Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

Amériques

Tuerie d'Aurora : coup de folie passager ou acte prémédité ?

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 31/07/2012

James Holmes, l'auteur présumé de la fusillade qui a fait 12 morts et 58 blessés dans un cinéma du Colorado, a été mis en accusation le 20 juillet selon 142 chefs d'inculpation pour meurtre et tentative de meurtre. Il encourt la peine de mort.

Le droit pénal américain est sans appel. Au total, 142 charges ont été retenues lundi 30 juillet au tribunal de Centennial, près de Denver dans le Colorado, contre James Holmes, l'auteur présumé de la fusillade qui a tué 12 personnes et en a blessé 58 autres le 20 juillet dans un cinéma d'Aurora.

Aux États-Unis, les charges sont cumulables. Ainsi pour chaque blessé, Holmes est accusé de tentative de meurtre et tentative de meutre avec préméditation ; pour chacune des personnes décédées, il est poursuivi pour assassinat (meurtre prémédité) et pour homicide "commis dans la plus extrême indifférence". Il est également poursuivi pour détention d'un engin explosif et circonstances aggravées.

Pour ses crimes, l'homme de 24 ans encourt la peine de mort, applicable dans le Colorado, bien qu'aucune exécution n'y ait été prononcé depuis 1977. La procureure de l’État, Carol Chambers, qui a prévenu que le procès ne s’ouvrirait pas avant un an, a désormais 60 jours pour annoncer si elle la requerra. D'ici là, elle consultera les témoins et familles. 
 
"Il va y avoir beaucoup de passion autour de cette affaire qui a choqué l'Amérique et ils vont être très nombreux à vouloir que Holmes écope de la peine capitale", prédit Frederick T. Davis, avocat aux Barreaux de Paris et New York et ancien procureur aux États-Unis, contacté par FRANCE 24.
 
Fervente partisane de la peine capitale, Carole Chambers est le seul procureur du Colorado à avoir demandé la peine de mort ces cinq dernières années. Sur les trois détenus qui attendent toujours dans les couloirs de la mort, deux ont été condamnés par elle. 

Plaider la démence, seule ligne de défense solide
 
Plaider la démence serait la ligne de défense la plus efficace pour éviter à James Holmes la peine de mort ou la prison à perpétuité. Dans le jugement de chaque crime, deux aspects sont pris en compte pour pouvoir trancher : la véracité des faits et la responsabilité pénale de l'auteur présumé. Dans cette affaire, pour laquelle une centaine d’agents du FBI sont mobilisés, les faits peuvent être facilement établis : les survivants du massacre sont nombreux à pouvoir témoigner. La défense devra donc se concentrer sur l’état psychologique du tueur présumé.
 
"Plaider l’instabilité psychologique est la ligne de défense la plus crédible car les faits sont difficilement contestables. Si les experts concluent qu’il n’est pas responsable, il ne sera pas considéré comme coupable", explique Frederick T. Davis.
 
Lors de sa première comparution devant la justice américaine le 24 juillet, l’homme ne semblait pas dans un état normal. Plongé dans un mutisme total, James Holmes, assis à côté de son avocate commise d’office, a la tête qui chancelle et les yeux dans le vague, tantôt exhorbités, tantôt fermés.
 
"Il a jeté un doute sur son état mental. Il y a deux hypothèses : soit il était sous médicaments, soit il était en proie à une perturbation mentale de type psychotique au moment de la comparution. Il peut avoir été traumatisé à posteriori par ses propres actes", explique Jean-Pierre Bouchard, criminologue et psychologue, qui précise néanmoins que "ce qui compte est l’état dans lequel il était au moment du crime".
 
Un étudiant psychotique…
 
Depuis que le jeune homme de 24 ans a ouvert le feu lors de la première du dernier volet de Batman dans un cinéma d'Aurora, les enquêteurs tentent de comprendre ce qui a poussé cet étudiant en doctorat de neurosciences, sans antécédent judiciaire, à commettre ce "crime de masse". Si son mobile demeure insaisissable, deux profils commencent à se dégager : d’un côté l’étudiant en neurosciences, calme et solitaire, passionné de science comme son père, mathématicien. De l’autre, le tueur implacable qui a tiré à bout portant au fusil d’assaut sur ses victimes, prises au piège d’une salle de cinéma.
 
Originaire de San Diego, James Holmes est né dans une famille aisée de la classe moyenne du sud de la Californie. En juin 2011, il intègre un programme de neurosciences à l’université du Colorado Denver, sur le campus d’Aurora où il étudie notamment la schizophrénie et la dépression. Si certains témoignages le présentent comme un étudiant brillant – en atteste la bourse de 26 000 dollars qu’il a reçue pour poursuivre ses études - d’autres sont plus mitigés. Après avoir été recalé à un oral l’année dernière, il avait brusquement mis fin à ses études. 
 
Fan de jeux vidéo, selon le témoignage d’un camarade recueilli par le Daily mail, le jeune homme s’est présenté à la police comme le "Joker", l’ennemi de Batman, le jour de son arrestation. Incarcéré depuis dans la prison d’Arapahoe, il aurait, d’après le New York Daily news, demandé à plusieurs reprises à l’un des employés de lui raconter la fin du film The Dark Knight rises, "comme si de rien n’était".
 
"Lors du passage à l’acte, les criminels ont à la fois un sentiment de dépersonnalisation – comme s’ils sortaient de leur corps – et un sentiment d’irréalité : comme s’ils étaient dans un cauchemar dont ils vont se réveiller ", explique à FRANCE 24 Michèle Agrapart-Delmas*, criminologue et experte judiciaire auprès la cour d'appel de Paris. "C’est un trouble de la personnalité mais qui ne veut pas dire que l’on n’est pas responsable de ses actes."
 
… ou un tueur qui a prémédité son acte ?
 
Derrière cette vie en apparence sans histoire se profile un personnage énigmatique. Peu sociable, on ne lui connaissait ni amitié forte ni relation amoureuse particulière. D’après le Time, le jeune homme cherchait à faire des rencontres sur les sites AdultFriendFinder et Match.com où il se décrivait comme "un mec sympa". Rien d’inquiétant jusqu’ici si ce n’est qu’Holmes avait proposé à ses potentielles prétendantes de lui "rendre visite en prison".
 
De nombreux éléments donnent du poids à la thèse de la préméditation. James Holmes avait commandé légalement sur Internet ces derniers mois ses quatre armes – dont un fusil à pompe et un fusil d’assaut, ainsi que 6000 balles,  des cartouches et des chargeurs. Le jeune homme avait par ailleurs essayé de s’inscrire à un club de tir privé en juin dernier et truffé son appartement d’explosifs.
 
Autres indices : selon Foxnews.com, James Holmes aurait envoyé à son psychiatre, spécialiste en schizophrénie de l'université du Colorado, un cahier "où il avait donné de nombreux détails sur la manière dont il allait tuer des gens". Mais ce courrier est resté dans la boîte aux lettres de la psychiatre et le cahier n'a été découvert qu'après le passage à l'acte de Holmes.  
 
"Le scénario de la schizophrénie hallucinante ne colle pas avec la préméditation et l’extrême organisation  de ce crime de masse : il avait piégé son appartement de manière très sophistiquée et calqué ses actes sur le film [The Dark Knight rises] non seulement dans la mise en scène du crime mais dans sa préparation", ajoute Jean-Pierre Bouchard. Holmes a-t-il vraiment perdu pied avec le réel  ou joue-t-il la folie ? L'expertise psychiatrique en jugera, déterminant au même titre, s'il est responsable pénalement ou non de ses actes. 

* Michèle Agrapart-Delmas est l'auteur de "L'expertise criminelle", Favre, 2012

 

Première publication : 30/07/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le suspect de la fusillade d'Aurora devant la justice américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)