Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

Asie - pacifique

Fin de la panne géante ayant privé 600 millions d'Indiens d'électricité

©

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2012

Depuis mardi, la moitié de la population indienne était plongée dans le noir en raison d'une importante panne. New Delhi a annoncé l'ouverture d'une enquête pour déterminer l'origine de ce "black-out" géant sans précédent.

AFP - Tous les réseaux électriques tombés en panne dans une vingtaine d'Etats du nord de l'Inde mardi ont été réparés, a indiqué mercredi matin à l'AFP un haut responsable de la compagnie électrique nationale.

"L'électricité a été restaurée pleinement à travers les réseaux du Nord, de l'Est et du Nord-Est", a déclaré S.K. Soonee, directeur au Power System Operation Corporation (PSOC), après le black-out géant et sans précédent qui a privé d'électricité 600 millions d'habitants, soit la moitié de la population indienne.

L'électricité a été entièrement rétablie pendant la nuit, grâce à l'intervention des ingénieurs de PSOC, la compagnie publique qui gère le système électrique.

La méga-panne de la veille est survenue à 13H00 locales (0730 GMT) et a touché une zone s'étendant de la frontière pakistanaise aux confins du Nord-Est près de la Chine, incluant la capitale New Delhi, Calcutta et Lucknow.



Au total, 20 Etats sur 29 ont été touchés, selon un calcul de l'AFP.

L'électricité est peu à peu revenue, zone par zone, dans l'après-midi, la soirée puis la nuit.

Lundi, une énorme panne électrique s'était déjà produite, affectant 300 millions d'habitants dans le nord.

Ces deux interruptions de plusieurs heures, sur de vastes régions, ont causé le chaos dans les transports, métros et trains, bloqué 200 mineurs sous terre et livré à la moiteur de la mousson des millions de personnes, en l'absence de climatisation.

Le gouvernement a annoncé une enquête pour déterminer les causes de ce black-out, un épisode très embarrassant pour ce pays émergent qui s'est beaucoup développé et a affiché des taux de croissance élevés depuis dix ans.

"C'est une situation très difficile et des solutions devront être trouvées", a déclaré le nouveau ministre de l'Energie, Veerapa Moily, nommé mardi, lors de nombreuses interviews à la télévision, dont une a été interrompue...faute de courant.

Selon les responsables gouvernementaux, les deux pannes sucessives ont été causées par des Etats qui ont dépassé leurs capacités autorisées d'approvisionnement sur leur réseau, provoquant un effet domino.
"Je ne vais pas commencer le jeu de +c'est la faute à...+. Le gouvernement fédéral et les Etats devront travailler ensemble sur cela", a ajouté le ministre de l'Energie. "Le fait est que la demande d'énergie est énorme à travers l'Inde, et nous devons essayer de maintenir le rythme avec celui du développement".

La presse indienne était particulièrement remontée mercredi matin, estimant que le gouvernement n'avait pas la volonté politique d'appliquer les réformes nécessaires pour améliorer le réseau électrique.

"Sans courant et sans idée", titrait le Times of India, tandis que le Economic Times déclarait "L'Inde superpuissance. Repose en paix".

Pour la Confédération de l'industrie indienne, l'image du pays à l'étranger a subi un grave revers.

En tant qu'une des économies émergentes les plus dynamiques, "il est impératif que nos infrastructures basiques" répondent aux aspirations des acteurs économiques du pays, a déclaré le directeur général de l'organisation, Chandrajit Banerjee dans un communiqué.

L'Inde est en quête de nouvelles sources d'approvisionnement énergétique pour alimenter sa croissance. Les coupures de courant y sont extrêmement fréquentes mais elles ne sont en général que d'assez courte durée.

L'électricité est tiré essentiellement du charbon mais le pays voudrait faire passer la part du nucléaire dans la production électrique de 3% actuellement à 25% d'ici à 2050.


 

Première publication : 01/08/2012

  • INDE

    Jusqu'à 300 millions d'Indiens privés d'électricité après une panne géante

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)