Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Emmanuel Macron utilise un vocabulaire émotionnel"

En savoir plus

Afrique

Bamako obtient un sursis pour former un gouvernement d'union nationale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2012

À la suite du retour à Bamako de Dioncounda Traoré, le président de la transition malienne, le pays a obtenu de ses voisins ouest-africains un report d'au moins 10 jours de la date butoir qui lui avait été fixée pour former un gouvernement d'union.

AFP - Le Mali a obtenu de ses voisins d'Afrique de l'Ouest au moins dix jours supplémentaires pour former un gouvernement d'union nationale le jour de l'expiration mardi d'un premier ultimatum, a appris l'AFP de source présidentielle et diplomatique.

"Le Mali a obtenu de ses partenaires le report de la date butoir du 31 juillet pour la formation du nouveau gouvernement", a déclaré un conseiller du président par intérim Dioncounda Traoré, tandis qu'un diplomate africain en poste à Bamako a précisé que le délai supplémentaire accordé était "d'au moins dix jours".

"Avec la nouvelle situation marquée par le retour de M. Traoré qui a repris les choses en main, il n'y aura pas de sanctions contre le Mali après la date du 31 juillet", a ajouté le diplomate.

Dioncounda Traoré est rentré le 27 juillet à Bamako, après une convalescence de deux mois à Paris à la suite d'une violente agression commise dans son bureau à la présidence par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir.

Deux jours après, il a prononcé un discours à la Nation rassembleur, presque unanimement salué au Mali, dans lequel il a annoncé la création de nouveaux organes de la transition pour tenter d'enrayer la crise dans son pays et précisé qu'il se chargerait lui-même de former le gouvernement d'union exigé.

Le président Traoré "est actuellement en train de mener les consultations pour la formation de la nouvelle équipe" et "tout va bien", a affirmé son conseiller.

La décision de fixer au 31 juillet un ultimatum au pouvoir de transition à Bamako pour qu'il forme un cabinet ayant l'assise suffisante pour reconquérir le Nord, occupé par les islamistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) où ils appliquent la charia (loi islamique), avait été prise le 7 juillet.

Réunis à Ouagadougou, des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), excédés par l'impuissance du Premier ministre Cheick Modibo Diarra à agir face aux exactions commises dans le Nord, mais aussi à Bamako par des hommes de l'ex-junte militaire au pouvoir, avaient menacé de ne plus le reconnaître et d'exclure son pays de la Cédéao.
 

Première publication : 31/07/2012

  • MALI

    Le président par intérim Dioncounda Traoré dévoile son plan pour la transition

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    La Cédéao formule une nouvelle demande d'intervention au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Dioncounda Traoré de retour à Bamako après deux mois d'absence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)