Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

TECH 24

Apple Pay, S-Money, Big Data bancaire : une affaire de gros sous

En savoir plus

SPORT

Londres-2012 : Camille Muffat s'offre la médaille d'argent sur 200m nage libre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2012

À 22 ans, la jeune Niçoise Camille Muffat a décroché la médaille d'argent sur 200m nage libre aux JO de Londres, deux jours après avoir été sacré championne olympique sur 400m.

AFP - Camille Muffat, médaillée d'argent sur 200 m nage libre mardi, deux jours après avoir décroché l'or sur 400 m, est une nageuse puissante et une jeune femme mordante, qui a enfin trouvé les clés pour figurer parmi les meilleures.

Muffat n'a que 22 ans et une longue route encore devant elle. Longtemps attendue sur les grands championnats, elle a connu parfois un parcours contrarié mais elle est restée déterminée pour s'offrir le titre suprême sur 400 m libre et l'argent sur 200 m, formée par Fabrice Pellerin depuis qu'elle a 15 ans.

Une nageuse puissante

La grande taille de Muffat (1,83 m) est devenue un atout dans sa discipline sportive. La Niçoise est également puissante. Formée à l'école du 4 nages, Muffat fait partie de ces rares athlètes polyvalents, à l'image de l'Américain Michael Phelps. Mais le 4 nages est ultra exigeant et ingrat. Aussi, Muffat décide-t-elle en 2010 de se consacrer au crawl où elle a tant de facilités et où chacune de ses sorties est couronnée d'un bon chrono. "J'ai préféré la facilité, entre guillemets, ce qui me plaisait", dit-elle. La crawleuse s'approprie la nage, sur 200 m et 400 m, où elle gère sa course exactement comment elle l'entend.

Un femme mordante

Outre ses qualités techniques et physiques, Muffat a toujours été déterminée. "Ce qui l'a branchée tout le temps, c'est le rêve olympique. Cette année elle a passé le cap psychologiquement. Les Mondiaux-2011 lui ont permis de s'élever un peu plus haut. Elle avait peut-être raté quelque chose mais elle s'est appuyée sur ça pour être forte l'année où il fallait. Elle est au summum. Tout ça a été prémédité. C'est une mordante", commente Patricia Quint, entraîneur national, coordinatrice en équipe de France et qui suit Muffat de près depuis qu'elle a 15 ans.

Une association avec Pellerin


Née à Nice, Muffat a découvert la natation dans sa ville et a choisi de s'y entraîner sous la direction de Fabrice Pellerin. Le duo a connu des difficultés de compréhension, l'entraîneur peinant face à une enfant devenue adolescente. "Fabrice a bien souffert parce que c'est une grosse personnalité. Camille a eu un parcours quelque fois déroutant parce que c'était une fille. Il y avait encore plein de choses à régler dans sa vie. Fabrice a été quelques fois acculé à ce genre de difficultés. Mais il a su être patient", raconte Patricia Quint.

Une rivalité avec Yannick Agnel


Muffat a vu arriver, il y a 5 ans à Nice, Yannick Agnel, autre grand "jeunot" de talent, consacré lui aussi à Londres. Les deux parcours sont étroitement liés depuis 2 ans, depuis que Muffat a choisi de ne nager que le crawl, comme Agnel. Ils sont tous deux alignés sur les mêmes distances. Muffat nage généralement avant Agnel. Elle aime placer la barre haut et Agnel aime relever le défi. "Ils ont un point commun: c'est la détermination. Comme ils sont déterminés tous les deux dans le même sens, il n'y a même pas de complémentarité. Ca bout et c'est l'osmose. Mais ils s'entendent bien", souligne Patricia Quint.

Première publication : 31/07/2012

COMMENTAIRE(S)