Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Afrique

L'élection présidentielle malgache se tiendra en mai et juillet 2013

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2012

Trois ans après le renversement du président Marc Ravalomanana (à dr.) par le maire d'Antananarivo Andry Rajoelina (à g.), un calendrier électoral a finalement été arrêté : en mai et juillet 2013, les Malgaches désigneront leur chef de l'État.

AFP - Après trois ans d'une crise politique qui a mis le pays à genoux, Madagascar a annoncé mercredi l'organisation d'une présidentielle en mai et juillet 2013, mais ce calendrier reste tributaire des financements internationaux et du climat politique.

La Grande Ile attend des élections depuis le renversement en mars 2009 du président Marc Ravalomanana par le maire d'Antananarivo Andry Rajoelina. Celui-ci, qui a pris le pouvoir lors d'une révolte populaire, est devenu "président de la Transition", non élu.

La Commission de l'océan Indien, l'Union africaine (UA), l'Organisation internationale de la Francophonie et l'ONU ont arrêté conjointement un calendrier électoral définitif avec la commission électorale malgache (Cénit) à l'issue de deux jours de discussion, lundi et mardi.

"C'est un +ouf+ de soulagement que nous avons poussé" à l'annonce de ce calendrier "qui marque un jalon important et qui met fin à beaucoup de non-dits et de dérapages. C'est une très grande satisfaction", a déclaré la représentante de l'ONU à Madagascar, Fatmah Samoura.

"L'Etat malgache doit prendre ses responsabilités et assumer ces élections", a pour sa part noté le Premier ministre malgache Omer Beriziky à l'annonce du calendrier.

Le premier tour de l'élection présidentielle malgache est programmé pour le 8 mai 2013, suivi le 3 juillet d'un éventuel second tour jumelé avec les législatives, puis de municipales le 23 octobre.

"Je pense que le fait de fixer un calendrier aura l'avantage d'insuffler une certaine dynamique", a résumé Siaka Sangaré, expert électoral de l'Organisation internationale de la Francophonie.

"Je fais le voeu que ce processus électoral conduise à des élections que tout le monde veut", a renchéri le représentant de l'UA, Mourad Taiati

"Le seul souci c'est de voir que ces élections se déroulent dans la plus grande transparence et crédibilité. L'UA réitérera son soutien à ce processus", a-t-il ajouté, refusant toutefois de parler d'une éventuelle réintégration de Madagascar au sein de l'organisation panafricaine, après trois ans de suspension.

Des zones d'ombre persistent, notamment car le calendrier annoncé mercredi pourrait être retardé à cause des procédures du financement des élections et de mise en oeuvre du cadre juridique.

"Madagascar veut réintégrer sa place au sein du concert des nations. La mise en oeuvre du calendrier électoral reste toutefois tributaire de l'accomplissement des accompagnements adéquats notamment du cadre juridique, des ressources et des moyens matériels et financiers ainsi que d'un environnement d'apaisement politique et de climat social favorable par chacun des partis et des partenaires", a observé la présidente de la Cénit, Béatrice Atallah.

En outre, la persistance de différends majeurs entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina pourrait faire tout capoter.

"Nous avons travaillé sur le volet technique, et il va de soit que sans un climat d'apaisement politique rien ne saurait être", a souligné la représentante de l'ONU.

"Nous comptons sur la maturité et surtout l'engagement de tous les protagonistes de cette crise (...) pour pouvoir trouver une solution dans les meilleurs délais. Et j'ai beaucoup d'espoir qu'avec la prochaine échéance fixée par la SADC nous soyons plus près de la lumière que du tunnel", a ajouté Mme Samoura.

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), qui mène les efforts de médiations, avait en effet donné jusqu'au 31 juillet aux deux rivaux pour trouver un accord. Elle a repoussé son ultimatum au 16 août après l'échec d'un face-à-face aux Seychelles la semaine dernière et a annoncé une deuxième rencontre.

Aucune date n'a encore été annoncée pour ce nouveau sommet.

Première publication : 02/08/2012

  • MADAGASCAR

    Face-à-face inédit entre Rajoelina et Ravalomanana aux Seychelles

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Une rencontre entre Rajoelina et Ravalomanana fait naître l'espoir d'une sortie de crise

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Rajoelina signe un accord de sortie de crise avec l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)