Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Economie

Le sort de la zone euro suspendu au sommet de la BCE

Vidéo par Myriam BOUNAFAA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2012

Une semaine avant la tenue du sommet de la Banque centrale européenne (BCE), ce jeudi, son président, Mario Draghi, s'était dit "prêt à tout faire" pour sauver la monnaie unique. Une promesse qui suscite de nombreuses attentes.

AFP - Tous les yeux seront braqués jeudi en début d'après-midi sur la Banque centrale européenne (BCE) qui a soulevé des attentes énormes de la part des marchés sur une action d'envergure.

Ces espoirs ont été suscités par les propos la semaine dernière de son président Mario Draghi, qui s'est dit "prêt à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l'euro".

Une promesse relayée par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Mario Monti, dans un contexte d'envolée des taux d'emprunt espagnols menaçant sa capacité de se refinancer et de crainte de contagion à l'Italie.

Ces annonces ont rassuré les marchés financiers, mais il s'agit désormais de passer à l'acte, notamment pour la BCE.

Deux principales hypothèses ont été soulevées: que la BCE reprenne ses achats d'obligations publiques des pays en difficulté sur le marché secondaire, celui de la revente (programme SMP), à l'arrêt depuis plus de quatre mois; que la BCE et le fonds provisoire de secours européen, le FESF, agissent de concert, toujours sur le marché de la dette.

Or le programme SMP, adopté en mai 2010 à l'insistance des dirigeants européens, se heurte à l'opposition ferme et publique de la banque centrale allemande qui y voit une manière détournée de financer les déficits publics, ce qui est interdit par les statuts de la BCE.

Quant à l'alliance avec le FESF, elle pourrait passer par l'octroi d'une licence bancaire qui lui permettrait d'emprunter auprès de la BCE et d'augmenter considérablement ses moyens actuellement limités. Mais là encore, la Bundesbank dit non, pour les mêmes raisons.

Quant au gouvernement allemand, il est également opposé à cette dernière éventualité, défendue en revanche par la France et l'Italie.

Ces prises de position ne laissent pas présager d'annonce fracassante de la part de M. Draghi, estiment nombre d'économistes. D'autant que l'Espagne n'a ni le besoin ni l'envie pour le moment de faire appel à l'aide du FESF, condition pour qu'il intervienne, pour ne pas avoir à se plier au programme de réformes qui lui serait imposé en échange.

Il devra toutefois "donner quelque chose", estime Carsten Brzeski, de la banque ING, qui envisage un peu de rachat d'obligations, de nouvelles mesures pour tenter de stimuler le crédit ou un nouveau prêt sur trois ans aux banques après ceux de décembre et février.

Il estime aussi possible une nouvelle baisse du principal taux d'intérêt directeur, fixé à 0,75% en juillet, soit son plus bas niveau historique. Mais il est bien l'un des seuls à l'évoquer. "L'Allemagne n'a pas besoin d'une baisse de taux (pas encore en tout cas) et une baisse de taux ne sauvera pas l'Espagne", estime ainsi Richard Barwell de RBS.

Première publication : 02/08/2012

  • ZONE EURO

    Hollande et Monti affichent leur unité pour "défendre et préserver" la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Timothy Geithner et Wolfgang Schäuble confiants en l'avenir de la zone euro

    En savoir plus

  • EUROPE

    Juncker déclare vouloir agir de concert avec la Banque centrale européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)