Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Le sort de la zone euro suspendu au sommet de la BCE

©

Vidéo par Myriam BOUNAFAA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2012

Une semaine avant la tenue du sommet de la Banque centrale européenne (BCE), ce jeudi, son président, Mario Draghi, s'était dit "prêt à tout faire" pour sauver la monnaie unique. Une promesse qui suscite de nombreuses attentes.

AFP - Tous les yeux seront braqués jeudi en début d'après-midi sur la Banque centrale européenne (BCE) qui a soulevé des attentes énormes de la part des marchés sur une action d'envergure.

Ces espoirs ont été suscités par les propos la semaine dernière de son président Mario Draghi, qui s'est dit "prêt à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l'euro".

Une promesse relayée par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Mario Monti, dans un contexte d'envolée des taux d'emprunt espagnols menaçant sa capacité de se refinancer et de crainte de contagion à l'Italie.

Ces annonces ont rassuré les marchés financiers, mais il s'agit désormais de passer à l'acte, notamment pour la BCE.

Deux principales hypothèses ont été soulevées: que la BCE reprenne ses achats d'obligations publiques des pays en difficulté sur le marché secondaire, celui de la revente (programme SMP), à l'arrêt depuis plus de quatre mois; que la BCE et le fonds provisoire de secours européen, le FESF, agissent de concert, toujours sur le marché de la dette.

Or le programme SMP, adopté en mai 2010 à l'insistance des dirigeants européens, se heurte à l'opposition ferme et publique de la banque centrale allemande qui y voit une manière détournée de financer les déficits publics, ce qui est interdit par les statuts de la BCE.

Quant à l'alliance avec le FESF, elle pourrait passer par l'octroi d'une licence bancaire qui lui permettrait d'emprunter auprès de la BCE et d'augmenter considérablement ses moyens actuellement limités. Mais là encore, la Bundesbank dit non, pour les mêmes raisons.

Quant au gouvernement allemand, il est également opposé à cette dernière éventualité, défendue en revanche par la France et l'Italie.

Ces prises de position ne laissent pas présager d'annonce fracassante de la part de M. Draghi, estiment nombre d'économistes. D'autant que l'Espagne n'a ni le besoin ni l'envie pour le moment de faire appel à l'aide du FESF, condition pour qu'il intervienne, pour ne pas avoir à se plier au programme de réformes qui lui serait imposé en échange.

Il devra toutefois "donner quelque chose", estime Carsten Brzeski, de la banque ING, qui envisage un peu de rachat d'obligations, de nouvelles mesures pour tenter de stimuler le crédit ou un nouveau prêt sur trois ans aux banques après ceux de décembre et février.

Il estime aussi possible une nouvelle baisse du principal taux d'intérêt directeur, fixé à 0,75% en juillet, soit son plus bas niveau historique. Mais il est bien l'un des seuls à l'évoquer. "L'Allemagne n'a pas besoin d'une baisse de taux (pas encore en tout cas) et une baisse de taux ne sauvera pas l'Espagne", estime ainsi Richard Barwell de RBS.

Première publication : 02/08/2012

  • ZONE EURO

    Hollande et Monti affichent leur unité pour "défendre et préserver" la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Timothy Geithner et Wolfgang Schäuble confiants en l'avenir de la zone euro

    En savoir plus

  • EUROPE

    Juncker déclare vouloir agir de concert avec la Banque centrale européenne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)