Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

SUR LE NET

La toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Fin de la panne géante ayant privé 600 millions d'Indiens d'électricité

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2012

Depuis mardi, la moitié de la population indienne était plongée dans le noir en raison d'une importante panne. New Delhi a annoncé l'ouverture d'une enquête pour déterminer l'origine de ce "black-out" géant sans précédent.

AFP - Tous les réseaux électriques tombés en panne dans une vingtaine d'Etats du nord de l'Inde mardi ont été réparés, a indiqué mercredi matin à l'AFP un haut responsable de la compagnie électrique nationale.

"L'électricité a été restaurée pleinement à travers les réseaux du Nord, de l'Est et du Nord-Est", a déclaré S.K. Soonee, directeur au Power System Operation Corporation (PSOC), après le black-out géant et sans précédent qui a privé d'électricité 600 millions d'habitants, soit la moitié de la population indienne.

L'électricité a été entièrement rétablie pendant la nuit, grâce à l'intervention des ingénieurs de PSOC, la compagnie publique qui gère le système électrique.

La méga-panne de la veille est survenue à 13H00 locales (0730 GMT) et a touché une zone s'étendant de la frontière pakistanaise aux confins du Nord-Est près de la Chine, incluant la capitale New Delhi, Calcutta et Lucknow.



Au total, 20 Etats sur 29 ont été touchés, selon un calcul de l'AFP.

L'électricité est peu à peu revenue, zone par zone, dans l'après-midi, la soirée puis la nuit.

Lundi, une énorme panne électrique s'était déjà produite, affectant 300 millions d'habitants dans le nord.

Ces deux interruptions de plusieurs heures, sur de vastes régions, ont causé le chaos dans les transports, métros et trains, bloqué 200 mineurs sous terre et livré à la moiteur de la mousson des millions de personnes, en l'absence de climatisation.

Le gouvernement a annoncé une enquête pour déterminer les causes de ce black-out, un épisode très embarrassant pour ce pays émergent qui s'est beaucoup développé et a affiché des taux de croissance élevés depuis dix ans.

"C'est une situation très difficile et des solutions devront être trouvées", a déclaré le nouveau ministre de l'Energie, Veerapa Moily, nommé mardi, lors de nombreuses interviews à la télévision, dont une a été interrompue...faute de courant.

Selon les responsables gouvernementaux, les deux pannes sucessives ont été causées par des Etats qui ont dépassé leurs capacités autorisées d'approvisionnement sur leur réseau, provoquant un effet domino.
"Je ne vais pas commencer le jeu de +c'est la faute à...+. Le gouvernement fédéral et les Etats devront travailler ensemble sur cela", a ajouté le ministre de l'Energie. "Le fait est que la demande d'énergie est énorme à travers l'Inde, et nous devons essayer de maintenir le rythme avec celui du développement".

La presse indienne était particulièrement remontée mercredi matin, estimant que le gouvernement n'avait pas la volonté politique d'appliquer les réformes nécessaires pour améliorer le réseau électrique.

"Sans courant et sans idée", titrait le Times of India, tandis que le Economic Times déclarait "L'Inde superpuissance. Repose en paix".

Pour la Confédération de l'industrie indienne, l'image du pays à l'étranger a subi un grave revers.

En tant qu'une des économies émergentes les plus dynamiques, "il est impératif que nos infrastructures basiques" répondent aux aspirations des acteurs économiques du pays, a déclaré le directeur général de l'organisation, Chandrajit Banerjee dans un communiqué.

L'Inde est en quête de nouvelles sources d'approvisionnement énergétique pour alimenter sa croissance. Les coupures de courant y sont extrêmement fréquentes mais elles ne sont en général que d'assez courte durée.

L'électricité est tiré essentiellement du charbon mais le pays voudrait faire passer la part du nucléaire dans la production électrique de 3% actuellement à 25% d'ici à 2050.


 

Première publication : 01/08/2012

  • INDE

    Jusqu'à 300 millions d'Indiens privés d'électricité après une panne géante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)