Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Asie - pacifique

Fin de la panne géante ayant privé 600 millions d'Indiens d'électricité

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2012

Depuis mardi, la moitié de la population indienne était plongée dans le noir en raison d'une importante panne. New Delhi a annoncé l'ouverture d'une enquête pour déterminer l'origine de ce "black-out" géant sans précédent.

AFP - Tous les réseaux électriques tombés en panne dans une vingtaine d'Etats du nord de l'Inde mardi ont été réparés, a indiqué mercredi matin à l'AFP un haut responsable de la compagnie électrique nationale.

"L'électricité a été restaurée pleinement à travers les réseaux du Nord, de l'Est et du Nord-Est", a déclaré S.K. Soonee, directeur au Power System Operation Corporation (PSOC), après le black-out géant et sans précédent qui a privé d'électricité 600 millions d'habitants, soit la moitié de la population indienne.

L'électricité a été entièrement rétablie pendant la nuit, grâce à l'intervention des ingénieurs de PSOC, la compagnie publique qui gère le système électrique.

La méga-panne de la veille est survenue à 13H00 locales (0730 GMT) et a touché une zone s'étendant de la frontière pakistanaise aux confins du Nord-Est près de la Chine, incluant la capitale New Delhi, Calcutta et Lucknow.



Au total, 20 Etats sur 29 ont été touchés, selon un calcul de l'AFP.

L'électricité est peu à peu revenue, zone par zone, dans l'après-midi, la soirée puis la nuit.

Lundi, une énorme panne électrique s'était déjà produite, affectant 300 millions d'habitants dans le nord.

Ces deux interruptions de plusieurs heures, sur de vastes régions, ont causé le chaos dans les transports, métros et trains, bloqué 200 mineurs sous terre et livré à la moiteur de la mousson des millions de personnes, en l'absence de climatisation.

Le gouvernement a annoncé une enquête pour déterminer les causes de ce black-out, un épisode très embarrassant pour ce pays émergent qui s'est beaucoup développé et a affiché des taux de croissance élevés depuis dix ans.

"C'est une situation très difficile et des solutions devront être trouvées", a déclaré le nouveau ministre de l'Energie, Veerapa Moily, nommé mardi, lors de nombreuses interviews à la télévision, dont une a été interrompue...faute de courant.

Selon les responsables gouvernementaux, les deux pannes sucessives ont été causées par des Etats qui ont dépassé leurs capacités autorisées d'approvisionnement sur leur réseau, provoquant un effet domino.
"Je ne vais pas commencer le jeu de +c'est la faute à...+. Le gouvernement fédéral et les Etats devront travailler ensemble sur cela", a ajouté le ministre de l'Energie. "Le fait est que la demande d'énergie est énorme à travers l'Inde, et nous devons essayer de maintenir le rythme avec celui du développement".

La presse indienne était particulièrement remontée mercredi matin, estimant que le gouvernement n'avait pas la volonté politique d'appliquer les réformes nécessaires pour améliorer le réseau électrique.

"Sans courant et sans idée", titrait le Times of India, tandis que le Economic Times déclarait "L'Inde superpuissance. Repose en paix".

Pour la Confédération de l'industrie indienne, l'image du pays à l'étranger a subi un grave revers.

En tant qu'une des économies émergentes les plus dynamiques, "il est impératif que nos infrastructures basiques" répondent aux aspirations des acteurs économiques du pays, a déclaré le directeur général de l'organisation, Chandrajit Banerjee dans un communiqué.

L'Inde est en quête de nouvelles sources d'approvisionnement énergétique pour alimenter sa croissance. Les coupures de courant y sont extrêmement fréquentes mais elles ne sont en général que d'assez courte durée.

L'électricité est tiré essentiellement du charbon mais le pays voudrait faire passer la part du nucléaire dans la production électrique de 3% actuellement à 25% d'ici à 2050.


 

Première publication : 01/08/2012

  • INDE

    Jusqu'à 300 millions d'Indiens privés d'électricité après une panne géante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)