Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

EUROPE

Mitt Romney accueilli à Gdansk par Lech Walesa, icône de la lutte anti-communiste

©

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2012

Le candidat républicain à la présidentielle américaine effectue en Pologne la dernière étape d'une tournée internationale destinée à consolider sa stature d'homme d'État. Il y a notamment rencontré Lech Walesa, l'ex-chef du syndicat Solidarité.

AFP - Le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney, a été chaleureusement accueilli lundi en Pologne, à Gdansk, lors de sa première visite derrière l'ex-rideau de fer par l'ancien chef historique du syndicat Solidarité, Lech Walesa, icône de la lutte contre le communisme.

Après la Grande-Bretagne et Israël, M. Romney a choisi un pays qui a des relations tendues avec la Russie et est désormais un pilier de l'Otan et de l'UE, pour la dernière étape de sa tournée à l'étranger destinée à renforcer sa stature présidentielle.

Lech Walesa, premier président de la Pologne démocratiquement élu en 1990, prix Nobel de la paix en 1983, qui avait snobé le président démocrate Barack Obama lors de sa visite en Pologne en 2011, n'a pas caché son admiration pour Mitt Romney après s'être entretenu avec lui.

Il a estimé qu'il serait "déplacé" de soutenir directement le candidat républicain mais a reconnu devant la presse qu'il était "très enthousiaste".

"Nous avons la même façon de penser, nous avons la même vision des solutions à proposer pour le 21ème siècle basées sur des valeurs (...) et sur des gens avec des valeurs', a-t-il déclaré.

"Il est très ouvert et pétri de valeurs morales, sa femme a toujours été à ses côtés, il a cinq enfants, on se ressemble beaucoup, je l'apprécie beaucoup et je suis content de l'avoir rencontré", a déclaré Walesa, lui-même père de huit enfants.

M. Romney, invité en Pologne par M. Walesa, n'a pas fait de déclarations à la presse mais a pris la pose pour les photographes aux côtés de l'ancien ouvrier électricien.

Des images susceptibles de renforcer dans la classe populaire américaine la crédibilité du candidat républicain, entrepreneur capitaliste, à l'approche des élections du 6 novembre.

Un sondage publié par le New York Times et CBS le 19 juillet a montré que Romney remporterait les élections avec 45% contre 43% pour Obama si elles avaient lieu actuellement.

Une visite aux chantiers navals de Gdansk, berceau historique de Solidarnosc en 1980, premier syndicat indépendant à l'Est, acteur majeur de la chute du communisme en Pologne et qui devait mener par un effet domino à l'effondrement de l'URSS et à l'éclatement du bloc soviétique en 1991, était également au programme de cette première journée.

Romney a déposé une rose blanche au pied d'un monument dédié aux douzaines d'ouvriers victimes de la répression communiste lors des grandes grèves de Solidarnosc. Sa femme en a déposé une rouge.

"Bienvenue dans ma ville natale", avait lancé un peu plus tôt le Premier ministre Donald Tusk, ancien militant de Solidarité, en accueillant M. Romney à l'hôtel de ville devant lequel environ un millier de personnes s'étaient rassemblées sous un soleil estival.

"Je soutiens Obama", a déclaré à l'AFP Agata Szczeszak-Brewer, une polono-américaine, professeur en vacances en Pologne, qui reproche à M. Romney de "ne pas être favorable à l'égalité des droits pour tout le monde quelle que soit son orientation sexuelle".

"Obama est en train d'introduire le socialisme, je n'aime pas ça", a au contraire commenté Kuba Sinski, un Polonais expatrié en Floride.

Il s'est par ailleurs dit consterné par la gaffe du président Obama qui avait évoqué en mai les "camps polonais de la mort", au lieu de camps d'extermination nazis lors d'une cérémonie tenue en hommage posthume au résistant polonais Jan Karski.

Les Polonais ont toujours apprécié le président républicain Ronald Reagan pour son rôle dans la fin de la guerre froide, son soutien au syndicat Solidarité et la fermeté de son parti à l'égard de Moscou.

Après ses entretiens avec MM. Tusk et Walesa, le candidat à la Maison blanche devait déposer une gerbe au mémorial de la péninsule de Westerplatte où l'Allemagne nazie a attaqué la Pologne le 1er septembre 1939 déclenchant la seconde guerre mondiale.

Mardi, Mitt Romney doit rencontrer le président Bronislaw Komorowski à Varsovie et prononcer un discours qui pourrait lui donner l'occasion de s'en prendre à la Russie, un pays qu'il considére comme un adversaire géopolitique.
 

Première publication : 31/07/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Mitt Romney, l’homme de "nulle part" en opération séduction en Israël

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le candidat républicain Mitt Romney teste ses qualités de diplomate en Israël

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En tournée internationale, Mitt Romney se cherche une stature présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)