Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles d'Alep réclament des armes et une réunion d'urgence de l'ONU

©

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2012

Les combats se sont poursuivis dimanche à Alep entre l'armée et les insurgés pour prendre le contrôle de cette ville clé. L'opposition syrienne accuse Damas de préparer un "massacre" et réclame des armes ainsi qu'une réunion à l'ONU.

AFP - Les rebelles ont affirmé dimanche avoir repoussé des assauts de l'armée syrienne contre leurs positions à Alep, au deuxième jour d'une offensive faisant craindre un "massacre" dans cette ville par l'opposition qui réclame des armes et une réunion d'urgence de l'ONU.

Les rebelles seront "sans aucun doute vaincus" (ministre syrien)

Les rebelles syriens à Alep seront "sans aucun doute vaincus", a déclaré ce dimanche le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem lors d'une conférence de presse commune avec son homologue iranien Ali Akbar Salehi.

"Toutes les forces anti-syriennes se sont rassemblées à Alep pour lutter contre le gouvernement et elles seront sans aucun doute vaincues" par les forces armées syriennes, a-t-il déclaré, ajoutant que "le peuple syrien se bat aux côtés de l'armée" contre les rebelles
 

Les bombardements par hélicoptères et à l'artillerie lourde dans cette ville de 2,5 millions d'habitants et ses environs ont jeté sur les routes ces deux derniers jours quelque 200.000 personnes, selon la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Valerie Amos, qui a demandé que les organisations de secours puissent "accéder en sécurité" à Alep (355 km au nord de Damas).

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan s'est dit inquiet face à "la concentration de troupes et d'armes lourdes autour d'Alep", appelant les belligérants à trouver une issue pacifique à ce conflit qui a fait en 16 mois plus de 20.000 morts, selon une ONG syrienne.

En visite en Iran, principal pays allié de Damas dans la région, le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a assuré que les rebelles seraient "vaincus" et a accusé "le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie et les pays étrangers" de soutenir les insurgés en leur fournissant des armes.

Dans le même temps à Alep, les chars appuyés par des hélicoptères reprenaient leurs attaques contre le quartier de Salaheddine, bastion rebelle, mais ont été repoussés par l'Armée syrienne libre (ASL), formée de déserteurs et de civils armés, selon Abou Hicham al-Halabi, un militant joint par l'AFP via Skype.

L'agence officielle Sana assurait pour sa part que des soldats étaient en train de "nettoyer" la zone de Salaheddine des "terroristes".

Selon un militant, Abou Alaa, "des affrontements avaient aussi lieu à Bab al-Nasr et Bab al-Hadid", proches de la vieille ville d'Alep, classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco.

Le chef du conseil militaire rebelle d'Alep, le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi, a appelé l'Occident à instaurer une zone d'exclusion aérienne au-dessus du nord de la Syrie et accusé le régime de préparer "un massacre" à Alep.

"Libérer Alep des terroristes"

Selon le quotidien officiel syrien Al-Watan, "l'armée syrienne a commencé une opération très délicate à Alep pour (...) faire régner l'autorité de la loi et libérer les Alépins des terroristes envoyés de différentes régions du monde pour faire tomber l'Etat".

L'OSDH a affirmé que "les soldats avaient encerclé plusieurs zones tenues par les rebelles" pour les isoler et les empêcher de recevoir des renforts.

Le front d'Alep a été ouvert le 20 juillet et l'assaut de l'armée a été donné samedi après l'arrivée de renforts militaires dans la ville.

Le président du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, Abdel Basset Sayda, a demandé samedi soir aux pays "frères" et "amis" d'armer les membres de l'ASL qui combattent "avec de vieilles armes".

"Nous voulons des armes qui nous permettraient d'arrêter les chars et les avions de combat", a ajouté M. Sayda.

Dans un communiqué dimanche, le CNS a réclamé une réunion "d'urgence" du Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher les massacres de civils que le régime s'apprête à commettre, selon lui, à Alep. Il a aussi appelé "les pays amis" "à imposer une zone d'exculsion aérienne et à instaurer des zones sécurisées pour quelque deux millions de déplacés".

Le pape Benoît XVI a de son côté lancé "un appel urgent" pour que cesse "l'effusion de sang", demandant à la communauté internationale de n'épargner "aucun effort" pour parvenir "à une solution politique juste au conflit"

Les Frères musulmans en Syrie ont pressé la communauté internationale de "tout faire pour empêcher un massacrez à Alep" et dénoncé le soutien de la Russie et de l'Iran au régime syrien, selon un communiqué.

Les violences ont fait dimanche à travers le pays 67 morts, selon un bilan invérifiable de l'OSDH.

Un journaliste freelance français de 28 ans, Pierre Torres, qui travaillait pour plusieurs médias dont l'AFP, a par ailleurs été blessé par balle dimanche à Alep et évacué vers la Turquie, selon un journaliste espagnol qui l'accompagnait.

Reportage exclusif avec les combattants de Zabadani


 

Première publication : 29/07/2012

  • SYRIE

    Manaf Tlass, ancien proche d’Assad, se pose en "rassembleur"

    En savoir plus

  • SYRIE - EXCLUSIF

    Reportage à Zabadani, aux côtés de l'Armée syrienne libre

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)