Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

Asie - pacifique

Jusqu'à 300 millions d'Indiens privés d'électricité après une panne géante

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2012

Le "black out" a provoqué de nombreuses perturbations dans les transports urbains, notamment dans la capitale New Delhi. Une surcharge sur le réseau électrique serait à l'origine de cette gigantesque panne, la plus importante depuis 11 ans.

AFP - Une gigantesque panne d'électricité lundi dans le nord de l'Inde a privé de courant, voire d'eau, jusqu'à 300 millions d'habitants et provoqué le chaos dans les transports urbains, notamment dans la capitale New Delhi.

Il s'agit du pire "black-out" en Inde depuis onze ans, selon les autorités.

L'ensemble du réseau électrique du nord du pays s'est effondré peu après 02H00 dans la nuit de dimanche à lundi (20H30 GMT dimanche) et n'a pu être rétabli partiellement que six heures plus tard, a indiqué le ministre de l'Energie, Sushilkumar Shinde.

Selon les premiers éléments d'enquête, une surcharge sur le système électrique aurait entraîné des ruptures d'approvisionnement en cascade, a précisé M. Shinde, en regrettant "un accident, une défaillance".

Cette panne a perturbé le trafic ferroviaire dans toute la région, le métro à New Delhi et supprimé les feux de signalisation dans les grandes villes, provoquant d'innombrables embouteillages à l'heure de pointe matinale.

"La totalité de la région nord", où vivent 28% de la population de 1,2 milliard d'habitants, a été affectée, selon le groupe en charge du réseau électrique du nord de l'Inde, Power System Operation Corp. (PSOC).

Pour de nombreux habitants, l'absence de courant a aussi entraîné des problèmes d'approvisionnement en eau, les pompes situées sur les toits des immeubles dans les grandes villes fonctionnant à l'électricité.

Les neufs Etats concernés sont New Delhi, le Pendjab, l'Haryana, l'Uttar Pradesh, l'Himachal Pradesh, le Rajasthan, le Jammu-et-Cachemire, l'Uttaranchal et le Madhya Pradesh.

A New Delhi, le métro a pu reprendre à 07H00 lundi matin mais il ne fonctionnait qu'à 25% de ses capacités. "Nous espérons un retour à la normale d'ici plusieurs heures", a simplement commenté un porte-parole, Anuj Dayal.

Les hôpitaux et aéroports de la région ont toutefois pu fonctionner normalement grâce aux générateurs, selon les autorités.

Selon le ministre de l'Energie, 60% de l'approvisionnement en électricité avait été rétabli à 11H00.

Lors du dernier black-out d'envergure, en 2001, le réseau électrique du nord du pays s'était effondré pendant 16 heures, a rappelé le ministre en précisant qu'un comité d'enquête serait mis en place pour déceler les causes de la panne.

Selon le président du groupe public d'électricité de l'Uttar Pradesh, Avinash Awasthi, cité par la chaîne NDTV, l'effondrement du réseau serait imputable à plusieurs Etats ayant dépassé leurs capacités autorisées pour répondre à la forte demande pendant l'été, où les températures tutoient les 40 degrés.

M. Shinde a rappelé que ce genre de black-out n'était pas l'apanage des pays en développement, citant celui de 2003 aux Etats-Unis qui n'avait pu être résolu qu'au bout de "quatre jours".

En Inde, un pays émergent en quête de nouvelles sources d'approvisionnement énergétique pour alimenter sa croissance, les coupures de courant sont fréquentes mais elles ne durent en général que de brefs instants.

L'Inde, qui dépend essentiellement du charbon, voudrait faire passer la part du nucléaire dans la production électrique de 3% actuellement à 25% d'ici 2050.

 

Première publication : 30/07/2012

  • INDE

    Pranab Mukherjee élu président de la République indienne

    En savoir plus

  • INDE

    L'expansion des villes indiennes dans le collimateur de l'architecte Charles Correa

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Calcutta, Hillary Clinton appelle l'Inde à réduire davantage ses importations de pétrole iranien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)