achever en Pologne la semaine prochaine, il n'était donc pas question pour Mitt Romney de déraper. Car les relations avec Israël représentent un domaine sur lequel il compte fermement se démarquer de son adversaire.

Romney présente Jérusalem comme "capitale d'Israël"

AFP - Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney a présenté dimanche Jérusalem comme la "capitale d'Israël", lors d'un discours dans cette ville.

"Je suis très ému de me trouver à Jérusalem, la capitale d'Israël", a affirmé M. Romney dans un discours prononcé devant la Fondation Jérusalem et notamment le maire israélien de la ville Nir Barkat.

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël. Leur ambassade, comme pratiquement celles de tous les pays représentés en Israël, se trouve à Tel Aviv.

Alors qu’en 2008, la population juive américaine avait largement soutenu la candidature d’Obama, un sondage Gallup, paru en juin, a mis en évidence une perte de popularité du démocrate - 64 % d’intentions de vote. Le candidat républicain a pour sa part annoncé vouloir faire "le contraire" de la politique menée du président sortant au Moyen-Orient. À l’origine d’un léger rafraîchissement dans les relations avec Israël, notamment sur le dossier des colonisations, Obama est perçu comme moins conciliant envers Jerusalem que ses prédécesseurs.

 L’un des points à revoir selon Mitt Romney : la désignation des frontières de 1967 comme point de départ des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Avant sa visite, un proche conseiller du candidat républicain avait également fait savoir qu’il soutiendrait l’État hébreu en cas de recours à la force contre l'Iran, autre sujet brûlant.

En Israël, Mitt Romney doit ainsi rencontrer le président Shimon Peres, le chef du gouvernement Benjamin Netanyahou ainsi que le Premier ministre palestinien Salam Fayyad. Une visite qui ne laisse pas indifférent à Washington, la moquerie en moins : à la veille de l’arrivée de Mitt Romney à Jérusalem, Barack Obama a promulgué une loi renforçant la coopération en matière de sécurité et de défense avec Israël et a réaffirmé le soutien "inaltérable" de Washington.

Première publication : 29/07/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En tournée internationale, Mitt Romney se cherche une stature présidentielle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Mitt Romney hué pendant un discours devant une organisation noire

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama lance sa machine de guerre publicitaire contre Romney

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)