Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Atelier des Lumières offre une vie numérique aux œuvres de Klimt

En savoir plus

Afrique

Le président par intérim Dioncounda Traoré dévoile son plan pour la transition

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2012

De retour vendredi à Bamako après deux mois de convalescence en France, le président intérimaire du Mali, Dioncounda Traoré, a indiqué vouloir créer de nouvelles commissions pour tenter de résoudre la crise politique qui secoue son pays.

REUTERS - Le président intérimaire du Mali, Dioncounda Traoré, a annoncé dimanche la création de plusieurs organes et commissions destinés à sortir de l'impasse un pays plongé dans la crise politique depuis le coup d'Etat du 22 mars.

Le chef de l'Etat est revenu à Bamako vendredi après avoir passé deux mois en convalescence en France après avoir été frappé violemment par des manifestants qui avait pris d'assaut le palais présidentiel fin mai.

Les explications de Serge Daniel

Dans un discours retransmis à la télévision d'Etat dimanche soir, il a appelé les Maliens à pardonner et à s'unir derrière les efforts déployés pour résoudre la crise politique.

"Etant donné la complexité de la crise et la profondeur de la détresse de notre peuple (...), en tant que patriotes et démocrates, nous devons paver ensemble la voie que nous suivrons pour libérer notre pays de tous ces envahisseurs", a-t-il dit.

Profitant de la confusion qui a suivi un coup d'Etat militaire le 22 mars, les islamistes se sont emparés du nord du Mali avec l'aide des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Ansar Dine, rejoint par d'autres groupes islamistes comme Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a ensuite évincé les insurgés touaregs et pris le contrôle de la moitié du territoire avec notamment Gao, Kidal et Tombouctou.

Dans son discours dimanche soir, le chef de l'Etat a annoncé qu'il allait mener des consultations en vue de la création d'un nouveau gouvernement d'union nationale.

Cheick Modibo Diarra, nommé à la tête d'un gouvernement de transition le 17 avril dernier, avait affirmé samedi qu'il ne démissionnerait pas.

Le président Traoré a également annoncé la création de deux postes de vice-président, détenu par un militaire et un des "acteurs sociaux".

Un conseil national de transition et une commission spéciale de négociation avec les groupes armés qui contrôlent le Nord vont également voir le jour.

Face à la crise qui secoue le Mali, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé ce week-end que la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) déposerait "prochainement" une nouvelle demande de résolution auprès du
Conseil de sécurité de l'Onu pour une intervention militaire au Mali.

Le Conseil de sécurité de l'Onu avait adopté le 5 juillet à l'unanimité une résolution qui soutenait les efforts de la Cédéao pour mettre fin à la crise dans le nord du Mali, contrôlé en grande partie par les islamistes, et laissait la porte ouverte à une intervention militaire.

 

Première publication : 30/07/2012

  • NATIONS UNIES

    La Cédéao formule une nouvelle demande d'intervention au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Dioncounda Traoré de retour à Bamako après deux mois d'absence

    En savoir plus

  • MALI

    Dioncounda Traoré attendu ce vendredi à Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)